Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Ecoutons un livre

Dépôt des liens : Ici

Tous les 28 du mois, je publie un billet récapitulatif des lectures audio des participants. Il n'est pas nécessaire de participer à chaque fois.

 

 

 

31 juillet 2012 2 31 /07 /juillet /2012 23:36

la-lsite-de-mes-envies.jpg

Paru en fevrier 2012 chez Jc Lattes puis chez Audiolib en juin 2012

 

Jocelyne est une femme que l'on pourrait qualifier d'ordinaire : un petit commerce qui lui dégage de quoi vivre gentiment, un mari (Josselin) qui n'est ni meilleur ni pire qu'un autre mais qu'elle aime, des enfants quasiment tirés d'affaire...  Elle mène une petite vie tranquille dans sa petite ville de province jusqu'à ce que, par hasard, elle joue au loto... et gagne ! Comme c'est une personne très posée, elle ne s'emballe pas et commence par faire la liste de ses envies. Très vite elle réalise que le plus important, elle l'a déjà. Elle ne se précipite donc pas pour mettre son chèque en banque. Mais un évènement indépendant de sa volonté fera prendre à l'histoire une tournure inattendue... Ce qui se passe par la suite est une parfaite illustration de la célèbre phrase : "l'argent ne fait pas le bonheur".

Jocelyne, c'est la bonne copine, la bonne mère, la bonne épouse. Ce qui lui arrive est si injuste qu'on est de tout coeur avec elle, la soutenant dans les épreuves qu'elle traverse. On referme le livre, soulagé de ne pas avoir gagné au loto et bien décidé à profiter des petits bonheurs que nous offre le quotidien. L'univers de la mercerie donne un petit côté suranné à l'histoire mais la mercière est bien une femme de son époque, pour preuve elle tient un blog... L'écriture de Grégoire Delacourt est à l'image de Jocelyne, sans fioriture mais plus subtile qu'il n'y paraît. L'analyse psychologique de cette gagnante du loto est très bien vue. Rien à dire sur la version audio : la voix colle bien avec la narratrice et il est très facile de se laisser porter par les mots de Grégoire Delacourt.

 A conseiller sans hésitation autour de soi !

Partager cet article
Repost0
28 juillet 2012 6 28 /07 /juillet /2012 09:32

photo-1-6288--3-.jpg

C'est notre spectacle du soir et la raison pour laquelle mes billets se font attendre...

Bientôt les vacances (jeudi soir) et vendredi nous procèderons à notre deuxième déménagement mais nous n'occuperons cet l'appartement qu'en septembre. D'ici là, trois semaines de vacances en perspective et deux semaines en mode "semi-vacances". Je mettrai mon blog en pause quelque temps (une semaine ou deux voire trois, je verrai...).

(Pour ce qui ne comprennent rien à mes histoires de déménagement : nous avons désormais deux lieux de vie : un au bord de la mer, l'autre en ville, et nous naviguons entre les deux).

Partager cet article
Repost0
23 juillet 2012 1 23 /07 /juillet /2012 23:21

L-elegance-des-veuves.jpg

                                                             Babel Actes Sud 1999 - 126 pages

Avec la très jolie plume qu'on lui connaît, Alice Ferney nous offre avec "l'élégance des veuves" un petit livre très féminin sur le thème de la maternité au siècle dernier. Elle retrace la vie d'une lignée de femmes qui, la tête haute, fait face au malheur qui s'invite trop souvent à sa porte : mort d'un enfant à la naissance ou perte d'un mari sur le champ de bataille. Mais ce n'est pas un livre triste car il est aussi question (et avant tout) du bonheur d'être mère, de bercer un petit enfant et de le voir grandir puis d'être grand-mère et de recommencer...

C'est un très bel hommage rendu aux femmes qui nous ont précédées. Elles nous ont transmis le flambeau de la maternité, pour le meilleur et pour le pire, et nous faisons de-même parce que telle est notre destinée...

Alice Ferney, une valeur sûre à lire et à relire... 

Les avis de Mango et Laure

Partager cet article
Repost0
17 juillet 2012 2 17 /07 /juillet /2012 23:11

9782844181961-image-width160.jpg

                                              La part commune - 133 pages 9 2010

Lors du dernier salon du livre de Rennes, Midola nous a présenté Jeff Sourdin en nous recommandant chaudement son premier roman, "Ripeur". Elle a été si convaincante que nous sommes plusieurs bretonnes à l'avoir lu. L'auteur s'est mis dans la peau d'un jeune ripeur (éboueur qui travaille à l'arrière d'une benne), en imaginant son quotidien et ses états d'âmes. En jouant adroitement avec les mots et les sonorités, il nous offre un texte original et assez profond. C'est aussi un hommage rendu à des hommes courageux qu'il a cotoyés à l'occasion de jobs d'été.

Ramasser les poubelles est un travail fatiguant, on s'en doutait. Ce que l'on imagine moins c'est qu'il demande une certaine dextérité et plus de concentration qu'il n'y paraît. Mais une fois rodé on peut presque y trouver une certaine satisfaction : traverser des villes et villages au petit matin, partager une complicité avec ses camarades... mais difficile de s'en contenter sur le long terme : mauvaise image, horaires décalés, douleurs physiques... C'est un emploi que notre jeune ripeur a occupé "faute de mieux" après avoir abandonné ses études à la fac, puis la routine s'est installée...

On pourrait qualifier ce texte de "roman sociologique". L'auteur s'interroge sur la valeur travail mais aussi sur la façon dont nous gérons notre vie : les choix que nous faisons et surtout ceux que nous ne faisons pas et qui font souvent pencher la balance de nos vies vers la médiocrité. Je rassure ceux à qui le mot "sociologique" pourrait faire peur. Ce texte n'est jamais barbant et se lit d'une traite. Les jeux de mots et le sens de l'humour de l'auteur allègent le propos.

region.jpgJe découvre avec ce titre la maison d'édition "la part commune" (maison d'édition sîtuée à Rennes). Merci à Midola (pour la découverte) et à Gwenaëlle pour le prêt.

Un jeune auteur qui mérite vraiment d'être mis en lumière !

Elles font partie du fan club mené par Midola Gwenaëlle - Gambadou - Clara

A lire aussi : une interview de l'auteur par Midola

A voir et écouter : 

Partager cet article
Repost0
13 juillet 2012 5 13 /07 /juillet /2012 10:08

Logo Lystig

 Mais je trouve dommage de laisser passer celui de Lystig  "Vivent nos régions"

En ce qui me concerne, comme beaucoup le savent, ce sera la Bretagne.

Ce sera l'occasion de lire les ouvrages achetés au salon du livre de Carhaix ! 

En ce moment-même, je lis un petit livre publié par une petite maison d'édition bretonne...

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2012 3 11 /07 /juillet /2012 21:33

                               Editions Anne Carrière (7 janvier 2010)    

                               Chez  AUDIOLIB - lu par Cachou Kirsch - 2012 - 7heures 30

 

Une jeune femme se rend dans le village où vivait sa grand-mère pour assister à ses obsèques. Tout de suite après la cérémonie, le notaire réunit la famille pour dévoiler le testament de la vieille dame. A la surprise générale, la jeune femme se retrouve héritière de la demeure familiale.  Elle décide d’y rester quelques jours, seule, pour réfléchir à ce qu’elle va faire de ce cadeau qui lui parait plutôt encombrant. Le charme des lieux opère, les souvenirs remontent à la surface et l’éventualité de garder la maison se dessine…

J’ai bien aimé ces quelques jours passés en tête à tête avec la jeune femme.  Il n’y a pas à proprement parlé d’histoire, sinon celle de la famille, racontée avec nostalgie et une certaine extravagance, à l’image de la demoiselle et de ses tantes, dont on découvre l'histoire peu à peu. Les heures s’égrènent tranquillement dans la chaleur de l’été et l’odeur des vieilles dentelles. Les fantômes du passé reprennent leur place et le puzzle familial apparaît sous nos yeux.

 On a reproché à cette histoire d’être un peu mièvre, voire  ennuyeuse. Je ne l’ai pas ressentie ainsi. Toutefois, je ne regrette pas d’avoir choisi la version audio peut-être plus vivante que la version papier. Ce livre-audio m’a permis de passer agréablement quelques heures d’avion lors de mon retour du Mexique, la nuit, sans déranger mes voisins, bercée par la voix Cachou Kirsch…

    Une lecture au charme certain.

 

     Quelques avis :

     Val s'est ennuyée - Aifelle a beaucoup aimé 

 

Partager cet article
Repost0
8 juillet 2012 7 08 /07 /juillet /2012 08:19

Hier matin, je me suis rendue à la braderie de livres de la Bibliothèque de Morlaix... et je suis rentrée à la maison avec 40 livres (qui dit mieux ?) à 1 euro l'unité. J'ai passé 2 heures à farfouiller sur les tables et à scruter les livres qui venaient renouveler sans cesse ceux qui partaient. J'ai fait 3 tours à ma voiture pour ramener mon butin, sous l'oeil amusé des bibliothécaires ! . Je n'ai quitté les lieux que parce que l'on m'attendait avec les courses (achetées en 4ème vitesse, du coup !). Je frise vraiment l'addiction .

J'ai trouvé quelques uns de mes coups de coeur, des livres que je ne possédais pas (comme la merveilleuse "Noce d'Anna", "Déneiger le ciel" ou "Quand tu es parti"...). Ceci me permettra notamment de les prêter aux membres de ma famille ou aux amis, pour les faire découvrir. J'ai acheté quelques "Harry Potter" en anglais pour mes grands enfants, quelques livres au hasard ou conseillés par des gens qui se trouvaient autour de moi. J'ai déniché aussi des livres que je voulais lire depuis longtemps (un "Richard Russo", deux "Kate Atkinson"... des tas de petites merveilles, je ne peux pas tous les citer. La plupart sont en très bon état, quelques uns moins mais ce sera pour la plage !

Ces livres s'ajoutent à ma pile à lire déjà conséquente. Suis-je raisonnable d'accumuler tous ces livres ?

 

PS : dans mon butin, j'ai trois doublons à troquer, si cela intéresse quelqu'un : "L'élégance du hérisson de Muriel Barbery" - "Le soleil des Scorta de Laurent Gaudé" - "la boucherie des amants" de Gaétano Bolan. Ce sont des coups de coeur que je possède déjà mais je n'ai pas pu les laisser là !

Partager cet article
Repost0
29 juin 2012 5 29 /06 /juin /2012 23:51

null

                                                  Editions Liana Levi - 214 pages - septembre 2011

J’ai lu ce roman il y a quelques semaines et voici ce qui m’en reste….

Rosa est française, mariée à un homme depuis plus de vingt ans et mère de deux grands enfants. Elle mène à Paris une vie de petite bourgeoise jusqu’au jour où le décès du compagnon de sa mère lui donne l’occasion de rentrer au Maroc, où se trouve la propriété familiale.  Dans la demeure, elle fait des découvertes qui  donnent un éclairage nouveau  au passé de ses parents. Elle s’imprègne des lieux, laisse venir à elle les fantômes du passé et réfléchit à ce qu’elle a fait de sa vie et surtout à ce qu’elle veut en faire désormais.  La décision qu'elle va prendre au sujet de cette maison lui donnera l’occasion d’un nouveau départ tout en la libérant du poids lié au passé familial colonialiste….

J’ai bien aimé ce portrait de femme et cette propriété familiale que l’on imagine pleine de couleurs et d’odeurs.  La construction du récit est intéressante : l’histoire alterne le présent et le passé et relate les itinéraires croisés des différents protagonistes. Les personnages secondaires sont intéressants et donnent du piment à l'histoire. J’avais lu le premier roman de Virginie Ollagnier sans trop l’apprécier, ce roman me réconcilie avec l'auteur !

Une très agréable lecture…

 

Partager cet article
Repost0
24 juin 2012 7 24 /06 /juin /2012 19:32

                

                                                                              Mercure de France - 2012 - 200 pages

Marie est une jeune femme tout juste mariée à un médecin et confiante en l’avenir. Mais elle ne tarde pas à déchanter. Les enfants qu’elle met au monde sont loin d’être ceux auxquels elle rêvait et son mari n’a au final pas grande considération pour elle. Bref, sa vie « foire » complètement…. Pour autant elle ne se laisse pas abattre, cherchant refuge dans son imaginaire et sollicitant dieu pour lui porter secours…

Ce roman se lit facilement et je l’ai trouvé plutôt bien écrit. Pour autant, je ne dirai pas que j'ai aimé cette lecture. Le coté mystique de Marie m’a laissé perplexe et ses conversations  avec Emilie, la chatte, tout autant ! Le coté loufoque de l’histoire m’a agacée (le chat qui parle, le « miracle » de la fin du roman…). Quant à Marie, si je l’ai trouvée attachante au début du livre, elle m’a semblé assez vite un peu « dérangée ». Je n'ai pas aimé sa façon de gérer les nombreux problèmes qui se posent à elle. Quant au mari et aux enfants, ils sont tout sauf intéressants. Une bien curieuse famille...

 Je suppose qu’il ne faut pas se contenter du premier degré et voir dans ce texte une critique des valeurs de notre société (l’amour maternel comme une évidence, les médecines douces…).  Mais, je dois dire que je n’ai pas vraiment passé le cap du premier degré, décontenancée par les invraisemblances (voulues) qui se glissent dans le texte.

Vous l’aurez compris, ce livre n’était pas pour moi !    

Mais ne vous arrêtez pas à mon avis car je n'ai trouvé que des billets élogieux sur la blogosphère comme ceux de  Jostein ou Nadael    

Merci  à BABELIO et son opération "Masse Critique" ! 

                                                          

    

Partager cet article
Repost0
14 juin 2012 4 14 /06 /juin /2012 18:00

 

Car je suis très occupée par l'aménagement de mes nouveaux lieux de vie. J'ai des tas de livres à chroniquer mais la liste ne s'allongera pas beaucoup car je n'ai pas le temps de lire beaucoup non plus.  (un peu tout de même, je vous rassure).

Partager cet article
Repost0