Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Blogoclub

Le blogoclub a changé de mains mais pas d'adresse mail

lecturecommune@yahoo.f

 

 

7 octobre 2010 4 07 /10 /octobre /2010 23:37

Le prix Nobel de Littérature 2010 est attribué au romancier et essayiste péruvien Mario Vargos Llosa : « pour sa cartographie des structures du pouvoir et ses images aiguisées de la résistance de l’individu, de sa révolte et de son échec» (communiqué de l'académie suédoise).   

Je n'ai pas encore lu cet auteur. En revanche, parmi les nominés, figuraient deux auteurs que j'aime beaucoup : Cormac Mc Carthy et Haruki Murakami. Je suis donc un peu déçue....mais je lirai Mario Vargos Llosa, un jour ou l'autre !  

  

Pour ceux qui voudraient se lancer dans la lecture des Lauréats du Prix Nobel de littérature, le blogoclub les a mis à l'honneur le 1er septembre 2010 (voir ici)  

Partager cet article

Repost 0
Published by sylire - dans Pêle-mêle
commenter cet article

commentaires

marquais 30/10/2010 19:01



pour une fois ce Prix Nobel n'est pas un gauchiste. C'est probablement la raison de la discrétion observée autour de son oeuvre!



Christine 29/10/2010 14:25



Sur les conseils de mon beau-fils j'ai lu "Tours et détours et détours de la vilaine fille" quelques jours avant que ne vienne la nomination de cet auteur. Je dois dire qu'il a une très belle
plume



Serge-André Guay 18/10/2010 18:29



Le Prix Nobel de littérature 2010, Mario Vargas Llosa,


croit injustement que le livre numérique entraînera
une banalisation de la littérature


 


« Ma crainte est que le livre numérique n'entraîne une
banalisation de la littérature, ainsi que cela s'est produit pour la télévision, cette belle création de la technique, qui pour parvenir à toucher de plus en plus de personnes, a proposé des
contenus largement vulgarisés. »


 


Mario Vargas Llosa,


15 octobre 2010,


Prix Nobel de littérature 2010


Source : L'actuaLitté (source : AFP)


 


 


La Fondation littéraire Fleur de Lys affiche son désaccord avec la déclaration du
récipiendaire du Prix Nobel de littérature 2010 à l'effet que le livre numérique banalisera la littérature.


 


L'Institut Nobel a remis son très prestigieux prix littéraire 2010 au péruvien
Mario Vargas Llosa «pour sa cartographie des structures du pouvoir et ses images aiguisées de la résistance de l’individu, de sa révolte et de son
échec» (source : communiqué de presse de l'annonce du prix). Or, le livre numérique s'inscrit parfaitement
dans la «résistance de l'individu» et sa «révolte» face aux «structures du pouvoir» de l'industrie du livre. Et à cette heure, cette résistance et cette révolte de l'individu ne débouchent pas sur un
«échec» mais sur un succès indéniable, celui de la démocratisation de l'accès
à l'édition.


 


En effet, la particularité première du livre numérique est d'offrir aux auteurs une
alternative aux pouvoirs établis du milieu du livre qui refusent de publier leurs oeuvres. Plus de 90% des manuscrits soumis aux éditeurs par nos auteurs, amateurs et professionnels, connaissent une fin de non recevoir. La littérature défendue ici et là se résume donc à moins de 10% des écrits de nos auteurs. Dans ce
contexte, le livre numérique met à la disposition des auteurs un moyen de rejoindre tout de même des lecteurs potentiels. Peu dispendieux à produire et à distribuer, le livre numérique est à la
portée de tous les auteurs aujourd'hui. Les estimations du coût de production d'un livre numérique oscillent entre 4% et 10% du coût d'un livre papier. Imprimée sous la forme d'un simple fichier
PDF à partir d'un fichier de traitement de texte, l'oeuvre accède au titre de livre numérique dans le format de document le plus accessible et le plus populaire actuellement sur Internet. Et le
coût de production peu être réduit au seul temps requis pour la correction, la révision, la mise en page et la production du fichier final puisque plusieurs logiciels gratuits sont à la
disposition de l'auteur. Pour sa part, le lecteur n'aura pas à débourser un sou pour accéder au logiciel nécessaire à l'ouverture du fichier et à la lecture de son contenu sur l'écran de son
ordinateur, de son livre électronique et même de son téléphone cellulaire.


 


Ainsi, grâce aux nouvelles technologies numériques, l'auteur dont manuscrit est
refusé par les éditeurs traditionnels, l'auteur peut tout de même publier son oeuvre à un coût très abordable au lieu de la remiser au fond d'un tiroir.


 


Le récipiendaire du Prix Nobel de la littérature 2010 fonde sa crainte de
banalisation de la littérature par le livre numérique sur sa perception des conséquences de la télévision à la recherche de plus en plus de téléspectateurs : « (...) ainsi que cela s'est produit pour la télévision, cette belle création de la technique, qui pour parvenir à toucher de plus en plus de personnes, a proposé des
contenus largement vulgarisés. » Où est le problème puisque le rôle de la télévision consiste principalement à « répandre (des
connaissances) en mettant à la portée du grand public » (source : Le Grand Robert de la langue française), bref, à vulgariser. Informer sans vulgariser nous apparaît
impossible de nos jours, c'est une simple question de compréhension par le plus grand nombre possible de gens. Et au fil des ans, la vulgarisation tout azimut a permis l



Bénédicte 18/10/2010 13:05



je ne le connaissais pas mais je n'oublierai pas son nom Merci pour cet article



Sébastien L 16/10/2010 14:39



Je suis ravi que Llosa ait remporté le Nobel. Je n'ai pas lu grand chose non plus, mais je connais un peu le personnage.


si tu veux découvrir son univers en moins de deux heures, je te conseille le petit carnet "comment j'ai vaincu ma peur de l'avion".


bon week-end !



sylire 16/10/2010 22:02



@Sébastien : merci pour le conseil !