Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Blogoclub

Prochaines sessions :

1er juin : lecture commune de "Un jour" - David Nicholls

Pour contacter le blogoclub : lecturecommune@yahoo.f

Pour en savoir plus sur le blogoclub :

http://www.sylire.com/article-26682108.html

 

11 février 2010 4 11 /02 /février /2010 19:53

 

Couv Hartnett[1].JPG                       Le serpent à plumes - traduit de l'anglais (Australie) - 198 pages

L’histoire commence par la disparition de trois jeunes enfants, partis acheter une glace et jamais revenus.  Très vite, nous laissons de côté l’histoire des petits disparus pour faire connaissance avec Adrien, qui habite la même ville. Adrien est un jeune garçon de neuf ans très attachant. Ses parents ne semblent pas en mesure de d’en occuper, il a donc été confié à sa grand-mère, qui a accepté la charge plus ou moins à contre cœur. Le jeune garçon fait de son mieux pour se faire accepter de tous mais se sent continuellement diminué par sa situation familiale et manque cruellement de confiance en lui. Au fil des pages, nous suivons la vie du petit bonhomme dans sa famille et dans son quartier, mais aussi à l’école où il peine à se faire des amis.

 

Dans le village la population est traumatisée par la disparition des trois enfants. Le lecteur perçoit cette angoisse et se demande ce qui va se produire. Quelques personnages nous paraissent un peu inquiétants. Auraient-ils un rapport avec les disparitions ? Ce n’est qu’aux trois quarts du livre que l’histoire se décante. Impossible alors de lâcher le livre, le suspense est bien trop important.

 

J’ai retrouvé avec bonheur la plume de Sonya Haartnett, que j’avais découverte l’an passé avec « Finnigan et moi », roman très troublant aux frontières du fantastique. Je m’attendais retrouver cette atmosphère un peu surnaturelle mais elle est beaucoup moins prononcée dans « une année australienne ». Les deux romans évoquent avec beaucoup de sensibilité et de psychologie la difficulté de vivre d’un enfant confronté à de douloureux problèmes familiaux. Une romancière à découvrir ! 

Un beau et douloureux portrait d’enfant. 

Celsmoon et Papillon ont beaucoup aimé également.

"une année australienne" sort ce 11 février en librairie ...
 Finnigan et moi

Et "Finnigan et moi" en format poche
(j'ai lu)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

bonsoirbabayaga 29/12/2011 20:52


bonsoir,je viens de lire ta chronique, je découvre cet auteur Sonya Hartnett et son dernier texte l'enfant du jeudi,
j'ai envoyé une chronique à mon webmaster de neveu mais il est en vacances,j'ai aimé cette écriture poétique,cet univers mélant fantastique et réalité,à suivre...

sylire 02/01/2012 21:08



@Merci pour ta visite Babayaga et bonne année 2012 !


Sonya Harnett est un auteur que je suis de près. J'aime beaucoup ce qu'elle fait. Mais je l'ai pas lu "l'enfant du jeudi" enfin du moins pas encore.



Celsmoon 25/02/2010 21:56


Je pense que je lirais son premier.... vraiment une belle lecture !


sylire 27/02/2010 10:53


@Celsmoon : les deux sont très bons


Aifelle 21/02/2010 10:32


Je viens de le terminer (je l'ai reçu par B.O.B.). Je suis occis !! Auteur à suivre absolument. (je mets mon billet demain).


sylire 21/02/2010 20:49


@Aifelle : Je suis vraiment contente que tu aies aimé. Il te reste à lire "Finnigan et moi" un peu différent mais très bon aussi.


Karine :) 19/02/2010 03:54


Je suis supposée le recevoir bientôt... j'attends!  Mais j,ai bien hâte de la découvrir... et contente de voir que Finnigan et moi soit en poche!


sylire 19/02/2010 19:05


@Karine : chouette, j'attends ton billet !


Tristounette@hotmail.fr 18/02/2010 11:08


bonjour il alaire bien je vait mi mpaitre