Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Blogoclub

Le blogoclub a changé de mains mais pas d'adresse mail

lecturecommune@yahoo.f

 

 

7 janvier 2010 4 07 /01 /janvier /2010 18:21


null

 Le Livre de Poche (éditions Lattès 2007) - 312 pages 

On sait tous que l’on ne s’amuse pas tous les jours en Iran, l’actualité nous le rappelle régulièrement. Ce que l’on sait moins, c’est que ce pays cache une facette plus souriante, que l’on ne peut connaître qu’en fréquentant ses habitants. Dans « Passeport à l’iranienne », Nahal Tajadod nous présente cet Iran pittoresque, sans toutefois nous cacher ses maux et ses faiblesses.

 

Née en Iran, Nahal Tajadod a quitté son pays à  17 ans pour rejoindre la France, où elle réside aujourd’hui. Elle retourne régulièrement dans sa terre d’origine pour y voir sa famille et ses amis. En avril 2005, alors qu’elle se trouve en Iran et doit renouveler en urgence son passeport pour la France, elle se trouve embarquée dans une série de péripéties assez cocasses. En effet, la bureaucratie est telle que pour avoir une chance d’obtenir le précieux sésame dans un délai raisonnable, la seule solution est d’utiliser des réseaux parallèles plus ou moins fiables. Par ses relations, elle finit enfin par y parvenir, non sans mal et après avoir côtoyé des personnages hauts en couleur, que nous découvrons au fil du roman : deux photographes multicartes, un médecin qui arrondit ses fins de mois de curieuse façon, un installateur de paraboles qui ne recule devant rien pour satisfaire ses clients…

 

J’ai bien apprécié cette façon amusante de découvrir un pays. J’ai été surprise par l’envers du décor, par la débrouillardise dont font preuve les habitants pour contourner les nombreuses  restrictions dont ils sont victimes. On les imaginerait volontiers cloîtrés chez eux à se morfondre. Si l’on en croit ce témoignage, ce n’est pas vraiment le cas. Ceci dit, l’humour de la narratrice ne suffit pas à donner envie d’y habiter…
 
 Les avis de Keisha - Solenn -  

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Hambre 16/02/2010 21:37


Je note car j'aime bien l'idée de découvrir une culture à travers l'histoire du roman !!!


sylire 19/02/2010 18:45


@Hambre : cela me passionne aussi !


Anne 10/01/2010 11:37


Je vais finir par regretter de ne pas avoir envie de le lire


sylire 10/01/2010 16:19


@Anne : pas de regrets à avoir, c'est une lecture sympathique mais tout de même pas incontournable.


Violette 09/01/2010 15:18


livre qui me tente, tu le vends bien  ... approche originale du pays sans doute...
merci ;-)


sylire 09/01/2010 17:27


Merci Violette !


La Nymphette 09/01/2010 06:11


Effectivement, voici un aperçu de l'Iran assez atypique, qui doit permettre de prendre un peu de recul par rapport au dram vécu par ce peuple.


sylire 09/01/2010 15:27


@La Nymphette : les gens qui ont vécu la guerre racontent volontiers que la vie ne s'arrête pas pour autant, qu'il y a des moments plus légers qui viennent aténuer un peu le malheur.
C'est un peu pareil ici.


Mango 08/01/2010 16:33


Je l'avais déjà noté chez Keisha! J'espère que ma bibliothèque a eu la bonne idée de l'acheter! 


sylire 09/01/2010 15:23


@Mango : c'est une façon originale d'évoquer un pays, loin de l'image véhiculée par les médias. J'espère que tu le trouveras à la biblio. Sinon, il vaut 5 euros en
poche.