Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Blogoclub

Le blogoclub a changé de mains mais pas d'adresse mail

lecturecommune@yahoo.f

 

 

16 novembre 2012 5 16 /11 /novembre /2012 00:09

  null

Actes Sud - 2012 - 201 pages

L'histoire se passe dans un petit village Corse. Deux jeunes diplômés en philosophie reprennent le café du village, abandonnant leurs études. Après un démarrage réussi, l'histoire tourne au vinaigre puis franchement à la tragédie. Se mêle au récit l'histoire du grand-père de Matthieu (un des deux jeunes hommes), dont la vie est également un véritable fiasco.

L'écriture est sublime, l'histoire ou plutôt les histoires se lisent aisément mais le message philosophique ne m'a pas vraiment sauté aux yeux. Voilà en substance ce que j'en ai compris : Les mondes créés par les hommes naissent, vivent et meurent à l'image de ce café, déjà mort mais que les deux jeunes ont voulu ressusciter, au lieu de se tourner vers l'avenir prometteur qui leur tendait les bras.

C'est une vision assez pessimiste du monde, avec une note d'espoir tout de même. Nous sommes à la fin d'un monde mais un autre suivra... (d'où le lien avec "le Sermon sur la chute de Rome" que Saint-Augustin prononça à la fin d'un autre monde, dans un autre temps...).

L'extrait suivant résume ce que j'ai compris du livre :

Nous ne savons pas, en vérité, ce que sont les mondes ni de quoi dépend leur existence.
Quelque part dans l’univers est peut-être inscrite la loi mystérieuse qui préside à leur genèse, à leur croissance et à leur fin. Mais nous savons ceci : pour qu’un monde nouveau surgisse, il faut d’abord que meure un monde ancien. Et nous savons aussi que l’intervalle qui les sépare peut être infiniment court ou au contraire si long que les hommes doivent apprendre pendant des dizaines d’années à vivre dans la désolation pour découvrir immanquablement qu’ils n’ont pas vécu."   

Certaines personnes trouveront sans doute que ma synthèse de ce livre ambitieux est un peu légère mais j'ai préféré me limiter à ce qui me semblait essentiel.

Jerôme Ferrari n'a pas volé ce prix Goncourt 2012 mais j'aurais préféré que ce soit pour l'un de ses précédents titres : "Où j'ai laissé mon âme" ou "un dieu un animal", pour lesquels j'ai une préférence.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Géraldine 02/12/2012 19:18


Donc une belle écriture, mais une lecture pas simple à priori. Je ne suis pas partiulièrement tentée dans l'absolu. Je suis allée à la soirée des Goncourt, comme tous les ans, à Rennes. Hélas,
les deux lauréats (goncourt + lycéens) étaient absents car habitants loins... La soirée a donc perdu de sa saveur. Heureusement, Pivot a pu remettre un peu de piquant.

sylire 02/12/2012 21:39



@Géraldine : j'ai lu cela chez Gambadou. C'est rageant  surtout quand on n'est pas prévenu. Non, ce n'est pas un livre simple, mais il en vaut la peine.



dasola 28/11/2012 12:00


Bonjour Sylire, c'est le premier roman que je lisais de cet écrivain, j'ai trouvé son style d'écriture remarquable. Quant à l'histoire, il y a pas mal de questions et pas beaucoup de réponses
mais je le conseille. Bonne journée.

sylire 28/11/2012 18:26



Bonjour Dasola. d'accord avec toi sur le style qui m'avait époustouflée lors de ma première lecture de l'auteur. Je te conseille ses deux livres précédents. Tu devrais aimer !



Choupynette 26/11/2012 17:24


Un  auteur qu'il me faut donc découvrir!!

sylire 26/11/2012 21:54



@Choupynette : il a un style bien à lui et une façon originale d'aborder les thèmes qu'il choisit.



Fransoaz 21/11/2012 22:03


Je crois que le titre choisi éloigne un peu les lecteurs potentiels de Ferrari. Tant pis pour la noirceur, je lirai celui-ci aussi.

sylire 22/11/2012 21:53



@Fransoaz : que ce titre est pompeux , Brr ! . J'attends ton avis !



Lou 19/11/2012 21:52


Je n'ai pas aimé ma première rencontre avec Ferrari, du coup j'hésite vraiment à lire ce texte qui me semble malgré tout intéressant. Le fait qu'il ait eu le Goncourt ne me rassure pas trop au vu
de mes expériences passés avec ce prix... ceci dit j'ai l'impression que je pourrais passer à côté d'un bon roman !

sylire 20/11/2012 15:17



@Lou : si tu n'as pas aimé la première rencontre, je ne sais pas si tu aimeras les suivantes car le style est le même et la noirceur également.