Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Ecoutons un livre

Dépôt des liens : Ici

Tous les 28 du mois, je publie un billet récapitulatif des lectures audio des participants. Il n'est pas nécessaire de participer à chaque fois.

 

 

 

17 janvier 2012 2 17 /01 /janvier /2012 00:26

null

                                                             Traduit de l'anglais (Irlande) par Jacqueline Odin (avril 2011)

  

Extrait : « Pour ma mère, le travail est sans fin : nous, la fabrication du beurre, les repas, la vaisselle, nous lever et nous préparer pour la messe et l'école, sevrer les veaux, engager les ouvriers pour labourer et herser les champs, faire durer l'argent et régler le réveil. Mais cette maison est différente. Ici, il y a la possibilité, et le temps de réfléchir. Il y a peut-être même de l'argent à dépenser »

L’histoire se passe aux fins fonds de la campagne irlandaise. Une fillette d’origine modeste et issue d’une famille nombreuse se trouve confiée pour quelques mois  à son oncle et sa tante, un couple sans enfant qui se fait une joie de la recevoir. Le contraste entre les deux foyers nous est dévoilé aux travers des yeux de la petite. Dans un premier temps, on la sent peu désorientée par les attentions des deux adultes mais aussi par le calme qui règne dans la maison. Mais bien vite, l’enfant  y trouve son compte… et l’été file trop vite.

Les difficultés des deux foyers sont abordées avec beaucoup de délicatesse : la misère financière pour l’un, le manque d’enfant pour l’autre. Des non-dits sont perçus par l’enfant. Nous les devinons au travers des petits détails que l’enfant remarque, sans forcément les interpréter tous. J’ai beaucoup aimé la subtilité et la délicatesse de cette narration.  J’aurais juste un reproche à formuler. Le texte ne fait que cent pages…

 Un joli petit roman à découvrir, si ce n’est déjà fait !

Partager cet article
Repost0

commentaires

A
You’d write four and twenty ????
Répondre
L

L'Irlande et l'histoire me tentent, comme les autres je note les réserves quant à sa brièveté.
Répondre
L

La fin est comprise de différentes façons, mais en tout cas, et peu importe comment la fine st comprise, on aime ce petit et court récit ! 
Répondre
S


@Leiloona : oui, on ne peut pas reste insensible à cette jolie histoire et à cette plume prometteuse...



K

Pour la lecture, c'est fait, il me reste à écrire un billet... Court, tout le monde en a déjà parlé et en bien !
Répondre
S


@Kathel : j'ai fait court également. Comme le livre l'est aussi, cela passe bien.



M

J'avais déjà noté ce titre, mais je ne l'ai toujours pas lu...  
Répondre
S


@Marie : difficile de lire tout ce que l'on note...