Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

Pour connaître un peu mieux la lectrice que je suis : Ici ou  

Rechercher

Dernier coup de coeur

Je vous écris dans le noir - Jean-Luc Seigle

Blogoclub

  Pour en savoir plus, cliquez sur le logo.

blogoclub
 

Pour contacter le blogoclub : lecturecommune@yahoo.fr 

Prochaine session : 1er juin : la littérature allemand

 

13 décembre 2011 2 13 /12 /décembre /2011 23:42

 

                                        Éditions Autrement - 2011

"Je m’appelle Magdalena Van Beyeren. C’est moi, de dos, sur le tableau"

Ce court roman, écrit à la première personne du singulier, nous entraîne à Delft en 1667.La narratrice est la femme qui apparaît sur le tableau d’Emmanuel de Witte «Intérieur avec une dame au virginal ».  Le peintre est un contemporain de Vermeer dont le tableau « La jeune fille à la perle » a inspiré la romancière Tracy Chevalier pour l'écriture du roman éponyme. Le rapprochement s'arrête là car les deux textes n’ont pas  grand rapport l’un avec l’autre sinon celui d’être tous deux inspirés par une femme représentée sur un tableau. 

 La femme issue de l’imagination de Gaëlle Josse s’appelle Magdalena. Épouse de l’administrateur de la Compagnie Des Indes Orientales, elle éprouve à l’âge de trente-six ans le besoin de coucher sur le papier les joies et les peines de sa vie.  Elle souhaite également revenir sur son enfance et se soulager d'un traumatisme qui la hante encore.A trente-six ans, Magdalena est pour l’époque une femme "mûre". Intelligente et cultivée, elle s’est mariée à un homme qui la respecte et sait reconnaître ses qualités d’épouse et de conseillère en affaires. Quand celui-ci s’éloigne de son lit au motif de  la protéger d’une nouvelle grossesse, qui pourrait lui être fatale, Magdalena vit mal cette décision qui lui semble cruelle, mais la respecte et ne laisse rien paraître. Elle se passionne pour le commerce et les affaires de son mari, limitée toutefois par la place que l’époque accorde aux femmes.

C’est un beau portrait de femme, d’une autre époque mais que la plume de Gaëlle Josse nous rend étonnamment proche. Le récit est à la fois pudique et sincère, d’une grande douceur, sans être mièvre. Une réussite !

Je vous conseille la lecture du billet suivant : http://doudou.gheerbrant.com/?p=15411, qui analyse le tableau et commente l’interprétation de Gaëlle Josse. Intéressant… Je n’ai pas du tout lu le roman sous cet angle. Certains détails du tableau pourraient laisser imaginer une tout autre interprétation.

L'avis deClaranull

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

Partager cet article

commentaires

Leiloona 05/05/2013 23:12


Oui, elle a effectivement réussi à nous rendre cette femme très proche de nous. Un régal. 

Géraldine 19/08/2012 01:48


Oui, son dernier livre traite entre autre de la psychiatrie et il me tente énormément ! J'attends de le trouver en poche ou à la bib !!

Géraldine 16/08/2012 23:15


Et bien ca y'est c'est lu. Pas forcément fan de ce genre littéraire, je me suis laissée porter par cette plume et ce portrait de femme d'un autre temps !

sylire 18/08/2012 22:05



@Géraldine : elle en a écrit un autre ensuite, apparemment moins bien mais c'est une romancière que je vais suivre.



unepauselivre 19/03/2012 23:24


J'ai rencontré l'auteur au Salon du Livre le week-end dernier. Je suis repartie avec Ce livre et Nos vies désaccordées. Un agréable moment du Salon.

Caroline 21/12/2011 17:24


Ca donne envie !! Je n'ai encore jamais été déçue par les romans publiés aux Editions Autrement, qui, je trouve, portent bien leur nom en faisant découvrir des écrits sensibles et souvent assez
différents de la production littéraire que l'on peut lire chez les "grands éditeurs".

sylire 02/01/2012 21:10



@Caroline : oui, c'est vrai. On est rarement déçu par les éditions Autrement et pourtant, curieusement, je lis peu d'ouvrages de cette maison d'édtition... Une lacune à combler !