Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Ecoutons un livre

Dépôt des liens : Ici

Tous les 28 du mois, je publie un billet récapitulatif des lectures audio des participants. Il n'est pas nécessaire de participer à chaque fois.

 

 

 

3 février 2014 1 03 /02 /février /2014 00:00

Futuropolis 2012 - 163 pages

Cette BD est un récit de voyage assez particulier puisqu'il s'agit d'un séjour dans la région de Tchernobyl, où explosa, en 1986, le réacteur d'une centrale nucléaire. Nous assistons tout d'abord à la réflexion de l'auteur sur l'opportunité ou non de faire ce voyage, qui lui est proposé par une association. Son entourage ne l'encourage pas en raison des risques potentiels. Poussé par la curiosité  et le souhait d'un acte militant, il se laisse tenter par l'aventure, qu'il partage avec d'autres artistes. 

Sur place, le dessinateur rencontre diverses personnes dont un ancien "liquidateur", Vassia. Ce dernier lui raconte comment "les liquidateurs" ont nettoyé la centrale au péril de leur vie. Nous assistons à la viste du site, lugubre ville fantôme, qu'il leur faut traverser au plus vite car il est dangereux d'y rester trop longtemps. Les jours passent, Emmanuel Le Page s'imprègne des lieux, avec un certain malaise toutefois. Nous sommes au printemps, la nature est belle et la vie a repris ses droits. A t'il le droit de faire l'impasse sur cette beauté en se concentrant, comme il l'avait envisagé, sur la catastrophe et ses stigmates ? Il décide d'être honnête et dessine également les beaux paysages verdoyants qui s'offrent à ses yeux.

J'ai particulièrement aimé l'évocation des rencontres avec les habitants et les beaux portraits qui en ont découlé. Emmanuel Le page évoque également le retard économique des pays de l'Est, le chômage, l'alcoolisme. C'est donc une bande dessinée très riche, qui ne se borne pas à un récit de voyage. L'auteur partage avec nous une expérience personnelle très marquante. J'ai beaucoup aimé les dessins et leur variété. Comme je l'ai appris dans l'article très complet de Rue 89 (ici), il a utilisé plusieurs instruments : craie grasse, fusain, mine de plomb, pastel.

Un roman graphique vraiment très réussi !

Il me semble que c'est chez Antigone que je l'ai repéré la première fois.

      

Un-printemps-a-Tchernobyl-6.JPG

Partager cet article
Repost0

commentaires

M

J'aime beaucoup les BD d'Emmanuel Lepage et je compte bien lire celle-ci un jour ou l'autre !
Répondre
S


@Midola : c'était ma première BD de cet auteur, ce ne sera pas la dernière.



N

Je note. Je l'ai vu sur plusieurs blogs, et ça a l'air bien tentant.
Répondre
S

Quand je vois tant d'enthousiasme sur un album, je regrette de ne pas être très BD
Répondre
S


Sous les galets : je ne le suis pas non plus, à la base, mais j'y prends goût peu à peu !



H

Un de mes albums coup de coeur !
Répondre
S


@Hélène : j'ai bien l'impression que personne n'a été déçu par cet album.



S

J'ai découvert l'auteur avec ce livre que j'ai beaucoup aimé. J'ai lu aussi "Voyages aux îles de la désolation" : pas mal non plus !
Répondre
S


@Saxaoul : j'ai beaucoup aimé ce concept de BD reportage. Je re-tenterai l'aventure.