Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Blogoclub

Prochaines sessions :

1er mars : une lecture au choix de l'écrivain "Emmanuel Carrère".

Pour contacter le blogoclub : lecturecommune@yahoo.f

Pour en savoir plus sur le blogoclub :

http://www.sylire.com/article-26682108.html

 

31 août 2012 5 31 /08 /août /2012 22:54

null

       Le livre de Poche (Albin Michel 2010) - 472 pages - traduit de l'Anglais (USA)  par Isabelle Reinarez

 

Nous sommes dans les années 60, dans un petit village du Dakota du Nord qui a subi autrefois un traumatisme, le lynchage de quatre innocents à la suite de l'assassinat d'une famille de fermiers. Cet évènement date d'environ cinquante ans mais il a laissé des séquelles dans la conscience des habitants, y compris dans celle des plus jeunes. La mémoire collective se transmet de génération en génération, consciemment ou pas...

Il appartient au lecteur de reconstituer peu à peu le puzzle de l'histoire du village, au travers de l'histoire de différentes familles. C'est une lecture qui demande une certaine attention car les personnages sont nombreux et les liens entre les familles ne sautent pas aux yeux. Si parfois je me perdais dans les méandres des liens familiaux, mon intérêt ne diminuait pas pour autant car chaque partie (voire chaque chapitre) se lit presque comme une nouvelle. Louise Erdrich, que j'avais découverte avec "la chorale des bouchers" a un réel talent de conteuse, rendant passionnante la moindre anecdote. Elle décrit fort bien cette région des États-Unis qu'elle connaît bien pour y avoir vécu. Sa mère est amérindienne et son père est germano-américain. On retrouve dans ses romans sa culture d'origine et l'évocation de ses racines familiales.

Un roman polyphonique foisonnant et sensuel, que j'ai lu avec plaisir.

 

 blogoclubLu dans le cadre du blogoclub sur le thème du roman polyphonique

 

Les avis de :  Grominou - Titou - Ori - KaliGambadou - Hélène -  sybille - PralineLisa -Chaplum - Midola - Zarline 

La lecture prochaine, le premier décembre, sera sur le thème de l'Australie...

Repost 0
28 août 2012 2 28 /08 /août /2012 22:39

 null

                                                                               Albin Michel - aout 2011 -148 pages

 

Elle a douze ans, elle a voulu mourir...

Un manque d'estime de soi, une famille dans laquelle elle ne trouvait pas sa place et un détonateur : la perte du grand-père qu'elle adorait.

Le suicide des jeunes enfants glace d'effroi. On ne comprend pas ce qui, à l'âge de l'insouciance, peut déclencher un tel mal-être. En esquissant le portrait de cette enfant, la romancière démontre qu'il n'y a pas d'âge pour être malheureux et qu'l est bien difficile, parfois, de grandir...

Le sujet n'est pas banal, l'écriture est fluide et j'ai lu cet ouvrage quasiment d'une traite. J'aurais aimé toutefois quelques pages de plus, je ne sais pas si ce livre me restera bien longtemps en mémoire.

 

Un bon roman, un peu court...

 

Prix confidentielles 2/14

 

Les avis deJoelle - Sandrine - Yv

Repost 0
25 août 2012 6 25 /08 /août /2012 22:11

 null

                                                                       Actes Sud 2012 - 390 pages - mai 2012

 

Deux femmes, l'une à Rome, l'autre en Islande, se mettent en relation via internet pour échanger leur logement pendant leurs vacances. Avant le départ, elles s'écrivent de nombreux mails et se livrent l'une à l'autre. Le temps du voyage arrive mais, en raison de conditions climatiques imprévues, les vacances prennent une tournure inattendue qui chamboulera leurs deux vies...

Si j'ai adhéré totalement à l'histoire et beaucoup aimé les personnages, la construction de ce livre ne m'a pas convenue. Dans le récit se glisse la voix du père de Livia, la romaine. Non que son histoire soit inintéressante, loin de là, mais les chapitres qui lui sont dédiés m'ont déconcertée dans un premier temps car je ne comprenais pas qui était ce narrateur. Par la suite, ces "fragments" m'ont semblé casser le rythme du récit. Je dois avouer que j'ai sauté quelques pages. C'est vraiment dommage car l'écriture est pleine de charme et le thème accrocheur.

 

Une histoire originale, une lecture en demi-teinte.

 

Prix "condidentielles" 1/14

Cathulu a a-do-ré tout comme Clara; Le ressenti d'Antigone se rapproche du mien

Repost 0
23 août 2012 4 23 /08 /août /2012 22:01

Je ne suis pas encore plongée dans la rentrée littéraire et pour cause... :  

Fin juin, j'ai reçu un mail me proposant de faire partie du Jury du prix des lectrices du site "Confidentielles" (je ne sais sur quels critères j'ai été sélectionnée, je ne fréquente pas le site). Je dois dire que j'ai beaucoup hésité avant d'accepter car la sélection comptait 12 livres au départ (au final, il y en a 14 !), à lire pour fin septembre. Tant de livres sur un délai si court, en pleine rentrée littéraire... Au final, j'ai dit oui et j'ai reçu dans un premier temps un colis de 12 livres (j'ai ouvert le paquet avec une certaine excitation car je n'avais pas connaissance de la sélection). Les 2 suivants sont arrivés 15 jours plus tard alors que je n'attendais plus rien. 

Voici la liste des livres. J'avais noté certains dans ma LAL (liste à lire), j'ai donc été ravie de les trouver dans le colis. Pour les autres, on verra... J'espère de bonnes surprises ! Pour l'instant, je ne suis pas déçue.

 

 La petite, par Michèle Halberstadt (Albin Michel)  

Le corail de Darwin, par Brigitte Allègre (Actes Sud)

Demain j'arrête, par Gilles Legardinier (Fleuve noir)

Vous prendrez bien une tasse de thé ?, par Claude Keller (Plon) 

Une femme seule, par Marie Vindy (Fayard)

Ainsi puis-je mourir, par Viviane Moore (10-18)

Au pays des kangourous, par Gilles Paris (Don Quichotte)
Juste avant, par Fanny Saintenoy (Flammarion)

Et puis, Paulette..., par Barbara Constantine (Calmann Levy)

Grâce, par Delphine Bertholon (JC Lattès)

La femme et l'ours, par Philippe Jaenada (Points)

  Les sacrifiés, par Juliette Morillot (Belfond)

  Mon père, c'était toi ?, par Vincent Pichon-Varin (Le Cherche-Midi)

Couleur Champagne, par Lorraine Fouchet (Robert Laffont)

 

Si vous souhaitez connaître les autres blogueuses du jury (10 au total), cliquez sur l'image :

 

Le 5è Prix des lectrices Confidentielles !  - Culture et Loisirs

 

Repost 0
Published by sylire - dans Des prix...
commenter cet article
19 août 2012 7 19 /08 /août /2012 22:07

      null

                                                                            JC Lattes - aout 2011 - 400 pages

Ce récit autobiographique s'est imposé à Delphine De Vigan après que sa mère, Lucile, ait choisi de mettre fin à ses jours après des années de souffrance et de lutte contre une maladie qu'on appelle aujourd'hui la bipolarité. Dans la première partie, Delphine de Vigan relate l'enfance de Lucile, élevée dans une famille nombreuse d'apparence "modèle" : des parents aimants, des enfants désirés et bien éduqués... Une famille lourdement marquée par des drames (la mort de plursieurs enfants).

Dans la seconde partie la romancière raconte sa propre enfance, gâchée par maladie de sa mère. Sans complaisance vis à vis d'elle mais avec beaucoup d'amour et de respect, Delphine de Vigan nous fait partager les galères qu'elle a vécues, avec sa soeur, quand les rôles s'inversaient (trop souvent) et qu'elles devaient porter Lucile à bout de bras. L'originalité de l'ouvrage tient au fait que la romancière rend compte au lecteur de sa démarche d'écriture, de ses difficultés et de ses doutes à dévoiler ainsi les secrets de famille. Elle relate l'enquête qu'elle a menée auprès de ses proches pour tenter de comprendre les causes du dérapage de sa mère. Pour cela, elle n'hésite pas à exhumer le passé familial, y compris celui dont personne n'a envie de se souvenir. 

C'est un ouvrage éclairant sur cette maladie qu'est "la bipolarité", qui questionne et interpelle sur les causes de la maladie et sur le poids du contexte familial dans son évolution. Cette lecture restera sans nul doute l'une des expériences les plus marquantes et éprouvantes de ma vie de lectrice. Je n'en suis pas sortie indemne, bouleversée par ce texte qui m'a touchée très intimement.

Terrible et magnifique...

Repost 0
17 août 2012 5 17 /08 /août /2012 22:18

Parmi les livres que j'ai lus depuis un an et qui rentrent dans le "challenge 1% de la rentrée littéraire 2011" (j'en ai lu une quinzaine), voici ceux que je retiendrai principalement :

  1pour_cent_litt_raire_2011

 Le premier été  d'Anne Percin

 Limonov d’Emmanuel Carrère

 Pas d’inquiétude de Brigitte Giraud

 Et rester vivant de Jean-Philippe Blondel

 Du domaine des Murmures de Carole Martinez

 Nestor rend les armes de Clara Dupont Monot

 Retour à Killybegs de Sorj Chalandon. 

 

 

Pour l'instant, ce n'est pas dans la rentrée 2012 que je suis plongée mais dans la sélection du "Prix des lectrices du site Confidentielles" (ce sont des ouvrages parus entre août 2011 et juillet 2012) Je vous en parle dans quelques jours...

Je vais suivre la rentrée 2012 (646 romans sortent cette année), via les blogs principalement, pour noter les livres qui pourraient faire partie de mes futurs coups de coeur... J'ai repéré les ouvrages de Fabrice Humbert, Audur Ava Olafsdottir, Jérôme Ferrari,  Laurent Gaudé,  Agnès Desarthe,  Olivier Adam... J'attends les premiers avis. 

Comme l'an passé, je m'inscris au challenge 2012 : 7 livres minimum à lire avant la rentrée suivante, ce n'est pas très difficile. 

Pour vous inscrire, c'est chez Mimi ou chez Hérisson. 

 

 

 

 

Repost 0
Published by sylire - dans De ma blogo-vie
commenter cet article
15 août 2012 3 15 /08 /août /2012 22:51

Me revoilà après quelques jours de pause bloguesque....

Je coule des jours tranquilles dans ma maison de bord de mer. Enfin, tranquilles, pas toujours car nous avons pas mal de passage (amis, copines de fi-fille, famille...). Mais j'ai tout de même suffisamment de temps pour me reposer (et pour lire), je vous rassure.

Côté météo, après une semaine géniale, nous avons un temps plus variable ces jours-ci mais ça devrait s'arranger.

Parmi nos visiteurs, il y a un intrus ... Il s'agit de Jonathan (le goéland...) qui se promène sur le muret de la terrasse, tape au carreau et arrive parfois à faire quelques pas dans la maison (mais on évite !).

 

photo-1-6425.jpg

 

photo-1-6419.jpg

Repost 0
31 juillet 2012 2 31 /07 /juillet /2012 22:36

la-lsite-de-mes-envies.jpg

Paru en fevrier 2012 chez Jc Lattes puis chez Audiolib en juin 2012

 

Jocelyne est une femme que l'on pourrait qualifier d'ordinaire : un petit commerce qui lui dégage de quoi vivre gentiment, un mari (Josselin) qui n'est ni meilleur ni pire qu'un autre mais qu'elle aime, des enfants quasiment tirés d'affaire...  Elle mène une petite vie tranquille dans sa petite ville de province jusqu'à ce que, par hasard, elle joue au loto... et gagne ! Comme c'est une personne très posée, elle ne s'emballe pas et commence par faire la liste de ses envies. Très vite elle réalise que le plus important, elle l'a déjà. Elle ne se précipite donc pas pour mettre son chèque en banque. Mais un évènement indépendant de sa volonté fera prendre à l'histoire une tournure inattendue... Ce qui se passe par la suite est une parfaite illustration de la célèbre phrase : "l'argent ne fait pas le bonheur".

Jocelyne, c'est la bonne copine, la bonne mère, la bonne épouse. Ce qui lui arrive est si injuste qu'on est de tout coeur avec elle, la soutenant dans les épreuves qu'elle traverse. On referme le livre, soulagé de ne pas avoir gagné au loto et bien décidé à profiter des petits bonheurs que nous offre le quotidien. L'univers de la mercerie donne un petit côté suranné à l'histoire mais la mercière est bien une femme de son époque, pour preuve elle tient un blog... L'écriture de Grégoire Delacourt est à l'image de Jocelyne, sans fioriture mais plus subtile qu'il n'y paraît. L'analyse psychologique de cette gagnante du loto est très bien vue. Rien à dire sur la version audio : la voix colle bien avec la narratrice et il est très facile de se laisser porter par les mots de Grégoire Delacourt.

 A conseiller sans hésitation autour de soi !

Repost 0
28 juillet 2012 6 28 /07 /juillet /2012 08:32

photo-1-6288--3-.jpg

C'est notre spectacle du soir et la raison pour laquelle mes billets se font attendre...

Bientôt les vacances (jeudi soir) et vendredi nous procèderons à notre deuxième déménagement mais nous n'occuperons cet l'appartement qu'en septembre. D'ici là, trois semaines de vacances en perspective et deux semaines en mode "semi-vacances". Je mettrai mon blog en pause quelque temps (une semaine ou deux voire trois, je verrai...).

(Pour ce qui ne comprennent rien à mes histoires de déménagement : nous avons désormais deux lieux de vie : un au bord de la mer, l'autre en ville, et nous naviguons entre les deux).

Repost 0
23 juillet 2012 1 23 /07 /juillet /2012 22:21

L-elegance-des-veuves.jpg

                                                             Babel Actes Sud 1999 - 126 pages

Avec la très jolie plume qu'on lui connaît, Alice Ferney nous offre avec "l'élégance des veuves" un petit livre très féminin sur le thème de la maternité au siècle dernier. Elle retrace la vie d'une lignée de femmes qui, la tête haute, fait face au malheur qui s'invite trop souvent à sa porte : mort d'un enfant à la naissance ou perte d'un mari sur le champ de bataille. Mais ce n'est pas un livre triste car il est aussi question (et avant tout) du bonheur d'être mère, de bercer un petit enfant et de le voir grandir puis d'être grand-mère et de recommencer...

C'est un très bel hommage rendu aux femmes qui nous ont précédées. Elles nous ont transmis le flambeau de la maternité, pour le meilleur et pour le pire, et nous faisons de-même parce que telle est notre destinée...

Alice Ferney, une valeur sûre à lire et à relire... 

Les avis de Mango et Laure

Repost 0