Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Blogoclub

Le blogoclub a changé de mains mais pas d'adresse mail

lecturecommune@yahoo.f

 

 

27 avril 2010 2 27 /04 /avril /2010 23:12

 

Editions du seuil 2010 - 154 pages - traduit de l'Italien

 

« Voilà, Irène, ma fille, mourait ou naissait, je n’ai pas très bien compris : pendant quarante jours, ces mots ont désigné un seul et même état. Inutile d’interroger le corps médical, on me répondait : "Personne ne peut savoir, madame." »

  

Maria a quarante-deux ans et vient de mettre au monde une petite fille prématurée, à six mois de grossesse. Une attente insoutenable commence alors, de longs jours devront s’écouler avant qu’un quelconque verdict soit ne soit prononcé. Nul ne sait si elle vivra, si elle sera "normale". La culpabilité ronge Maria : n’était pas trop âgée pour mettre un enfant au monde ? N’aurait t’elle pas dû arrêter de fumer ? 

Ce court roman est le récit des deux mois d’attente, organisés autour des visites de la narratrice à sa fille hospitalisée. Le papa n’est pas là pour la soutenir, il a fui à l’annonce de la grossesse. Quand elle n’est pas auprès de son enfant, Maria revisite son passé, fait le point sur sa vie. Au départ, la seule compagnie qu’elle supportait était celle d’autres mamans dans la même situation. Peu à peu elle parvient à reprendre contact avec le centre d’enseignement pour adultes dans lequel elle enseigne… 

Je suis restée un peu distance de cette femme qui ne se confie qu’à demi-mots et lutte pour ne pas se laisser déborder par la souffrance. Cette distance avec la narratrice ne m’a pas empêchée de comprendre à quel point ce « temps suspendu » pouvait être terriblement angoissant pour une mère. J’aurais préféré que le récit soit un peu plus étoffé mais j’ai bien apprécié toutefois cette introspection en demi-teinte, la ville de Naples en toile de fond.

Beaucoup d'avis pour ce livre proposé par :

Que je remercie au passage...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Cécile de Quoide9 12/05/2010 10:36



Moi c'est cette distance que j'ai bien aimée et que j'ai trouvée "juste"



Anne 04/05/2010 19:09



Oh oui, "Prodige" est nettement au dessus!!!!!



sylire 05/05/2010 20:04



@Anne : je n'ai pas lu Nancy Huston depuis un petit moment, ce serait sympa qu'elle sorte un nouveau bouquin, tiens !



claudialucia ma librairie 04/05/2010 09:52



Sur le même thème il y a le très très  beau roman de Nancy Huston : "Prodige" magnifiquement écrit.  



sylire 05/05/2010 19:08



@Claudia : j'ai lu "Prodige" et effectivement, c'est un très beau roman. J'aime beaucoup Nancy Huston !



Choco 03/05/2010 20:03



Je viens de le terminer et je suis plutôt de ton avis. intéressant à lire, pas de longueurs et une distance appréciable où on entrevoit les non dits. mais il manque quelque chose pour en faire
une lecture mémorable.



sylire 03/05/2010 21:19



@Choco : une auteure à suivre quoi qu'il en soit...



Theoma 01/05/2010 02:07



Comme toi, je ne suis pas tout à fait entrée dedans.