Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Blogoclub

Le blogoclub a changé de mains mais pas d'adresse mail

lecturecommune@yahoo.f

 

 

18 novembre 2009 3 18 /11 /novembre /2009 18:33

     Gallimard  2009 - 214 pages

 

"Quand je l'ai relâchée, elle avait au front et sur la joue des plaques rouges qui vireraient bientôt au bleu. Sa lèvre était fendue de ce sourire terrible qui n'en était pas un. Ses yeux étaient énormes. Elle me regardait comme si, malgré les signes visibles et la douleur qu'elle devait ressentir au visage, elle ne pouvait croire que cela s'était vraiment passé. Elle est restée ainsi, debout devant moi, minuscule, avec ce visage écarlate et cette goutte de sang au bord de la lèvre. Je l'ai regardée avec un petit sourire et j'ai attendu. Elle s'est mise à trembler. Alors je lui ai pris le bras, doucement, je l'ai attirée sur mes genoux et je l'ai laissée pleurer. Quand elle a été épuisée par ses propres larmes, je lui ai dit, lui caressant les cheveux : La prochaine fois, tu feras attention au repas. Je n'ai pas eu besoin d'ajouter, sinon je t'arracherai cette natte."

 

Nous sommes à l’île Maurice, pays natal de l’auteur. Un vieux médecin, surnommé « dokter-dieu » par ses patients, vit ses derniers jours, veillé par sa fille et sa petite fille. L’heure est au règlement de comptes. Le vieil homme était estimé par ses patients mais paradoxalement, passé le seuil de sa maison, il se révélait d’une violence et d’une brutalité inouïes.

 

Le narrateur est le bourreau, ce qui rend la lecture particulièrement dérangeante. Se mettre dans la peau d’un tel personnage est très inconfortable.  Sa femme est morte à l’âge de vingt ans, dans des circonstances terribles que l’homme dévoile au fil du roman. Sa fille et sa petite fille veulent connaître les circonstances de cette mort suspecte et exercent une pression sur l’homme, pour lui arracher la vérité.  La haine qu’il éprouve pour la gente féminine est viscérale. Pas un instant il ne doute de ses convictions ni ne regrette ses actes, qu’il minimise, les considérant comme insignifiants en comparaison de la violence du monde. La révélation finale est terrible.

 

Le monologue du vieil homme est d’une cruauté sans limites, sa misogynie dépasse l’entendement.  On ne sort pas indemne de ce huis clos mais on s’approche de très près, me semble t’il, de ce qui se passe dans la tête d’un homme qui martyrise sa femme, tant physiquement que psychologiquement.

 

Un texte admirablement percutant.
Challenge du 1% littéraire 2009

7/7 : challenge atteint !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Anis 25/01/2012 15:39


Oui, tu dis parfaitement tout cela, pour entrer dans la peau du monstre, il faut devenir un peu monstre soi-même, c'est extrêmement dérangeant, et j'imagine qu'il y a dû y avoir des réactions
extrêùmement vives à sa sortie.

sylire 26/01/2012 18:48



@Anis : oui, certainement. Certaines personnes n'aiment pas ce genre d'exercice.



Schlabaya 09/08/2010 16:25



Eprouvante, comme lecture, on dirait...


Sinon,  je voulais t'informer que le challenge du 1% reprend, je l'ai relancé sur mon blog, tu es la bienvenue si tu veux t'inscrire.



La Nymphette 02/12/2009 10:59


J'avoue que ce récit me tente, même si il semble particulièrement cruel! Enfin, le point de vue du bourreau ! je le note pour sa sortie en poche l'an prochain!


sylire 06/12/2009 18:39


@La nyphette : l'originalité du livre tient effet à ce que l'on entende ici le bourreau. C'est un livre qui en vaut la peine, même la lecture est éprouvante.


Anjelica 02/12/2009 09:04


Et bien, je ne crois pas avoir besoin de ce genre de lecture en ce moment.
Dire que sans aller bien loin, en France, une femme meure sous les coups de son conjoint tous les 2 jours environ


sylire 02/12/2009 18:47


@Anjélica : oui, c'est incroyable.


valérie 01/12/2009 13:59


Ames trop sensibles, s'abstenir, malgré la beauté de l'écriture. Pour les autres, vous devriez apprécier.


sylire 01/12/2009 21:51


@Valérie : c'est tout à fait cela.