Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Ecoutons un livre

Dépôt des liens : Ici

Tous les 28 du mois, je publie un billet récapitulatif des lectures audio des participants. Il n'est pas nécessaire de participer à chaque fois.

 

 

 

19 août 2020 3 19 /08 /août /2020 20:54

 

 

 

L'histoire est celle de Valentine, 48 ans et divorcée, qui revient dans la maison familiale pour prendre un peu de distance avec sa vie parisienne. Elle a quelques soucis d'argent, des grands adolescents qui ne pensent qu'à s'échapper du nid et un métier qui ne la passionne guère. Il est grand temps de changer de vie...

" C'est une très jolie idée, affirma Agnès. Je trouve que ça correspond bien à l'air du temps. La solidarité, la décroissance, le retour à la ruralité, l'intergénérationnel...c'est carrément moderne. Moi, ça me plaît !"

Voilà un petit roman sympathique que j'ai lu au mois de juin sans prendre le temps d'écrire un billet.  Pour ceux qui ont lu "Ensemble, c'est tout" d'Anna Gavalda, nous sommes dans le même esprit. Anne-Laurence Bondoux nous offre une histoire qui fait chaud au coeur avec une petite intrigue pour tenir en haleine et une maison qui occupe la place d'un personnage à part entière.

Un roman idéal en cas de panne de lecture ou pour une lecture "doudou".

Challenge chez Antigone

 

Partager cet article

Repost0
12 juillet 2020 7 12 /07 /juillet /2020 21:47

Le temps est venu pour moi de mettre ce blog en pause. Je commence mes vacances en Bretagne. Je les poursuivrai dans les Alpes puis dans le Loiret. Je vous retrouverai vers le 20 août.

Dans mes valises, il y aura des livres bien-entendu. Essentiellement de la littérature américaine pour le mois américain qui se déroulera chez Titine au mois de septembre. J'ai également prévu de participer au challenge de Brize en lisant deux pavés américains.

Bonnes vacances à tous et à très bientôt !

Partager cet article

Repost0
8 juillet 2020 3 08 /07 /juillet /2020 23:15

film biographique américano-britannique-allemand 

Acteurs principaux : Alicia Vikander et Eddie Redmayne  
 

Le roman "La mère d'Eva", que j'ai présenté il y a quelques jours, m'a fait penser à "Danish girl", que j'ai vu il y a quelques mois. Le film s'inspire de l'histoire de Einar Wegener, qui, dans les années 30 deviendra Lili Elbe après une série d'opérations ayant pour but de le transformer en femme. Einar/Lilli est la première personne a avoir subi ce genre d'opération. Malheureusement, la dernière, quatorze mois après la première, lui sera fatale.

Dans "Danish girl (tout comme dans "La mère d'Eva), nous découvrons la détermination d'une personne  à changer de sexe parce qu'elle ne se retrouve pas dans celui que la nature lui a donné. Cette détermination va au delà de tous les risques encourus et devient une obsession.

Einar a cette révélation alors qu'il est adulte et marié. Sa femme va cheminer à ses côtés jusqu'au bout de sa transformation. Le film montre l'évolution des relations du couple, au fil du cheminement d'Einar. L'histoire de ce couple est à la fois terrible et magnifique. Terrible car l'évolution d'Einar ne peut que l'éloigner de sa femme et belle  parce que cette dernière, par amour, va faire le deuil de son mari tout au restant très proche de lui jusqu'au bout. On peut faire le rapprochement entre le cheminement de cette épouse et celui de la mère d'Eva.

"Danish girl" est d'une grande délicatesse et très esthétique. Il nous fait voyager de Copenhague à Paris, dans le milieu artistique de l'époque.  J'ai mieux compris, grâce à ce film,  ce qu'est l'identité de genre (à ne pas confondre avec l'identité sexuelle).

Si vous n'avez pas vu "Danish girl", je vous le conseille, tout comme je vous ai conseillé il y a quelques jours "La mère d'Eva". 

 

Partager cet article

Repost0
5 juillet 2020 7 05 /07 /juillet /2020 23:39

Editions Hervé Chopin - juin 2020 - 217 pages

Traduit de l'italien par Chantal Moiroud

Comment vous parler de ce premier roman tellement bouleversant qu'il m'a laissé muette après avoir tourné les dernières pages ? Comment vous donner envie d'aller à la rencontre de la maman d'Eva, cette mère qui aurait pu être moi ou n'importe quelle autre autre mère ? Comment vous décrire le courage qu'il a fallu à cette femme pour accompagner son enfant "pas comme les autres" ? Cet enfant qui va demander à ses parents de renoncer à la fille qu'ils ont mis au monde.

Au tout début du roman, nous sommes dans une clinique Serbe en compagnie d'Eva et de sa maman. Eva est sur la table d'opération et sa maman dans un couloir, à attendre.  Elle laisse vagabonder ses pensées  entre passé et présent. Eva est née fille mais elle se sent garçon. Ce décalage (erreur de la nature ?) est une souffrance du quotidien pour l'enfant et pour ses parents. Eva ne peut pas s'épanouir dans ce corps qu'elle ne peut assumer. Son caractère se durcit, ses parents ne savent comment l'aider. Le problème de leur fille envahit l'espace et ne laisse aucun répit à ce couple qui n'en est plus un. Et puis il y a le regard des autres qu'il faut supporter mais de moins en moins parce que la seule solution trouvée pour y faire face est l'isolement.

De l'amour, il y en a mais il ne se manifeste pas comme dans les foyers "normaux". Aimer Eva, est-ce l'aider à s'accepter telle qu'elle est ou faut-il l’accompagner à devenir l'homme qu'elle croit fermement être ? Cette question obsède la mère d'Eva, nuit et jour. Et ce n'est qu'au terme d'un long parcours jalonné de rendez-vous avec des "psy", des médecins, un juge mais surtout avec sa propre conscience que la mère d'Eva parviendra à mettre au monde son enfant une seconde fois.

La mère d'Eva est un livre magnifique que je vous encourage à lire. Aucun pathos, aucun voyeurisme mais un texte pudique qui sonne juste. L'originalité du roman tient au fait qu'il nous est donné de réfléchir à la problématique de l'identité de genre avec les yeux des parents et notamment de la mère. C'est un roman qui, plus largement, fait réfléchir à au rôle des parents dans le développement des enfants.

Un premier roman bouleversant !

 

Pour finir un extrait :

"Il y a toi et moi, assises l'une à côté de l'autre sans nous regarder, épaule contre épaule, cherchant des yeux quelque chose au loin, vers l'infini, attendant que l'une des deux crie :

-Terre !

Mais une autre terre, un lieu nouveau, où tu pourras enfin être ce que tu désires et où moi je pourrai enfin  me reposer."

Sur le thème du changement de sexe, j'ai visionné il y quelques mois  un très bon film :"The danish girl". J'essayerai de vous en dire quelques mots dans la semaine.

Partager cet article

Repost0
1 juillet 2020 3 01 /07 /juillet /2020 20:07

Le mois anglais est terminé et je suis ravie d'avoir réussi à (presque) tenir mon modeste programme.

Un grand merci aux organisatrices (Lou - Titine - Lamousmé). J'adore l'esprit et l'ambiance de ce mois thématique et elles y sont pour beaucoup. Merci aussi aux participants, pour leur bonne humeur et leur enthousiasme.

 

Voici le récapitulatif de mes billets :

 

Trois livres :

- Bienvenue au club de Jonathan Coe

- Retour à Manderley de Tatiana de Rosnay (coup de coeur)

- Avec le crime de Julia Chapman (audio)

 

Un livre + un film

Avec vue sur l'Arno (E.M. Forester) / Chambre avec vue

 

Deux films :

- Love actually 

The bookshop 

 

Un tag :

Le tag "spécial mois anglais"

 

Vivement l'an prochain ! (si ce n'est que j'aurai un an de plus...)

 

 

Partager cet article

Repost0
30 juin 2020 2 30 /06 /juin /2020 12:28

Traduit de l'anglais par Charles Mauron - 353 pages

"Avec vue sur l'Arno" est un roman sur les relations amoureuses écrit par l'écrivain britannique E.M. Forester (1879-1970). Nous sommes au début du XXe siècle dans une famille sous influence du carcan victorien. En vacances à Florence avec Miss Bartlett (une cousine restée vieille fille, en charge de la chaperonner) la jeune Lucy est écartelée entre les convenances de sa classe et son envie d'émancipation. Sa rencontre avec Georges, un jeune homme audacieux, va la dérouter (le temps du voyage) du chemin tracé par sa famille. De retour en Angleterre, Lucy se fiance à Cécil, un jeune homme "bien sous tous rapports" qu'elle se convainc d'aimer. Mais le destin lui fait croiser, de nouveau, la route de Georges. Va t'elle admettre qu'elle fait fausse route avec Cécil ?

Je suis très partagée sur cette lecture. J'ai aimé l'histoire et son contexte mais je me suis ennuyée à la lecture de ce texte qui, à mon sens, manque de fluidité. J'ai dû faire beaucoup d'efforts pour ne pas laisser mon esprit vagabonder. 

 

FILM DE JAMES IVORY (1986)

 

J'ai enchaîné directement avec le film "Chambre avec vue" que j'ai, en revanche, beaucoup apprécié. La subtilité des personnages, l'humour de l'auteur et sa finesse d'analyse ressortent beaucoup mieux dans le film qui, de surcroît, est un plaisir pour les yeux. Les coupes faites par le réalisateur donnent au film fraîcheur et dynamisme. Les personnages secondaires comme le révérend Beebe ou le frère de Lucy sont fort bien mis en valeur. J'ai trouvé également que la personnalité et le rôle de Miss Barnett (quelle chipie celle-là !) ressortent mieux dans le film que dans le livre. 

Je ne peux pas dire que je regrette d'avoir lu l'ouvrage car j'ai aimé comparer l'oeuvre initiale et son adaptation cinématographique mais si voulez aller à l'essentiel, vous pouvez tout à fait vous contenter du film vraiment très réussi. 

 

  animé par Lou - Titine - Lamousmé

objectif PAL chez Antigone

J'ai sorti ce livre de ma Pile à Lire

Partager cet article

Repost0
28 juin 2020 7 28 /06 /juin /2020 12:02

Tous les 28 du mois, je publie un billet récapitulatif des lectures audio des participants. Il n'est pas nécessaire de participer à chaque fois. Au fil du mois, vous pouvez me laisser le lien vers vos billets : ici

Enna :

Jours sans faim - Delphine de Vigan

 La fabrique de poupées de Elizabeth MacNeal

Rendez-vous avec le crime (les détective du Yorkshire - T1) - Julia Chapman

Un mariage anglais - Claire Fuller

 

Lilly :

Meurtre de Roger Ackroyd d'Agatha Christie

 

Sylire :

Vie de Gérard Fulmard - Jean Echenoz

L'homme qui savait la langue des serpents - Andrus Kivirahk

Rendez-vous avec le crime (les détectives du Yorkshire T1) - Julie Chapman

 

Géraldine :

Au chateau d'Argol - Julien Gracq

Dans la forêt - Jean Hegland

 

Il n'y aura pas de "Écoutons un livre" en juillet. Rendez-vous le 28 août !

Partager cet article

Repost0
27 juin 2020 6 27 /06 /juin /2020 15:08

Lu par : Odile Cohen - 12 h et 11 min

Nous sommes en immersion dans un petit village du Yorkshire, "Bruncliffe", dans lequel il ne se passe habituellement pas grand chose. Ce jour-là, une moto rouge que l'on n'avait pas vue depuis belle lurette fait son apparition au village. Le conducteur, Samson O' Brien, fait office de revenant. L'homme a dans l'idée de s'installer comme détective dans ce lieu dans lequel il ne semble pourtant pas avoir que des amis. Ce n'est pas de gaieté de cœur que Delilah Metcalfe consent à lui céder une partie de ses locaux. Elle n'a pas le choix, elle a besoin d'argent.

La première affaire de Samson a un lien avec l'agence de rencontres tenue par Delilah. La relation des deux co-locataires, très froide au départ, évolue favorablement au fil de l'enquête. C'est ensemble qu'ils vont résoudre l'énigme confiée au détective, oubliant leurs griefs d'antan. Je ne dirai pas que l'énigme est accessoire mais sa résolution n'occupe qu'une partie de l'histoire. Julie Chapman prend son temps pour planter le décor. L'enquête s'accélère dans la seconde partie du roman et nous prenons plaisir à suivre les différentes pistes de nos deux enquêteurs. Le dénouement est haletant dans tous les sens du terme.

On se sent bien dans l'ambiance de ce village du Yorkshire, à boire une bière au pub du coin ou à déguster une pâtisserie accompagnée d'un thé (fort) au salon de thé. Samson et Delilah forment un duo atypique et attachant que je serai ravie de retrouver pour de nouvelles aventures (de préférence en audio car l'adaptation est fort agréable). 

Ce livre a tout à fait sa place dans la catégorie "Cosy mystery", genre que je lis peu mais dont j'ai beaucoup aimé les caractéristiques dans le premier tome de cette série. J'avais prévu de présenter ce livre le 23/06, journée du mois anglais consacrée au "Cosy mystery" mais des soucis liés au travail m'ont éloignée de mon ordinateur.

L'avis de Enna

Merci à l'amie qui m'a prêté ce livre !

 

  animé par Lou - Titine - Lamousmé

Challenge Écoutons un livre

 

Partager cet article

Repost0
20 juin 2020 6 20 /06 /juin /2020 23:52

Voici mes réponses au tag imaginé par Enna.

J'ai toujours aimé l'Angleterre et j'ai adoré apprendre l'anglais. J'ai d'ailleurs repris des cours ces dernières années. Hélas, je ne progresse pas assez à mon goût, faute de pratiquer.

QUELS LIEUX ANGLAIS AIMES-TU OU AIMERAIS-TU VISITER ? :

Je suis allée trois fois en Angleterre quand j'étais au collège : deux fois en Cornouailles et une fois à Londres. J'aimerais bien retourner dans ces lieux. 

J'aimerais aussi beaucoup faire un périple sur les traces des sœurs Brontë , dans le Yorkshire. 

 

QUELS ALIMENTS/BOISSONS ANGLAIS AIMES-TU? :

Je garde un très bon souvenir des fish and chips au vinaigre (que l'on servait dans du papier journal, je ne sais pas si on les sert toujours ainsi...).

 

QUELS AUTEURS ANGLAIS AIMES-TU ? :

Au collège j'ai dévoré Agatha Christie. 

Aujourd'hui, j'aime Dickens, les soeurs Brontë, , Daphné Du Maurier, Angela Huth, Jonathan Coe et beaucoup d'autres !

 

QUELS FILMS / SÉRIES ANGLAIS AIMES-TU ? :

Je regarde peu de séries, voici donc plutôt des films. Deux me viennent à l'esprit spontanément :

- Le discours d'un roi  (film de 2010 réalisé par Tom Hooper avec Colin Firth)

Je n'ai vu ce film qu'une fois mais j'ai le DVD en ma possession. Je le regarderai donc certainement un de ces jours. J'avais été époustouflée par la prestation de Colin Firth, dans la peau du Roi George VI (le père de la reine Elisabeth) 

 

- Quatre mariages et un enterrement (film de 1994 réalisé par Mike Newell avec Hugh Grant, Kristin Scott Thomas et Andie MacDowell).

Ah ce film ! Je l'ai vu plusieurs fois et je ne m'en suis pas lassée.

Quatre mariages et un enterrement

 

QUELS ARTISTES ANGLAIS (PEINTRE, SCULPTEUR, PHOTOGRAPHE…) AIMES-TU ? :

Je citerai deux peintres William Turner (1775 - 1851) et Alfred Sisley (1839-1899). Je serais bien en peine de vous en citer d'autres, je l'avoue.

 

Langland Bay - Sisley

 

QUELS CHANTEURS /CHANTEUSES / GROUPES ANGLAIS AIMES-TU? :

Je pense à ceux que j'ai écoutés à l'adolescence : Les Beatles, Cats Stevens, les Rolling-Stones (que j'ai vus récemment à Paris), 

J'aime aussi beaucoup Queen, Elton John, Eric Clapton, Dire Straits. Et, pour citer un groupe plus jeune, Muse.

 

MONTRE NOUS DES BABIOLES « ANGLAISES » QUE TU POSSÈDES :

Je n'ai pas beaucoup de babioles. Il me reste ce mug (dont il manque l'anse), acheté à l'occasion d'un de mes voyages en Angleterre au collège. Ce mug a accompagné mon adolescence. Je l'avais laissé chez mes parents et il y a quelques années, ma mère me l'a donné en me disant qu'elle n'avait pas réussi à le jeter. Moi non plus, alors je n'ai recyclé en pot à crayons.

 

 

Tag proposé par Enna

 

animé par Lou - Titine - Lamousmé

Partager cet article

Repost0
17 juin 2020 3 17 /06 /juin /2020 23:14

Albin Michel-Héloise d'Ormesson - 2015 - 464 pages

Ce livre me faisait de l’œil depuis sa sortie et je l'ai trouvé à l'automne dernier dans un vide-grenier (il n'attendait que moi !). Adolescente, j'avais lu et beaucoup aimé "L'auberge de la Jamaïque". Je possédais d'ailleurs l'ouvrage, qui se trouve peut-être encore chez mes parents (il faudra que je cherche). En 2015, j'ai renoué avec bonheur avec la plume de l'autrice en écoutant la merveilleuse version audio de "Rebecca". C'est à cette occasion que j'ai découvert le manoir de Manderley.

Manderley a été inspiré à Daphné du Maurier par un autre manoir, celui de Menabily dans lequel elle a vécu de nombreuses années. Menabily a été le coup de coeur de l'écrivaine sans jamais lui avoir appartenu. Le lieu est très présent dans la biographie de Tatiana de Rosnay tout comme il l'a été dans la vie de Daphné. 

Daphné du Maurier avec ses enfants devant Menabily

La biographie de Tatiana de Rosnay aborde la vie de Daphné du Maurier dans l'ordre chronologique. Nous commençons par découvrir son enfance à Londres, dans une famille aimante, vivant confortablement grâce aux revenus du père de Daphné, célèbre acteur de théâtre en son temps. A l'adolescence, les parents de Daphné achèteront une maison en Cornouailles, Daphné tombera amoureuse de la région et plus tard, y découvrira Menabily.

Un autre lieu comptera pour Daphné, c'est Paris. D'origine française, elle passera quelques années dans un pensionnat, à Meudon. Elle tombera amoureuse de la directrice de ce pensionnat, avec laquelle elle vivra sa première histoire d'amour. La romancière reviendra en France bien plus tard pour enquêter sur sa famille d'origine sarthoise. 

Daphné du Maurier a aimé des femmes mais aussi des hommes parmi lesquels son mari, Sir Frederick Browning, avec lequel vivra des moments heureux.

 

Daphné et son mari

Il ne devait pas être simple de vivre avec Daphné, qui pouvait tout lâcher pendant plusieurs semaines (y compris ses enfants), pour se consacrer à l'écriture. Tatiana nous fait découvrir les différentes facettes de la romancière, y compris les moins flatteuses. Malgré ses défauts, Daphné du Maurier est une personne attachante. Passionnée et volontaire, elle ne fait rien à moitié.

La fin de sa vie de la romancière n'a pas été très heureuse. Elle a dû quitter  Menabily et en a été très attristée. Elle a été confrontée a des pannes d'écriture et n'a n'a jamais retrouvé auprès du public le succès de ses premiers ouvrages. Par ailleurs, elle souffrait beaucoup de la disparation de personnes qui avaient beaucoup compté pour elle.

Pour écrire cette biographie, qui se lit comme un roman, Tatiana de Rosnay a mené une véritable enquête, se rendant sur les lieux où a vécu la romancière, rencontrant des membres de sa famille. Fascinée depuis l'adolescente par l'autrice, Tatiana de Rosnay lui rend un très bel hommage. Des photos nous permettent de visualiser certains lieux et de nous faire découvrir les personnes qui ont compté dans sa vie.

 

 

Plusieurs chapitres sont consacrés à l'écriture des différentes œuvres de la romancières. Tatiana de Rosnay évoque aussi leur réception par le public ou par la critique de l'époque. Il me tarde de me faire ma propre opinion sur ces ouvrages.

Je ne peux que remercier Tatiana du Rosnay de m'avoir fait passer un si bon moment avec une autrice que je compte bien continuer à découvrir.

J'ai eu un coup de cœur pour cette passionnante biographie.

 

Lu pour le mois anglais (thème de la biographie)

 

Partager cet article

Repost0