Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Ecoutons un livre

Dépôt des liens : Ici

Tous les 28 du mois, je publie un billet récapitulatif des lectures audio des participants. Il n'est pas nécessaire de participer à chaque fois.

 

 

 

12 septembre 2010 7 12 /09 /septembre /2010 13:52

Image IPB

Folio - 380 pages (publié par sa fille Catherine en 1994)

 

 

C’est après avoir vu et beaucoup apprécié un téléfilm consacré à Camus au moment du 50ème anniversaire de sa mort, que l’envie m’est venue de lire « Le premier homme », ce roman inachevé dans lequel l’écrivain évoque avec une grande sincérité son enfance algérienne. Le téléfilm ne présentait que brièvement l’enfance de Camus mais suffisamment pour me donner envie d’en savoir plus. La session du blogoclub consacrée aux Prix Nobel de Littérature (Camus a obtenu le prix en 1957) m'a donné l'occasion de me plonger dans cette oeuvre. 

Le petit Albert (Jacques dans le roman) n’avait pas les conditions idéales pour devenir journaliste puis écrivain, c’est le moins que l’on puisse dire. Issu d’une famille pauvre et illettrée d’Alger, il doit son brillant parcours à un instituteur qui réussira à convaincre sa famille de le laisser poursuivre ses études. Il n’a pas connu son père. Sa mère souffrait de surdité, ce qui l’isolait terriblement. Effacée, elle laissait sa propre mère éduquer l'enfant. Le jeune garçon subissait l’extrême sévérité de sa grand-mère sous les yeux de sa mère, impuissante. Adolescent, il lui faudra assumer le fossé que l’instruction a creusé entre lui et sa famille. Dans « le premier homme » Camus évoque cette enfance marquée par la pauvreté et la relation particulière avec sa mère, qu'il aimait plus que tout. Il confie aussi la honte qu’il éprouvait adolescent d’appartenir à ce milieu, et la souffrance que lui procurait ce sentiment peu glorieux.

 

C’est une lecture passionnante et très touchante qui permet de mieux comprendre l’œuvre de l’écrivain et son parcours personnel. Le récit a été écrit d’un jet et comporte des imperfections mais le texte retravaillé n’aurait-il pas perdu en sincérité ?

 blogoclub

 Désolée pour le retard à produire ce billet, qui aurait dû être en ligne le 1er septembre...

Ce décalage me permet de faire un petit point sur cette session consacrée aux Prix Nobel de Littérature. Sur la centaine d'auteurs qui a obtenu le prix, une bonne vingtaine a fait l'objet d'au moins un billet. Les deux auteurs qui ont été choisis par le plus de participants sont  Albert Camus et Doris Lessing (3 pour le premier, 4 pour la seconde).

La liste des billets

Partager cet article

Repost0

commentaires

Bénédicte 07/10/2010 13:57



C'est je crois mon oeuvre préférée de Camus. Je viens de le terminer et je suis encore sous le charme de ce récit inégalable



sylire 07/10/2010 22:17



@Bénédicte : contente que tu l'aies aimé autant que moi. On voit Camus d'un autre oeil après la lecture de ce roman autobiographique.



Anne 25/09/2010 18:02



Après l'avoir lu, j'avais recopié des passages sur une feuille que j'ai gardé dans mon porte-feuille des années. Je les relisais régulièrement dans le bus, dans une salle d'attente. Un des livres
qui m'ont le plus marquée.



sylire 27/09/2010 22:50



@Anne : je me souvenais que tu avais aimé. C'est pourquoi je l'ai choisi !



Alex-Mot-à-Mots 20/09/2010 20:42



Toujours pas publié le mien, flute.


Un roman passionnant que celui de Camus que l'on sent encore à vif sur ce sujet.



sylire 20/09/2010 21:53



@Alex : fais-moi signe quand ce sera bon !



Nanne 15/09/2010 14:30



Comme toi, je suis très en retard dans la publication de mon billet pour le blogoclub de septembre consacré à V.S. Naipaul, auteur indien et prix Nobel en 2001 ! Manque cruel de temps plus
quelques soucis personnels et le blog passe en arrière plan ... En attendant j'ai très envie de lire "Le premier homme" de Camus, texte brut et autobiographique qui laisse émerger toute la
qualité d'écriture de cet auteur de talent.


Je te préviens dès que mon billet sur "La moitié d'une vie" est en ligne !



sylire 18/09/2010 13:41



@Nanne : pour ce qui est du blogoclub, pas de souci pour le retard, l'essentiel est de participer. Le premier homme te plaira, c'est certain !!!


Je vais lire ton billet et ajouter le lien.



Nina 14/09/2010 21:44



J'ai vu moi aussi le téléfilm et du coup j'ai mis ce roman dans ma PAL et ton article me donne vraiment envie de le lire. pas facile n'est-ce-pas de tenir un blog, en même temps c'est
enrichissant alors il faut trouver le bon rythme.



sylire 18/09/2010 13:38



@Nina : ce livre devrait te plaire autant qu'il m'a plu. Pour ce qui est du blog, le bon rythme est difficile à trouver. Plus on en fait, plus on a envie d'en faire (à vis et
versa !)