Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Blogoclub

Le blogoclub a changé de mains mais pas d'adresse mail

lecturecommune@yahoo.f

 

 

13 novembre 2012 2 13 /11 /novembre /2012 00:19

 

                                                                       JC Lattès -  360 pages - août 2012 

Ce roman nous offre le portrait finement esquissé d'une vieille femme égoïste et sans coeur. Au fil du roman, nous remontons le temps pour tenter de comprendre comment une jeune fille si enthousiaste et romantique a pu devenir une personne aussi détestable.

Très vite après son mariage, Marie se montre irritée par le comportement calme et patient de son mari, lui reprochant de manquer de charisme. Bien vite elle se met à jalouser les femmes dotées de maris plus riches et plus ambitieux que le sien, simple instituteur. De frustration en frustration elle s'aigrit et son mal-être va crescendo. Aurait-elle été plus heureuse si elle avait rencontré un homme lui correspondant davantage ? Difficile de le savoir. On peut toutefois imaginer que son mari ne lui a pas rendu service en se pliant à ses moindres désirs, imaginant apaiser son mal-être alors qu'il ne faisait que le renforcer. Pour ce mari, j'ai éprouvé de l'empathie, presque de la pitié, surtout à la fin du roman. Marie ne s'épanouit pas davantage dans la maternité,totalement égocentrique et aveuglée par ses ambitions démesurées. 

Hervé Bel décortique la personnalité de Marie pour analyser toutes ses facettes. L'analyse psychologique très fouillée. C'est également une réflexion sur le couple, sur le façonnage d'une personnalité au contact d'une autre. Cet aspect-là est assez terrifiant car on voit peu à peu le fiasco du mariage s'étaler sous nos yeux et le pauvre mari s'efforcer en vain de satisfaire son épouse jusqu'au bout.  

Un portrait de femme absolument saisissant...

Clara a beaucoup aimé également 

Lu dans le cadre de l'opération Masse critique de Babelio

Partager cet article

Repost 0

commentaires

hervé BEL 19/11/2012 14:06


Chère Sylire, je découvre votre critique qui me ravit. Votre texte me permet d'être un peu plus visible en ce temps si difficile de rentrée littéraire pour les auteurs non médiatiques.


Je lirai régulièrement vos papiers; Bien à vous.

sylire 19/11/2012 21:20



@Hervé Bel : il est vrai que l'on parle beaucoup des mêmes... pour ne citer personne.  Votre portrait de femme est très réussi, bravo !



gambadou 17/11/2012 18:24


alors je le note

sylire 17/11/2012 19:40



@Gambadou : c'est vraiment bien...



zarline 16/11/2012 15:30


Ah oui, quelle gârce cette Marie ;-) Plus sérieusement, elle m'a quand même fait pitié, son mari et ses enfants aussi, je te rassure. C'est dur de vivre toute sa vie pour le regard des autres
sans être heureuse au final. M'enfin, un "portrait saississant", tu as très bien trouvé les mots...

sylire 16/11/2012 22:13



@Zarline : je n'ai pas réussi à lui trouver de circonstances atténuantes... voilà pourquoi je n'ai pas réussi à avoir pitié d'elle.



clara 15/11/2012 17:05


Je suis contente que tu aies aimé !

sylire 15/11/2012 21:49



@Clara : c'est grâce à ton billet que je l'ai choisi sur Babelio...



Marie-Noëlle 15/11/2012 09:39


Oui , je suis d'accord . Ce sont les enfants et le conjoint qui sont à plaindre ....Si je le trouve en bibliothèque , je l'emprunterai et le lirai . Je livrerai mon resssentin ici-même ou sur
Babelio .