Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Blogoclub

Prochaines sessions :

1er juin : lecture commune de "Un jour" - David Nicholls

Pour contacter le blogoclub : lecturecommune@yahoo.f

Pour en savoir plus sur le blogoclub :

http://www.sylire.com/article-26682108.html

 

18 novembre 2010 4 18 /11 /novembre /2010 00:45

 

Actes Sud - 2010 - 154 pages

J’avais été très marquée par son précédent roman « Dieu est un animal », un livre très fort, très pessimiste, sur le thème de la guerre. Dans « où j’ai laissé mon âme», il est encore question de la guerre, sous l’angle de la torture, cette fois. Nous écoutons le long monologue intérieur du lieutenant Andréani qui s’adresse à son supérieur, le capitaine Degorce. Tous deux ont torturé pour extorquer des renseignements à « l’ennemi », durant la guerre d’ Algérie. Alors que le lieutenant est persuadé d’avoir accompli pour le mieux la mission qui lui était confiée, son supérieur n’assume ses actes et considère qu’il a « perdu son âme ».  La conscience du Capitaine Degorce ne lui laisse pas de répit car il sait que ses actes sont injustifiables et impardonnables. Le lieutenant ne comprend pas les états d'âmes de son supérieur.

Cette histoire présente deux types de bourreaux : ceux qui agissent froidement et les autres, ceux qui n’étaient pas faits pour cela mais que les circonstances ont conduit à commettre des actes de barbaries qui les dépassent. Hélas, le résultat est le même. C’est un livre très prenant, d’une construction irréprochable et magnifiquement écrit. Comme dans son précédent livre, Jérôme Ferrari explore l’âme humaine sans la juger. Il nous donne des clefs pour tenter de comprendre comment, ayant été soi même victime, on peut un jour passer de l’autre bord et tomber dans une descente aux enfers sans retour arrière possible. Effrayant…

 

« Si la vie n’avait pas fait de vous un soldat, mon capitaine, s’il nous vous avait pas fallu être installé au premier rang de la salle de classe, vous aussi vous vous seriez indigné, vous auriez peut-être envoyé des articles de protestations à vos amis de l’Humanité, vous auriez disserté sur les droits imprescriptibles de l’être humain, sur sa dignité, et vous auriez contemplé avec émerveillement vos belles mains propres et blanches, sans jamais soupçonner qu’un cœur de bourreau battait dans votre poitrine ».

 

Un roman impressionnant par sa profondeur d’analyse  et sa qualité d'écriture

 

Les avis de Stéphanie (Landibiblog)  - Laure - Cathe

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Nanne 11/12/2010 18:02



J'aime ces auteurs qui parlent de la guerre, non pour nous la décrire simplement, mais pour nous obliger à réfléchir dessus ! Ils sont rares et il faut les mettre en avant, rien que pour cela ...
"Où j'ai laissé mon âme" de Jérôme Ferrari, tout comme "Des hommes" de Laurent Mauvigier, fait partie de ma PAL. Je n'ai pas pu (su) résister à un tel ouvrage, surtout après autant de billets
enthousiastes et beaux, pour parler d'évènements qui ne le sont jamais !



sylire 11/12/2010 22:04



@Nanne : j'avais été très impressionnée aussi par "des hommes", un livre très fort. Tu ne devrais pas être déçue.



Ellcrys 06/12/2010 11:15



Tu viens de me convaincre de lire ce roman, qui semble vraiment poignant.



sylire 06/12/2010 23:10



@Ellcrys : tu ne devrais pas le regretter.



Karine :) 30/11/2010 23:56



Ah oui, en effet, ça semble positivement effrayant.  Pas certaine que j'y survive, en fait!



sylire 01/12/2010 19:33



@Karine : bon, j'ai survécu mais ce n'est pas une lecture détente, c'est certain.



Anjelica 28/11/2010 18:32



Trop dur comme sujet pour moi...



Choupynette 27/11/2010 10:06


j'en ai entendu beaucoup de bien. je l'ai noté.


sylire 28/11/2010 22:03



@Choupynette : un auteur assez exceptionnel je dois dire.