Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Blogoclub

Le blogoclub a changé de mains mais pas d'adresse mail

lecturecommune@yahoo.f

 

 

5 décembre 2009 6 05 /12 /décembre /2009 16:10

 null

                                         Arléa - 2009 - 89 pages

"Ma vie doit changer, c'est en entendant la voix du neurologue que j'ai compris que cela ne pouvait plus durer, ma fuite est un début de changement. La première étape a été de prendre la décision. Prendre une décision, ça n'a l'air de rien, les pensées se déplacent, se décalent jusqu'au bord de soi, et surgissent dans un ordre inattendu. La décision est là, debout, dans tout son déploiement et sa force. Un sauvetage. Une fois que j'avais accepté la décision, je devais la rendre possible, lui ouvrir l'espace dont elle avait besoin."

Une femme quitte mari et enfants après avoir appris après qu’elle était atteinte d’une grave maladie. Elle ne prend que le chien et encore, elle finit par l'abandonner, lui-aussi. Quelles sont les raisons de cette fuite brutale ? Nous l’apprenons dans la seconde partie du roman par le biais d’une lettre accusatrice dans laquelle elle fait voler sa vie en éclats… Je n’en dirai pas plus sur l’histoire, mieux vaut aborder ce livre en en sachant le moins possible.

Des lectrices ont été dérangées par la construction du roman, notamment par cette lettre qui intervient au milieu du récit. Pas moi. J’étais accrochée au récit, admirative de la justesse des mots qui décrivent le vide intérieur de cette femme avant l’électrochoc que constitue l’annonce de la maladie. Je dois dire que j’ai été surprise par la révélation qui sort de sa plume, je ne m’attendais pas à cela. J’ai lu la dernière partie en osant à peine reprendre mon souffle. Je n'avais pas imaginé cette fin-là.

nullQuatre-vingt neuf pages qui m'ont scotchée...
 

 Anne RévahMerci à Anne Revah de m'avoir proposé de découvrir son premier roman. Je n'ai pas pas hésité un instant à accepter son offre, je fais toujours de belles découvertes dans cette collection "1er mille" de chez Arléa.

D'autres avis :
Antigone - Laure - Leiloona
Un coup de coeur de Jérome Garcin

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Leiloona 12/12/2009 23:58


@ Sylire :
Ah oui, c'est vrai que pour le coup, la fin l'est ...


choupynette 12/12/2009 10:16


Allez, vendu! tu m'as convaincue, alors que je n'en avais jamais entendu parler!


sylire 12/12/2009 11:35



@Choupynette : il s'est perdu dans la vague des romans de la rentrée. J'espère que son succès bloguesque le dopera un petit peu (mais je ne crois pas hélas que notre pouvoir sur les
ventes soit très fort).



Marie L. 09/12/2009 19:27


A lire ton billet, je voudrais sauter sur ce livre... Mais je redoute toujours un peu les livres qui traitent de "phase terminale"... J'ai toujours peur de sortir "vidée", "déprimée" du livre.


sylire 09/12/2009 21:49


@Marie : contrairement à ce que l'on pourrait penser, ce n'est pas la maladie qui prime dans ce roman. Tu n'as donc rien à craindre de ce côté-là.


Béatrix 09/12/2009 10:17


Beaucoup de belles lectures sur ton blog, je ne suis pas assidue que toi en ce moment mais je prends note de celui ci et avec Noel qui approche je vais faire ma petite liste au Père-Noel!! bisous
et belle journée.


sylire 09/12/2009 21:33


@Béatrix : c'est un très bon premier roman.
Je continue à tenir le rythme du blog, qui me sert aussi de carnet de lectures ! Double emploi, donc.... Mais je suis bien moins créative que toi !
Bisous et bons préparatifs de Noel.


Anne 07/12/2009 15:31


Bon puisque tu assures que la maladie de l'héroïne, ne me rendra pas malade, je l'ajoute sur ma liste  


sylire 08/12/2009 10:35


@Anne : non vraiment la maladie est ici accessoire, ce qui ne veut pas dire que ce soit le pays des bisounous. C'est un livre difficile mais je sais que cela ne te pose pas de
problème.