Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Ecoutons un livre

Dépôt des liens : Ici

Tous les 28 du mois, je publie un billet récapitulatif des lectures audio des participants. Il n'est pas nécessaire de participer à chaque fois.

 

 

 

4 août 2019 7 04 /08 /août /2019 16:45

Ce blog est en pause estivale depuis mi-juillet et le sera jusqu'au 20 août environ. Je reprends le travail demain mais j'ai envie de rattraper mon retard dans l'écriture des billets avant remettre le blog en activité.

Cet été, je lis quelques ouvrages de la rentrée littéraire à venir mais surtout des romans de ma Pile à Lire en prévision du mois américain sur les blogs, en septembre.

Je vous souhaite un bel été (déjà bien entamé) à tous et à toutes ! Profitez bien du mois d'août ! 

Anse du Guerzit vu du sentier côtier - Plougasnou

 

Partager cet article
Repost0
15 juillet 2019 1 15 /07 /juillet /2019 14:56

Les escales - 425 pages - avril 2019

L'histoire se passe dans un petit village de Tasmanie où tout le monde se connait et se méfie de l'étranger. Le dernier arrivé s'appelle Léon et c'est lui qui va faire changer la donne, apportant un vent de fraîcheur et d'humanité. Léon va tout faire pour s'intégrer à la communauté mais il n'est pas le bienvenu en raison de son métier de garde-forestier. De nombreux hommes gagnent leur vie en abattant des arbres, sans se soucier des dégâts écologiques. Ils voient donc d'un œil méfiant cet homme venu d'ailleurs et payé pour protéger les arbres et la forêt. 

L'autre personnage central du roman, c'est Miki, une jeune orpheline de 17 ans (bientôt 18), tenue de bien trop près par son frère Kurt. Ce dernier l'empêche de sortir du restaurant qu'ils tiennent à deux. Le garde-forestier et Miki vont toutefois réussir à se lier d'amitié. Ils ont une passion commune, la nature. Miki s'intéresse notamment aux diables de Tasmanie, une espèce en voie d'extinction (j'avoue que je ne connaissais pas cette espèce animale avant d'ouvrir le livre).

le diable de Tasmanie

Miki parvient à s'échapper de plus en plus régulièrement de chez elle, où son frère l'abandonne régulièrement. Elle sympathise avec plusieurs habitants du village parmi lesquels Géraldine, une dame qui lui prête des livres, qu'elle choisit minutieusement pour sa jeune amie. Mais un jour, Kurt découvre les escapades de sa sœur et tout bascule. L'histoire prend alors des allures de thriller...

Cet ouvrage est le premier de mes vacances 2019 et je n'en ai fait qu'une bouchée. C'est une histoire dépaysante et prenante, avec des personnages attachants. Les livres sont mis en avant pour leur pouvoir d'évasion et d'ouverture d'esprit. Nous ne sommes pas vraiment dans le registre du "feel-good" sauf peut-être quand arrive le dénouement, qui nous réserve une "happy-end". 

J'aime qu'un peu de difficulté pimente ma lecture mais je n'ai rien, de temps à autre,contre un ouvrage qui se lit tout seul, surtout en vacances. Ce roman a donc parfaitement rempli son contrat !

 

Partager cet article
Repost0
8 juillet 2019 1 08 /07 /juillet /2019 18:50

Par amour - Valérie Tong Cuong - 9 h - JC Lattes 2017

Dans ce roman choral, nous suivons une famille élargie durant la guerre 39-45, au Havre. Tour à tour, chacun des membres relate le déroulement des faits, de l'évacuation de la ville en 1940 aux ultimes bombardements, en 1944. Entre les deux dates, nous vivons la maladie d'une jeune mère de famille, touchée par la tuberculose mais aussi le départ de ses enfants vers l'Algérie, le temps de sa guérison. Nous suivons le parcours d'un résistant de l'ombre, d'une jeune femme meurtrie par les épreuves de la guerre, d'enfants dont la vie quotidienne est totalement chamboulée...

Je savais que le Havre avait été particulièrement touché pendant la guerre mais je ne savais pas que la ville avait été doublement bombardée, par les par les allemands mais aussi par les alliés, en raison de sa position stratégique. Je ne savais pas non plus que des enfants avaient trouvé refuge en Algérie.

L'auteure, originaire du de la ville, a fait des recherches pour comprendre ce qu'avait pu être la vie de sa famille, durant cette époque noire de la France. C'est un roman bien documenté que nous propose Valérie Tong Cuong, sans pour autant que la petite histoire ne se trouve au second plan. J'ai bien aimé accompagner chaque personnage, enfant ou adulte, dans cet épisode marquant de l'histoire du Havre. L'auteure a su retranscrire l'époque de façon assez saisissante.

Quatre lecteurs se relayent pour nous conter cette histoire, la rendant particulièrement vivante. Je recommande donc la version audio.

Merci à l'amie qui m'a prêté ce livre.

Une réussite !

challenge "Écoutons un livre"

 

Partager cet article
Repost0
30 juin 2019 7 30 /06 /juin /2019 18:38

Grasset mars 2019 - 695 pages - traduit de l'anglais par Florianne Vidal

J'ai mis une quinzaine de jours à venir à bout de la  toute dernière enquête de Cormoran Strike, par manque de temps et non par manque d'intérêt. Je dois dire toutefois que l'enquête m'a moins emballée que les précédentes. L'intrigue, impossible à résumer, est un peu trop alambiquée à mon goût. Je ne suis pas certaine d'en avoir saisi toutes les subtilités.

Cela dit,  j'ai envie de vous dire que peu m'importe. Ce qui me plait, dans cette série, c'est de retrouver mes détectives préférés, le "devenu célèbre" Cormoran Strike et sa belle et talentueuse associée, la jeune Robin. Tous deux, écorchés de la vie, sont absolument irrésistibles. Leurs vies privées calamiteuses (il faut bien le dire) les rapprochent, bien qu'ils ne dépassent pas (encore ?) le stade des relations professionnelles. J'ai hâte de découvrir l'opus suivant, ne serait-ce que pour découvrir comment évoluent leurs relations . 

Et l'enquête dans tout cela ? Bah, Elle est accessoire... Il est question d'un ministre que l'on fait chanter et du possible meurtre d'un enfant il y a trente ans. Entre les deux sujets, il existe un lien que l'on découvre... au bout de 695 pages ! Il ne faut donc pas être pressé et savourer les heures passées en compagnies des deux détectives.  

Pour ceux qui ne le savent pas, Robert Galbraith n'est autre que J.K. Rowling. Si vous ne connaissez pas encore la série, je vous encourage à découvrir, pour commencer, "l'appel du coucou", mon opus préféré et le premier de la série. Peut-être deviendrez-vous, comme moi, un fan de Cormoran et de Robin ?

Une bonne détente.

Lu dans le cadre du mois anglais et du pavé de l'été !

Le mois anglais, c'est chez   Lou et Titine

Et le pavé de l'été, c'est chez Brize !

Partager cet article
Repost0
28 juin 2019 5 28 /06 /juin /2019 21:33
Partager cet article
Repost0
22 juin 2019 6 22 /06 /juin /2019 23:59

Audiolib 2019 (écrit entre 1962 et 1973) - traduit du Russe par Lucia et Jean Cathala - 5 h 58

Alexandre Soljenitsyne (1918-2008) est un écrivain russe qui a passé de nombreuses années au goulag pour avoir critiqué Staline. Dans "une journée d'Ivan Denissovitch", l'écrivain raconte la vie quotidienne d'un prisonnier au goulag.

Ivan Denissovitch est un homme simple mais débrouillard, qui garde le moral quoi qu'il advient. Nous le suivons du lever au coucher, une journée durant. Ivan se réjouit des petits moments de bonheur (comme celui de déguster un croûton de pain) et accepte avec une certaine résignation le froid, la faim et l'absurdité de la loi du goulag. Ivan tente de trouver un intérêt aux travaux effectués (de la maçonnerie). Il laisse aussi son esprit vagabonder, pense à sa vie d'avant et observe ses camarades. Son tempérament optimiste lui permet de surmonter toutes les épreuves.

Le récit est bien écrit et le personnage principal est attachant mais cela n'a pas suffit à rendre mon écoute captivante. Le récit de cette journée est tristement prévisible. Chacun peut imaginer ce que peut être une journée dans un camp de travail. Il n'y a pas d'intrigue pour tenir le lecteur en haleine, pas vraiment d'histoire.

Je n'ai pas été vraiment emballée par cette première (dernière ?) lecture de Soljénitsyne mais la version audio n'est pas en cause, je n'ai rien a reprocher au lecteur.

Lu dans le cadre d'un partenariat avec Audiolib, que je remercie.

 

Partager cet article
Repost0
19 juin 2019 3 19 /06 /juin /2019 23:06

Belfond avril 2019 - 278 pages

"Il faut s'occuper des Tutsi avant qu'ils ne s'occupent de nous"

De retour au printemps 1994, nous suivons parallèlement Rose, une jeune femme Tutsi, et Sacha, une jeune journaliste qui débarque au Rwanda au début du génocide. Le récit de Rose nous est restitué grâce à un carnet dans lequel la jeune femme s'adresse à Daniel, son mari médecin. Daniel, très inquiet pour son épouse restée seule à la maison, va croiser la route de Sacha, la journaliste. Tous vont vivre quelques jours de folie sanglante au terme desquels ils resteront liés à jamais.

L'idée d'écrire ce roman est venu à Yoan Smadja après qu'un enfant de neuf ans lui ait demandé s'il y avait eu "d’autres Shoah que la Shoah" . Yoan Smadja a pensé immédiatement au Rwanda et s'est rendu sur place afin de mieux comprendre le génocide et de recueillir des témoignages de rwandais. 

Voici le troisième ouvrage que je lis sur le thème du génocide rwandais et chaque fois je suis horrifiée par ce qui s'est passé dans ce pays. Comment peut-on en arriver à massacrer son voisin sans état d'âme et avec un sentiment de totale impunité ? C'est difficile à comprendre et pourtant c'est arrivé de nombreuses fois dans l'histoire et nous ne sommes hélas pas à l'abri que cela recommence.

Sans avoir été totalement conquise par la façon de traiter le sujet (j'aurais peut-être préféré une histoire un peu moins romancée), je ne regrette pas d'avoir lu cet ouvrage bien documenté sur le déroulement des faits, afin de me remémorer ce génocide que l'on on ne doit jamais oublier.

Un ouvrage intéressant et essentiel pour le devoir de mémoire.

 

 

Partager cet article
Repost0
18 juin 2019 2 18 /06 /juin /2019 20:46

Le temps est venu pour vous de voter pour l'un des 5 finalistes en cliquant sur l'image ci-dessus. 

Il y a une quinzaine de jours, je vous présentais mon classement, en tant que membre du jury. Il se trouve que mon top 5 correspond précisément à celui qui ressort après que tous les classements ait été compilés (ne pas tenir compte de l'ordre).

Voici les liens vers mes billets :

My Absolute Darling de Gabriel Tallent lu par Marie Bouvet

La Daronne d’Hannelore Cayre lu par Isabelle de Botton 

Avec toutes mes sympathies d’Olivia de Lamberterie lu par l’autrice

Martin Eden de Jack London lu par Denis Podalydès 

Frère d’âme de David Diop lu par Babacar M’baye FALL 

 

 

Partager cet article
Repost0
16 juin 2019 7 16 /06 /juin /2019 23:30

Audiolib 2015 (Zulma) - lu par Thierry Jansen - 14 h 41

L'histoire se passe à Cambridge, de nos jours. Oscar, un jeune aide-soignant, est étrangement attiré par la musique baroque qui s'échappe d'une chapelle. Il entre dans l'édifice religieux, écoute la musique et repère une jeune personne pleine de charme. En sortant de l'office, il échange quelques mots avec la fille. Il apprend qu'elle se nomme Iris Bellwether et qu'elle n'est autre que la sœur du musicien de la chapelle. Il sympathise avec Iris et se met fréquenter son groupe d'ami. Il ne tardera pas à se rendre compte que le frère d'Iris, d'Eden Bellwether, est un personnage pour le moins étrange. Il entretient  par ailleurs avec sa soeur une relation assez dérangeante. Mais qui est vraiment Eden Bellwether et à quoi joue t'il ?

Je suis pas entrée facilement dans ce livre et j'ai dû fermer les yeux sur quelques invraisemblances pour adhérer à l'histoire. C'est grâce au personnage d'Oscar, très attachant, que j'ai trouvé un intérêt progressif à cette étrange histoire qui mène aux confins du surnaturel et de la folie. Eden Bellwether est un personnage pour le moins inquiétant et nous découvrons au fur et à mesure de l'avancement du roman, à quel point il est perturbé. Oscar, amoureux d'Iris, va tout faire pour sortir cette dernière des griffes de son frère, allant jusqu'à faire appel (grâce une connaissance de la maison de retraite dans laquelle il travaille) à un célèbre professeur, spécialisé dans les troubles de la personnalité.

La version audio est tout à fait réussie. 

Voilà une lecture assez étrange, qui ne m'a pas laissée indifférente.

Lu dans le cadre du mois anglais

Le mois anglais, c'est chez   Lou et Titine

 

Partager cet article
Repost0
11 juin 2019 2 11 /06 /juin /2019 23:01

Allary Editions - 2016 - 54 pages

Esther est la fille d'amis de Riad Sattouf. Il échange régulièrement avec la fillette et s'intéresse à sa vie quotidienne. L'idée lui est venu de mettre sa vie en bulles. 

Esther est une petite fille comme beaucoup d'autres. Son univers tourne autour de la famille, les copines et l'école. Les garçons sont tous bêtes à ses yeux (surtout son frère). Elle adore son papa, aime plus que tout la nourriture et rêve d'avoir un iphone 6. Elle ne saisit pas forcément tout ce qui touche au monde des adultes mais s'en fait une idée malgré tout.  Avec beaucoup d'humour, au travers de 50 petites histoires illustrées, Riad Sattouf nous présente Esther et bien vite on l'adore et on en redemande.

Riad Sattouf parvient à restituer la candeur de la fillette et son univers. J'ai pris beaucoup de plaisir à parcourir l'album et j'ai parfois retrouvé ma plus jeune fille au même âge (notamment dans la case ci-dessous).  

 

 

Dans le rapport d'Esther son  avec frère, c'est plutôt mes 10 ans que j'ai retrouvés...  (nous étions comme chien et chat, mon frère et moi).

 

 

Ce qui frappe chez Esther et les enfants de cet âge, c'est la cruauté qu'ils peuvent manifester les uns avec les autres (notamment dans la cour d'école). On rit jaune...

 

 

Que ce soit dans l'Arabe du futur ou dans les cahiers d'Esther, Riad Sattouf réussit le pari de se mettre dans la peau d'un enfant et de décrire le monde à travers ses yeux.  Les dessins sont parfaitement en phase avec le texte. On retrouve tout à fait le style de l'arabe du futur.

Une BD à découvrir si ce n'est déjà fait. Quant à moi, j'ai très envie suivre Esther dans les tomes suivants. L'auteur en est au quatrième tome et son intention est de suivre Esther jusqu'à ses 18 ans. Quelle belle idée ! 

 

La BD de la semaine, c'est chez Stephie

Partager cet article
Repost0