Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Ecoutons un livre

Dépôt des liens : Ici

Tous les 28 du mois, je publie un billet récapitulatif des lectures audio des participants. Il n'est pas nécessaire de participer à chaque fois.

 

 

 

27 septembre 2013 5 27 /09 /septembre /2013 23:15

    Editions Dialogues - 237 pages - août 2013 

 

"Dans notre famille, il s'agissait de faire bonne figure. Alors peu importait notre tristesse ou notre fragilité : lorsque nous arrivions, comme nous étions chéris notre peine tendait à disparaître instantanément et nous nous lovions naturellement dans un bien-être protecteur et simple, nous nous y fondions, décidés à engranger toutes les marques d'affection. L'anxiété qui nous taraudait, qui vivait en nous depuis toujours, nous la mettions sous cloche. Nous ne parlions pas : on nous demandait, on nous suppliait du bout des lèvres, sans que cela se voit véritablement, de nous taire et de faire bonne figure".

 

Anne, la narratrice, nous raconte son enfance bourgeoise dans la région parisienne. De l'extérieur, on pourrait dire qu'elle a reçu "une bonne éducation". Parents et grands-parents cultivés, vacances linguistiques, équitation... Dans un immeuble où cohabitent plusieurs générations, la vie devrait être douce, elle l'est parfois. Mais il y dans cette famille un gros problème : la mère se montre particulièrement violente vis à vis de ses enfants. Impuissant, le père finit par quitter le domicile familial. Les autres membres de la famille ne soulèvent pas le problème, par méconnaissance de la situation ou par crainte du scandale. Anne grandit, avec cette souffrance ancrée au fond d'elle-même. Une souffrance qui la poursuit quand elle part vivre en Afrique avec son père. La jeune fille, peu armée pour un changement de vie aussi radical supporte mal le choc des cultures. D'autant qu'elle n'a pas choisi cette vie-là.

Comment arriver à l'âge adulte sans séquelles quand on a vécu une enfance et adolescence aussi perturbées ?     

"Une bonne éducation" est un roman bien écrit, les mots sonnent justes et les émotions sont bien rendues. La quatrième de couverture nous parle d'un roman "dans le sillage de François Mauriac ou Hervé Bazin", je n'irai pas jusque-là. C'est un roman qui se lit bien, certes, mais il lui manque un peu d'originalité pour se démarquer de nombreux livres sur le même thème.

 

  L'avis d'Alice 

  3/6

Partager cet article
Repost0

commentaires

G

Pourquoi pas, si ce roman croise mon chemin
Répondre
S


@Géraldine : qui sait...



L

Bon, je ne vais pas me ruer dessus. Je verrai lors de sa sortie poche, j'ai d'autres livres qui m'attendent ! :D
Répondre
S


@Leiloona : j'imagine...



D

pourquoi pas alors? au cas où il croiserait notre route sur une table de bibliothèque par exemple
Répondre
S


@Denis : ce n'est pas un coup de coeur mais j'ai passé un bon moment.



S

Il me tentait, même si je trouve que ce type d'"intrigue" fleurit dans de nombreux ouvrages (la bonne famille, pas si parfaite que ça), s'il est bien mais sans plus, je vais passer mon tour. Bon
week-end Sylire
Répondre
S


@sous les galets : Bien, sans plus.... C'est ça...



A

C'est un sujet qui devient trop rebattu je trouve et comme vous dites toutes qu'il n'apporte rien de nouveau, je passe ..
Répondre
S


Aifelle : quand on lit beaucoup, comme nous, on cherche un peu d'originalité dans la plume ou dans le thème traité. Ce n'est pas le cas ici, dommage.