Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Blogoclub

Le blogoclub a changé de mains mais pas d'adresse mail

lecturecommune@yahoo.f

 

 

19 avril 2007 4 19 /04 /avril /2007 11:15
Editions NAÏVE
*
Ce livre fait partie de la sélection du prix
*
*
*
*
*
Sylvie Robic vit à Paris et enseigne la littérature française à l'université Paris X-Nanterre. Son premier roman, une fille gentille, a été remarqué par la critique.
 
 
 
 
Dans ce court roman, il est question de la passion du rock, vécue à l'adolescence par deux frères qui partagent depuis toujours les joies et les peines. Le narrateur est l'aîné des garçons. Il nous raconte les disques écoutés inlassablement, l'euphorie des concerts… avant que ne survienne le drame qui met fin à tout, brutalement.
Vingt ans après, par hasard, le narrateur se retrouve à un concert de rock. Le groupe s'appelle les Hoggboy. Ils sont anglais.
Subjugué ces jeunes gens qui vivent leur passion à fond, il veut tout connaître de leur parcours. Il les rencontre, se prend d'amitié pour eux et accepte enfin de laisser les souvenirs remonter à la surface…
 
Si vous êtes quadra ou aimez le rock, si mieux encore vous réunissez ces deux conditions, ce livre peut tout à fait vous plaire.
Au sein de mon comité de lecture, deux personnes ont eu un coup de coeur. Des souvenirs de toute une époque leur sont revenus à la mémoire.
A titre personnel, j'ai trouvé cette histoire assez touchante, et la lecture  plaisante, mais cela s'arrête là. J'aime bien le rock mais peut-être pas suffisamment pour apprécier ce livre à sa juste valeur ?
 
Les hoggboy existent vraiment. Peut-être les connaissez-vous ?
L'avis enthousiaste de  : Clarabel
L'avis moins enthousiaste de : Joelle
Pour écouter leur musique : un extrait
J'ai fait découvrir ce groupe à mon fils, amateur de rock, il a aimé !
*
Repost 0
15 avril 2007 7 15 /04 /avril /2007 13:18

   

 L'engouement de plusieurs bloggeuses pour Jane Austen m'a donné l'irrésistible envie de partir à la découverte de l'oeuvre de la romancière.

J'ai trouvé à la bibliothèque un exemplaire un peu ancien de Raison et sentiments avec une couverture vieillotte et des pages jaunies. J'ai pensé que se serait parfait pour une première approche de la romancière et n'ai pas eu à  regretter mon choix surtout quand j'ai découvert, à la fin du livre, une biographie de Jane Austen. J'apprécie mieux la lecture des classiques quand je m'informe auparavant de leur contexte social et historique. J'ai donc commencé par lire la biographie.

*

La vie de Jane Austen est indissociable de ses écrits, dans le sens où elle s'inspire de l'observation minutieuse son milieu social : la bourgeoisie moyenne de l'époque victorienne. On retrouve dans raison et sentiments des similitudes troublantes avec la vie de la romancière : la perte d'un père laissant la famille dans une certaine gène financière, une tendre complicité entre soeurs, l'amour des livres... Raison et sentiments est le premier roman de Jane Austen. Elle l'a écrit alors qu'elle avait l'âge des héroïnes du roman, une vingtaine d'années. Il n'a été publié que quatorze ans plus tard en 1811.

*

La lecture des cinquante premières pages m'a demandé un petit effort en raison du langage soutenu. Mais bien vite je me suis glissée avec délice dans la vie oisive de la bourgeoisie de l'époque : chant, musique, lecture, dîners entre amis, bals et promenades dans la verte campagne anglaise (les veinardes tout de même !).

J'ai appris à mieux connaître Mrs Dashwood et ses trois filles : Elinor la raisonnable, Marianne  la passionnée et la petite Margaret au rôle plus accessoire de "gaffeuse de service". Je me suis intéressée aux déboires amoureux des deux aînées et surtout à la description, par Jane Austen, du comportement opposé des deux soeurs placées simultanément dans la situation d'amours contrariés. J'ai trouvé Elinor remarquable pour la finesse de son jugement, son ouverture d'esprit, son amour des autres et surtout pour la maîtrise de soi exceptionnelle qu'elle possède. Marianne m'a agacée par son égoïsme et son admiration béate pour Willoughby, prétendant peu scupuleux.

J'ai bien aimé Edward, l'amoureux d'Elinor. Il est certes un peu nigaud dans son obstination à respecter ses engagements mais il est très attachant par ses maladresses !

*

J'ai regardé, juste après la lecture, le film du réalisateur Ang Lee et j'ai vraiment passé un très bon moment. 

Le casting est excellent : ·Emma Thompson (Elinor), Alan Rickman (le colonel), Kate Winslet (Marianne), Hugh Grant (Edward), James Fleet(willoughby).

J'ai trouvé les personnages assez proches de ceux que j'avais moi-même imaginés, à l'exception du Colonel Brandon qui m'a semblé beaucoup plus séduisant que dans le livre. A titre personnel, c'est de lui que je serais tombée amoureuse, pas de ce beau parleur de Willoughby. Mais je n'ai pas l'âge de Marianne !

J'ai préféré le film au livre. L'histoire, revue par Ang Lee m'a semblée plus captivante. Les descriptions ont été écourtées, laissant plus de place à l'histoire elle-même. La "happy end"  m'a fait verser quelques larmes d'émotion. Je n'ai pas ressenti cela en fermant le livre.

*

Je ne regrette pas pour autant d'avoir lu  le roman, bien au contraire, car la plume de Jane Austen n'est pas transposable dans un film, si bon soit-il. Les deux sont donc complémentaires et il serait dommage de se contenter du film.

*

Blogs qui parlent de Jane Austen : Lilly  Chimère  Cuné

Mais aussi : Allie, Malice et d'autres ! 

  

 Message pour Cuné : pour avoir un autre regard sur le Colonel Brandon, je te conseille de voir le film !   

Repost 0
12 avril 2007 4 12 /04 /avril /2007 23:00

 

L'an passé, profitant d'un séjour en famille dans la région parisienne, nous avions réservé des places pour le spectacle de Julie Ferrier "Aujourd'hui c'est Ferrier", mis en scène par Isabelle Nanty. Nous ne connaissions pas du tout Julie Ferrier, le choix s'était donc fait un peu au hasard.
Hélas le jour J, en arrivant sur place, nous avons eu la désagréable surprise d'apprendre que le spectacle était annulé car l'actrice s'était fait un tour de rein la veille !
*
Nous avons passé la soirée à arpenter les rues de Montmartre un peu dépités, même si je vous l'accorde, Montmartre by night vaut le détour ! 
*
Quand j'ai appris, quelque temps après, que Julie Ferrier passait en Bretagne, je n'ai pas voulu rater l'occasion et j'ai réservé des places (Le jour du spectacle, avant de quitter la maison, j'ai tout de même vérifié que l'actrice serait bien là).
*
J'ai bien fait de persévérer car j'ai passé une excellente soirée.
*
Julie Ferrier joue successivement sept personnages parmi lesquels : Juliette, en survet' à capuche qui rêve d'être danseuse professionnelle et qu'on a orienté en BEP Comptabilité ; Evelyne Picard conseillère d'éducation aigrie ;   Mme Ferrier, mère de Juliette et syndicaliste acharnée qui avale la moitié des mots qu'elle prononce, rendant ses propos totalement  incompréhensibles ; Une prof de chant terrorisée par ses élèves de banlieue et qui tente depuis le début de l'année de leur apprendre "vent frais, vent du matin" dans un chahut innommable…. Et le clou du spectacle : Martha Michkovitch, professeur d'arts plastiques aux beaux- arts, complètement névrosée qui arrive en cours à moitié dénudée...
Une galerie de personnages tous plus déjantés les uns que les autres.
 
*
Julie Ferrier est la reine de la métamorphose, elle passe d'un personnage à l'autre en rien un rien de temps. Elle n'hésite pas à prendre le public à témoin, rendant ainsi son spectacle particulièrement vivant. J'ai vraiment ri du début jusqu'à la fin.
*
Si vous avez l'occasion de la voir sur scène, n'hésitez pas !
*
Repost 0
9 avril 2007 1 09 /04 /avril /2007 23:00
                                              
                                                                               
Editions Gaia (traduit du suédois)
 
 
L'histoire :
Désirée, bibliothécaire et citadine convaincue, a perdu son mari brutalement il y a quelque temps. Elle n'est pas vraiment abattue car sa vie de couple était insipide sans flamme. Pour se donner bonne conscience, elle vient chaque jour au cimetière s'asseoir sur un banc, en face de la tombe de son mari.
 Le mec de la tombe d'à côté, c'est Benny, un agriculteur qu'elle trouve plutôt "blaireau" avec sa casquette de forestier. De son côté, Benny l'a trouve complètement fadasse car lui, ce qu'il aime, ce sont les femmes qui portent des vêtements moulants et des bijoux clinquants.
Un sourire suffit pourtant à déclencher un véritable coup de foudre entre-eux. Leurs premières rencontres sont assez cocasses tant leurs univers sont différents. Benny n'est pas à l'aise dans l'appartement aseptisé de la bibliothécaire. De son côté, Désirée rencontre quelques difficultés à s'habituer aux chiures de mouches qui ornent les murs de la cuisine du fermier. Mais l'amour qu'ils éprouvent l'un pour l'autre les motive à faire chacun un effort.
Peu à peu, pourtant, leur relation se dégrade car leurs modes de vie sont difficilement compatibles. Benny rêve de la voir adopter ses vingt-quatre vaches laitières et Désirée voudrait lui faire aimer l'opéra et la littérature. Est-il possible de demander à l'autre de faire autant d'efforts, même par amour ?
Mon avis :
Ce livre suscite l'enthousiasme des membres de mon comité de lecture. Il passe de l'une à l'autre depuis un certain temps et m'a filé sous le nez plusieurs fois, j'étais donc impatiente de le lire.
Je dois dire que j'ai passé un bon moment avec ces deux-là ! Les mésaventures de ce couple mal assorti m'ont amusée. J'ai bien aimé la façon dont ils arrivent à se sortir des situations les plus scabreuses, grâce l'humour et l'autodérision.
L'histoire est un peu caricaturale, mais des questions fondamentales sont soulevées, mine de rien : Peut-on vivre en harmonie quand on vient de milieux sociaux opposés ? Un couple doit-il obligatoirement avoir des centres d'intérêts communs ? Faut-il privilégier la raison à la passion ?
Des questions importantes, mais abordées sans prise de tête et de temps en temps c'est reposant !
Ce livre, écrit par une journaliste suédoise, a rencontré un vif succès en Suède.
A plus petite échelle, il fait également partie des livres font le tour des blogs.
L'ont déjà lu :  Lilly  Cuné  Gambadou  Tamara et d'autres...   
*
Une histoire tendre et drôle pour un bon moment de détente .
*
Repost 0
7 avril 2007 6 07 /04 /avril /2007 23:00

 

 A toutes et à tous, je vous souhaite de joyeuses fêtes de Pâques !

 

 

Repost 0
Published by sylire - dans Pêle-mêle
commenter cet article
6 avril 2007 5 06 /04 /avril /2007 23:22
                                       
 EDITIONS LE TEMPS QU'IL FAIT
*
 
Ce livre fait partie du la sélection du
 
 
 
 
 
 
*
L'auteur de ce livre est un tout jeune romancier de plus de quatre-vingts ans ! Après avoir écrit de nombreux recueils de poèmes, il s'est mis sur le tard au roman.
 
 
L'histoire :
Emile est un homme de soixante-dix ans qui mène une existence solitaire. Un jour, dans un parc, il engage la conversation avec une femme de son âge. Ils prennent l'habitude de se retrouver chaque jour au parc, puis chez Louise. Un soir il reste dormir pour la rassurer car un cambriolage a été commis chez les voisins. Elle lui demande de rester quelque temps et il accepte bien volontiers. Le temps passe. Ils sont bien tous les deux dans cette petite vie tranquille. Leur relation reste platonique et Emile tenterait bien quelquefois de lui prendre la main, mais Louise garde ses distances et il respecte son choix.
Un jour pourtant, tout bascule avec l'intrusion dans leur quotidien d'un autre homme. Louise est tout de suite séduite et ne voit plus que par lui. Blessé, Emile souffre et songe à partir...
Mon avis :
L'histoire est simple, presque banale, mais on prend plaisir à faire un bout de chemin aux côtés d' Emile.
L' écriture est agréable et poétique. Les sentiments sont évoqués avec pudeur et retenue. Il est question d'amour mais aussi de la solitude de ceux qui n'ont plus personne à aimer et dont les journées se ressemblent.
"La journée a été docile et sans imprévus.
La nuit envahit ma chambre. Je reste recroquevillé dans mon fauteuil.
Je pense que mes gestes n'ont plus la même aisance.
Il me faudra beaucoup de courage pour me laver avant de me mettre au lit.
On peut mourir du quotidien."
C'est un livre un peu triste et mélancolique mais avec une note d'espoir : il n'y a pas d'âge pour rencontrer l'amour. Et si cet homme de quatre-vingts ans nous le dit, on a envie d'y croire !
*
Une lecture sans surprise, mais douce et paisible.
 
Repost 0
3 avril 2007 2 03 /04 /avril /2007 23:00
 Un petit déjeuner qui change de l'ordinaire !
    
Il y a quelques jours, j’ai « sèché » le bureau pour participer à une rencontre organisée par la bibliothèque de ma ville, dans le cadre du Prix INTER-CE.
A notre arrivée à la bibliothèque, nous avons pris place autour d’une table basse dressée pour le petit déjeuner et avons attendu notre hôteLucBassong une petite demi-heure en papotant. A son arrivée, Luc Bassong s’est intégré très facilement à notre petit cercle d’une dizaine de personnes et la conversation a repris de façon tout aussi conviviale.
Il nous a expliqué son parcours d’écrivain. Fils d’immigré, il a vécu en région parisienne entouré de livres. Son père était économiste, le niveau culturel dans lequel il a vécu était donc assez élevé.
 A l’âge de quinze ans il écrit une pièce de théâtre qu’il poste à Radio France comme on jette une bouteille à la mer. Et là, grand coup de chance, un producteur le convoque, ne retient pas sa pièce mais lui donne de précieux conseils. Il se remet au travail et cinq ans plus tard renouvelle sa tentative. Cette fois, la pièce est retenue et il signe son premier contrat. L’ennui, c’est que cette activité est irrégulière et ne nourrit pas son homme. Lassé des petits boulots qu’il doit accomplir pour boucler ses fins de mois, il reprend ses études et devient informaticien, métier qu’il occupe aujourd’hui en continuant à écrire dès qu’il a un moment.
*
Comment immigrer en France en 20 leçons  (éditions Max Milo) est son « vrai » premier roman. Il avait envie d’aborder ce sujet douloureux, qui le touche et l’interpelle, mais sans faire pleurer les gens. Il a donc choisi de donner la parole à Isaac, africain candidat à l’immigration, qui rêve depuis toujours de venir en France et se sent prêt pour cela à quitter femme et enfants. La première partie du livre « leçons et exercice » se déroule en Afrique où nous suivons Isaac dans ses démarches semées d’embûches. Parallèlement, nous vivons avec lui une série d’aventures assez cocasses dans une Afrique haute en couleur.
 La deuxième partie « corrigés », évoque la désillusion d’Isaac quand il arrive en France : « Un an à Paris, à envier les chiens et les chats parce qu’ils avaient un toit, de quoi manger et l’affection de leurs maîtres, il a de quoi devenir fou.» 
Quelques titres de chapitres pour vous donner le ton du livre, que personnellement j’ai bien aimé :
-                          -   On n’obtient pas son visa chez le marabout.
-                          -   Mouton noir montrera patte blanche.
-                          -   Tout caméléon ignore sa couleur. 
-                         -     Soyez sérieux, continuez à bluffer.
-                       -    Nagez avec un requin, vous finirez dans son estomac.
 **
Après avoir parlé de son roman, Luc Bassong a évoqué avec humour une expérience professionnelle d’un an au Cameroun. Il nous a livré quelques anecdotes assez ahurissantes pour nous européens. Un exemple : quand un problème se présentait au sein de l’entreprise dans laquelle il travaillait, plutôt que de chercher une solution, le directeur convoquait le personnel pour une séance de prières collectives ! Luc Bassong a fini par démissionner car c’était trop compliqué pour lui s’adapter aux mentalités et surtout parce qu’il ne supportait pas la corruption qui règne dans les couches supérieures de la société et contre laquelle il est impossible de lutter.
Nous avons ensuite échangé de façon très conviviale sur son métier d’écrivain, ses lectures (il aime beaucoup les romans historiques)… Il s’est intéressé à notre comité de lecture ainsi qu’à l’expérience d’écriture de l’une d’entre-nous. Il a quitté la bibliothèque avec la plaquette des coups de cœur du comité de lecture, visiblement ravi de sa matinée… C’était réciproque !
 La dure réalité du bureau m’a rattrapée l’après-midi. J’avais une réunion tout de suite en arrivant et au bout d’un moment, quelqu’un m’a demandé si je me sentais bien. J’étais complètement à côté de la plaque !
 Joëlle a participé à une rencontre avec Luc Bassong, également dans le cadre de ce prix, mais dans une autre ville.
 *
Repost 0
30 mars 2007 5 30 /03 /mars /2007 23:37

  

LA POINTE SAINT-MATHIEU

 (commune de plougonvelin - Nord Finistère)

 Promenade sous un ciel changeant,

 dans un site grandiose battu par les vents et les embruns...

 

  

 Un phare cohabite étrangement

 avec les ruines d'une abbaye du VIème  siècle,

 qui dégagent une ambiance un peu inquiétante

 quand le ciel s'assombrit...

  

    

 

  

   

Repost 0
27 mars 2007 2 27 /03 /mars /2007 23:00
 Quelques mots sur ce prix régional (Grand-Ouest) :
 
Je regarde chaque année avec intérêt sa sélection car elle est souvent alléchante. C’est aussi l’occasion pour moi de rencontrer des auteurs tout près de chez moi. L’an passé, par exemple, j’ai rencontré Yasmina Khadra.
Dernière motivation, Le Télégramme présente chaque semaine un livre de la sélection avec portrait et interview de l’auteur. Cela met un peu de piment dans ma lecture (partielle) de notre célèbre quotidien régional, où l’on trouve un peu de tout : des infos nationales, les avis de décès, la sortie annuelle du club de pétanque...
Les lauréats des années passées :
2006 : Yasmina Khadra - L'attentat
2005 : Delphine Coulin - Les traces
2004 : Alice Ferney - Dans la guerre
2003 : Eduardo Manet - Maestro !
         
La sélection 2007 :
Les langues paternelles - David Serge
Le marchand de passés - José Eduardo Agualusa et Cécile Lombard
Je viens de tuer ma femme - Emmanuel Pons
Le coeur de l'hiver - Dominic Cooper et Bernard Hoepffner
Voyage aux pays du coton - Erik Orsenna
Un bon Dieu pour les ivrognes - Hervé Bellec 
Comme un film égyptien - Ron Barkai
La Vie de bureau - Jean-Michel Delacomptée
Lorraine connection - Dominique Manotti
L'Atlantique Sud - Jérôme Tonnerre
 
Katell participe à ce prix.
  Pour les gens que cela intéresse, Il existe un Blog.
*
  Je n’aurai peut-être pas le temps de lire l’intégralité de la sélection mais je vais essayer d’en lire cinq (c’est le minimum pour pouvoir participer).
*
 Avez-vous quelques ouvrages de la liste à me conseiller  ?
 
Repost 0
25 mars 2007 7 25 /03 /mars /2007 00:00
              
                           
Editions Liana Levi
*
L'histoire :
« Grand-mère connut le rescapé à l'automne 1950. Elle approchait des quarante ans sans enfants car son mali de is perdras, le mal de pierres avait interrompu toutes ses grossesses. On l'avait donc envoyée en cure thermale dans son manteau droit et ses bottines à lacets. »
La narratrice est la petite fille de cette femme au mal de pierres (elle souffre en fait de calculs rénaux). La jeune femme tente de retracer la vie de sa grand-mère, longtemps considérée dans sa propre famille comme « dérangée ». 
Il faut bien admettre qu'elle est un peu originale cette femme qui pendant sa jeunesse écrit des poèmes audacieux à ses prétendants, les faisant fuir. Ses parents parviennent à la marier sur le tard, à un veuf dévoué. C'est un mariage sans amour. Le couple décide d'un commun accord de ne pas avoir de relations physiques. Un jour pourtant, elle lui propose de faire l'économie des maisons closes qu'il fréquente en réalisant elle-même les prestations des prostituées. Il accepte bien volontiers...
Ensuite vient l'histoire d'amour avec le rescapé, assez brève mais qui la révèle à elle-même. Que s'est-il passé entre eux pour qu'elle rentre chez elle aussi apaisée et transformée ?
Mon avis :
La fin donne quelques clés permettant de cerner un peu la personnalité de cette femme étrange, sans toutefois nous permettre de distinguer ce qui relève du fantasme et de la réalité.
Les critiques sont très élogieuses sur ce livre. La presse parle d'un « petit bijou ». A titre personnel, j'ai bien aimé ce portait de femme mais je n'ai pas été transportée comme je m'attendais à l'être. J'ai même fini la lecture un peu frustrée. Peut-être parce que le livre est assez court et que j'aurais aimé en savoir plus. Je n'ai pas eu le temps de m'attacher à cette femme.
Un chapitre est consacré à l'autre grand-mère de la jeune fille, sans doute pour faire ressortir l'originalité de la femme « au mal de pierres » par rapport aux femmes de sa génération, « coincées » et sans frivolité. J'ai trouvé ce chapitre un peu « à côté » de l'histoire.

Il n’en reste pas moins que je trouve ce roman original et même assez piquant.  Le regard bienveillant et plutôt admiratif de la jeune fille sur sa grand-mère est très touchant. J'ai bien aimé faire la connaissance de cette famille de Sardaigne sur plusieurs générations.

 

Des avis très élogieux : Cune     Clarabel     Papillon

L'avis plus nuancé de : Lilly

Repost 0