Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Blogoclub

Le blogoclub a changé de mains mais pas d'adresse mail

lecturecommune@yahoo.f

 

 

29 mai 2013 3 29 /05 /mai /2013 23:04

Philippe Rey 2013 - 232 pages - traduit de l'anglais (Etats Unis) par Simone Arous

Ce livre de Joyce Maynard, publié en 2013 par Philippe Rey, a été écrit en 1972 par la romancière alors qu'elle n'avait que 19 ans. Il s'agit d'un recueil de chroniques ayant pour thème ses années d'adolescence : de 1962 à 1972. Avant ces chroniques, une très intéressante préface, écrite par Joyce Maynard en 2012, restitue l'ouvrage dans son contexte de l'époque. On apprend notamment qu'au moment de l'écriture de ces chroniques, la jeune fille avait abandonné ses études pour vivre avec le célèbre écrivain Sallinger (il avait trente ans de plus qu'elle).

J'ai pris mon temps pour lire ces chroniques, à la fois sérieuses et très fraiches. Certains thèmes m'ont davantage parlé que d'autres, ne connaissant pas tous les détails du contexte politique et culturel de l'époque aux Etats-Unis. J'ai pu faire toutefois le rapprochement avec l'évolution des moeurs en France à la même époque : mai 68 notamment. 

Joyce Maynard a vécu ses années jeunesse en observant ce qui se passait autour d'elle, en étant un peu décalée par rapport aux autres (elle ne buvait pas, ne se droguait pas, n'était pas une fille "populaire"). Son regard distancié est intéressant. Sur certains points, elle est toutefois parfaitement en phase avec les autres filles : le culte de la minceur (déjà), l'obsession de l'apparence (ça s'est aggravé depuis, hélas...). 

D'un milieu plutôt aisé, Joyce Maynard n'aborde pas ici l'adolescence des jeunes gens de milieux défavorisés. Le roman qu'elle a écrit juste après, "Baby Love", complète assez bien, de ce fait,"Une adolescence américaine". J'ai trouvé que les deux livres formaient, d'une certaine façon, un dyptique.

Une auteure dont je sens que je vais tout lire !

PS : je ne me lasse pas de regarder la photo de cette couverture, qui représente Joyce Maynard adolescente... Comment ne pas avoir envie d'en savoir plus sur l'adulte qu'elle est devenue ?

L'avis de Valérie et d'Yvon 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Tiphanie 05/02/2014 16:48


Je suis moins enthousiaste que toi, j'ai trouvé que c'était intéressant mais peut-être que Joyce Maynard n'avait pas assez de recul sur ces années tout juste derrière elle.

sylire 06/02/2014 13:02



@Tiphaine : d'où l'intérêt de la préface où elle pondère un peu ses propos et explique dans quel état d'esprit elle était au moment de l'écriture.



Yspaddaden 10/06/2013 07:08


Auteur au programme des "Anniversaires" cette année sur mon blog. Je vais donc enfin la découvrir.

sylire 10/06/2013 21:46



@Ys : tu ne devrais pas le regretter. Je vais aller voir sa date d'anniversaire et comme j'ai l'intention de lire un autre titre, j'essayerai de mettre en ligne mon billet ce jour
là.



Theoma 07/06/2013 17:07


c'est exactement ce que je me suis dit : je veux tout lire de Joyce Maynard. Celui-ci m'attend ainsi que Baby love.

Aifelle 01/06/2013 06:52


10 ans de moins que toi ?? ou 10 ans de plus ? Elle est née en 1953, je suis un peu plus âgée qu'elle et je suis sûre que tu es plus jeune que moi

sylire 01/06/2013 08:47



Dix ans de plus bien-sûr ! Je n'ai pas encore 70 ans...  



Aifelle 31/05/2013 06:44


C'est par celui-là que j'ai l'intention de commencer, et côté époque, je ne serai pas perdue, c'est la mienne. Cerise sur le gâteau, c'est un régal de la rencontrer et de l'entendre parler
d'elle.

sylire 31/05/2013 21:38



@Aifelle : elle a environ 10 ans de moins que moi. J'ai retrouvé quelque similitudes tout de même car les Etats-Unis ont toujours eu de l'avance et dans mon petit village breton, on était
plutôt à la traine !