Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Ecoutons un livre

Dépôt des liens : Ici

Tous les 28 du mois, je publie un billet récapitulatif des lectures audio des participants. Il n'est pas nécessaire de participer à chaque fois.

 

 

 

27 mars 2012 2 27 /03 /mars /2012 23:35

unterritoire

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

    Phébus 2012 - 152 pages

Ils sont trois à habiter la maison. Elle, et eux. A l’étage le garçon et la fille occupent les chambres les plus agréables, la femme doit se contenter de la cuisine et du cagibi, où elle dort sur un matelas à même le sol. Elle s’y sentirait presque bien, dans ce cagibi, si son matelas n’était pas constamment humide…  Elle leur sert de bonne, lave le linge, fait les courses, prépare les repas. Malentendante, elle vit dans son monde intérieur, d’une richesse et d’une poésie que nul ne peut percevoir, surtout pas eux, qui la considèrent comme une idiote.

Qui sont-ils par rapport à elle, quelle est l’histoire de ces lieux ? C’est ce que nous découvrons peu à peu, devinant les liens et reconstituant le puzzle de cette famille décomposée. Au fil des pages, on sent une évolution dans le comportement de la femme malentendante. Loin de se laisser abattre par les difficultés de son quotidien, elle tente de s’échapper par le rêve et la créativité. Tout en se remémorant son passé et elle prend son destin en main, laissant espérer une issue heureuse à cette histoire.

Angélique Villeneuve nous offre un texte riche et subtil,  laissant une grande place à la suggestion. Le lecteur s’approprie l’atmosphère des lieux par les odeurs, le toucher, les non-dits, les images. Nous sommes presque dans l’univers du conte. Ce livre m’a fait penser aux « demeurées » de Jeanne Benameur tant au niveau du thème que de l’écriture. Je l'ai dégusté lentement, prenant le temps de savourer la richesse de la langue.

Beaucoup d’humanité dans ce roman fort bien écrit…

L'avis d'Antigone - Cathulu- et Gwenaelle (que je remercie pour le prêt !)

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Y
This book can be used to demonstrate to children that the more descriptive language they use in their writing the more vivid it becomes.
Répondre
E

J'avais noté Un territoire mais celui-ci me tente moins. Je commencerai par l'autre et je verrais.
Répondre
S


@Emma : on retrouve dans les deux la même plume, délicate et imagée. Celui-ci est ancré dans le contexte de la guerre 14-18. C'est peut-être cela qui te refroidit ? 



L

Je viens de faire ma chronique, avec quelques semaines de retard:) Je partage tout à fait ton avis, c'est un roman d'une grande subtilité, une belle lecture !
Répondre
S


@Lou: on attend le prochain



E

Je le note, je suis tentée par cette histoire, et à lire ton article je me dis que je n'ai toujours pas lu Jeanne Benameur.
Répondre
S


@Emma : on trouve "les demeurées" en poche pour un prix dérisoire. Je te le conseille !



A

J'aime beaucoup les romans avec une atmosphère.
Répondre
S


@Alex : alors, tu ne peux qu'aimer celui-ci