Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Blogoclub

Le blogoclub a changé de mains mais pas d'adresse mail

lecturecommune@yahoo.f

 

 

20 mars 2012 2 20 /03 /mars /2012 00:59

                                                                                  Grasset - 333 pages -aout  2011

 

En Irlande du Nord, depuis  les années 50-60 les républicains de l'IRA luttent pour le rattachement de l'Ulster à la République d'Irlande. En face, les protestants souhaitent demeurer une province britannique. Un jeune militant républicain, Tyrone Meehan, est un traître en devenir, mais ne le sait pas encore. A l’origine de cette trahison, cette scène là :

« J’avais baissé mon pistolet-mitrailleur. Je l’ai relevé. J’ai voulu l’assurer contre ma hanche. J’ai toussé. J’avais du sang dans les yeux. J’ai pressé la détente. Je crois. J’ai entendu mes tirs. J’ai vu le feu de l’arme. Danny est tombé. J’étais derrière lui. J’ai tiré trois fois et Danny est tombé en avant. »

Danny était son ami, son frère d’armes. Tyrone n’aura pas le courage d’avouer qu’il est, par accident, le meurtrier. Cette faiblesse marquera  le début de sa perte car les britanniques connaissent la vérité et n’hésiteront pas à le faire chanter, le moment venu. Avant cela, ils lui laisseront le temps de se lancer à corps perdu dans la défense de cette cause à laquelle il croit dur comme fer. Quand les britanniques menacent de dévoiler la vérité sur la mort de Danny, Tyrone lâche une information sans importance puis une autre. L’engrenage infernal est en marche. 

Il n’est pas facile d’être synthétique en évoquant ce livre car l’histoire de ce traître ne peut être dissociée de son contexte historique. Le traître est avant tout un militant qui a consacré sa vie à une cause, celle de la lutte pour l’indépendance de l’Irlande du Nord. Tout au long du roman, Sorj Chalandon nous fait partager le quotidien de ces militants : la prison, les grèves de la faim, les moments d’euphorie et les moments de doute.  Des vies entières consacrées à une cause commune qui les soudent.

Si Sorj Chalandon s’est emparé du sujet, c’est parce qu’il a été la victime parmi d’autres d’un traître qui ressemble beaucoup au personnage dont il est question ici. Durant des années,  L’auteur a couvert en tant que journaliste les « évènements » d’Irlande du Nord. C’est à cette occasion qu’il a connu celui qui allait devenir « son ami » puis un jour « son traître ». Il ne s’appelait pas Tyrone Meehan mais Denis Donaldson. Sa trahison reste un mystère...

Dans un précédent roman « mon traitre », Sorj Chalandon portait la voix du trahi. Dans «retour à Killybegs», il se met cette fois dans la peau du traitre. Peut-on trahir sans être pour autant un salaud ? C’est l’idée à laquelle se raccroche Sorj Chalandon pour tenter de donner un sens à la trahison de son ami. Sans le dédouaner de ses fautes, il nous présente un traître à visage humain, avec un passé familial qui explique à la fois son engagement et ses faiblesses. Essayer de comprendre plutôt que de juger. C’est ce que propose Sorj Chalandon au lecteur qui s’embarque à ses cotés dans une histoire passionnante et bouleversante.                                                

Les avis de : Gambadou -Midola -1pour_cent_litt_raire_2011

                                                                                                        13/14

Partager cet article

Repost 0

commentaires

avis de lecture 08/01/2014 20:17


Un très beau roman etfort bien écrit. Je le recommande à tous

sylire 09/01/2014 07:13



@Avis de lecture : oui, un très beau roman ! J'ai prévu également de lire son tout dernier.



Anna Blume 10/08/2012 21:17


Du très grand Chalandon ! Déjà "Mon traitre" m'avait subjugué. Là, c'st encore un cran au-dessus ! Je me suis permis de citer ton billet sur mon blog du coup !

sylire 16/08/2012 16:29



Merci Anna !



Géraldine 09/04/2012 19:57


Je n'ai pas encore lu mon traitre. Finalement, de mes achats du salon à rennes, j'ai préféré commencer par le Petit Bonzi, histoire de découvrir l'homme et l'auteur à ses débuts.

Karine:) 09/04/2012 04:36


Je veux le lire, celui-là.  Mais je vais commencer par "Mon traitre".  Call me psychorigide!

sylire 09/04/2012 15:46



@Karine : bonne lecture alors !



Géraldine 08/04/2012 21:23


Quel livre hein ! Du grand art et tant de questionnement. Et effectivement, impossible de juger...

sylire 09/04/2012 15:42



@Géraldine : oui, c'est un livre assez unique (tout comme "mon traitre" d'ailleurs)...