Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Ecoutons un livre

Dépôt des liens : Ici

Tous les 28 du mois, je publie un billet récapitulatif des lectures audio des participants. Il n'est pas nécessaire de participer à chaque fois.

 

 

 

22 avril 2015 3 22 /04 /avril /2015 23:37
Âme graphique - Délicatesse (12)

Pour ce nouvel épisode de l'atelier "Âme graphique", c'est le mot "délicatesse" qu'il convient d'illustrer. J'aime ce mot, au sens propre comme au sens figuré.

En regardant autour de moi dans la maison, à la recherche d'une idée, mes yeux se sont posés sur cette orchidée : la délicatesse de la fleur, du geste de la personne qui me l'a offerte et, en arrière-plan, celle de la porcelaine ancienne dans le buffet.

Ma photo de la semaine n'est pas très originale. Peut-être bien que mes camarades auront fait preuve de plus de créativité...Allons faire un tour chez le petit carré jaune.

Âme graphique - Délicatesse (12)

.

Partager cet article
Repost0
20 avril 2015 1 20 /04 /avril /2015 23:30
Allary Editions 2015 - 159 pages
Allary Editions 2015 - 159 pages

.

L'arabe du futur - Riad Sattouf (BD)

.

Le sous-titre de ce livre, "Une jeunesse au Moyen-Orient 1978 - 1984" résume le thème de cet ouvrage. L'auteur nous plonge dans son enfance, entre la Libye et la Syrie, pays dans lesquels il a vécu enfant. Nous découvrons deux pays sous le joug de dictateurs, c'est le règne de Kadhafi en Libye et celui d'Hafez-El-Assad en Syrie. La mère de l'auteur est française, son père syrien. Le petit Riad est blond aux yeux bleus, autant dire qu' il ne passe pas inaperçu en Moyen-Orient.

L'auteur nous propose un portrait assez désastreux de ces pays et leurs habitants : pauvreté, saleté, violence, obscurantisme... Le moins que l'on puisse dire c'est que ses yeux d'enfants n'ont pas capté grand-chose de positif de ces années-là. L'auteur n'offre pas non plus de ses parents une image très positive : une mère effacée, un père sans doute cultivé et lettré mais qui surprend par son manque d'esprit critique. Quant au petit Riad, sa couleur de cheveux ne lui facilite pas l'existence. Quand il revient en France pour les vacances, chez sa grand-mère bretonne, il ne serait pas fâché d'y déposer définitivement ses valises. Mais il faut repartir en Syrie ou l'attend l'école, censée faire de lui "un arabe du futur".

J'ai bien aimé découvrir cet album autobiographique bien qu'il verse un peu, me semble-t'il, dans la caricature. Les souvenirs de Riad ont peut-être été revisités par l'adulte qu'il est devenu et qui porte un regard sans concession sur le Moyen-Orient qu'il a connu ? Les syriens et les libyens en prennent plein la tête. Je ne suis pas en mesure de savoir si c'est exagéré ou non. Même les enfants sont présentés, pour la plupart, comme violents et cruels. En revanche le petit Riad est attachant et nous le suivons bien volontiers dans sa vie quotidienne et ses jeux d'enfant.

L'arabe du futur - Riad Sattouf (BD)

.

Un regard assez dérangeant sur le Moyen Orient des années 80.

Lu dans le cadre de "La BD fait son festival" organisé par Price Minister à l'occasion du 42ème festival d'angoulême, où "L'arabe du futur" a obtenu le Prix du meilleur Album.

Note attribuée : 14/20

L'arabe du futur - Riad Sattouf (BD)

.

Cette semaine, c'est chez Stephie
Cette semaine, c'est chez Stephie

.

Partager cet article
Repost0
18 avril 2015 6 18 /04 /avril /2015 23:21
Audiolib 2015(Buchet/Chastel août 2014) - 3 heures d'écoute - Lu par Marie-Christine Barrault
Audiolib 2015(Buchet/Chastel août 2014) - 3 heures d'écoute - Lu par Marie-Christine Barrault

.

"Dans les fermes où on se fait la guerre entre vieux et jeunes, c'est dur pour l'ouvrier qui se trouve sans savoir de quel côté se tourner quand l'un a dit blanc, l'autre noir. Joseph en a séparé des pères et des fils, ou des frères, ça s'empoignait au fond de l'étable ou à la grange juste à côté de la trappe ouverte sur un escalier bien raide, il a reçu des coups perdus et ensuite on l'a regardé de travers parce qu'il avait vu ce qui doit rester caché dans le secret des familles".

Joseph est un ouvrier agricole "à la mode d'autrefois". Il vit chez ses patrons mais sait se montrer discret. Tout en étant gentil avec lui, les propriétaires de la ferme gardent leurs distances. Ce sont de bons patrons mais chacun reste à sa place. Marie-Hélène Lafon nous raconte la vie quotidienne de Joseph dans cette ferme de Cantal, ce qu'il voit et ce qu'il devine. Peu à peu se dresse le portrait un homme simple dont la vie intérieure est moins banale qu'il n'y parait. Joseph vit avec ses souvenirs d'enfance, avec ceux qui lui restent de Sylvie, la femme qu'il a aimée autrefois. Joseph pense aussi à sa mère, qui est partie vivre dans le sud de la France avec son frère aîné, l'abandonnant à son sort. Des blessures au cœur, il en a eu son compte, qu'il a tenté de noyer dans l'alcool, ce n'était pas une bonne idée. Désormais serein pour aborder la dernière ligne droite de sa vie, il profite des petits plaisirs qui s'offrent à lui et admire la campagne qu'il aime tant.

« les gens et les bêtes mouraient mais pas les prés, pas les terres, pas la rivière, tout se conservait et il avait beaucoup à penser. La Santoire, par exemple, il était né au bord, il avait vécu là, pas loin, dans sa vallée ou autour, il l’avait entendue souvent la nuit et connaissait toutes ses saisons, un peu comme si elle avait coulé à l’intérieur de lui. »

Vous l'aurez compris "Joseph" n'est pas un livre d'action. Certains trouveront qu'il ne se passe pas grand chose. Ce n'est pas mon cas. C'est un monde révolu que fait revivre Marie-Hélène Lafon et elle le fait fort bien, avec une écriture précise et travaillée. On sent que chaque mot est pesé et bien à sa place. Marie-Christine Barrault a le ton qui convient parfaitement à ce texte, son interprétation est irréprochable. A la fin du CD, Audiolib propose un entretien avec l'auteure, dans lequel nous apprenons que Marie-Hélène Lafon s'est inspirée de la nouvelle de Flaubert "Un coeur simple". J'avais effectivement fait le rapprochement entre les deux textes. Comme la "Félicité" de Flaubert, le "Joseph" de Marie-Hélène Lafon est une personne douce et attachante qui mérite largement un détour littéraire.

Un petit roman touchant et d'une grande pudeur.

Allons voir ce qu'en ont pensé Leiloona et Sophie avec qui je partage cette lecture. Vous verrez, deux avis bien différents.

Lu dans le cadre du Prix AUDIOLIB 2015

Joseph - Marie-Hélène Lafon (audio)

.

Joseph - Marie-Hélène Lafon (audio)

.

Partager cet article
Repost0
15 avril 2015 3 15 /04 /avril /2015 23:25
19 h 05 - audioblib 2014 (Albin Michel 2014)
19 h 05 - audioblib 2014 (Albin Michel 2014)

.

L'histoire commence en Birmanie durant la seconde guerre anglo-birmaine (1852). Le sergent Bowman, de la Compagnie des Indes Orientales, a choisi ses hommes pour une mission secrète qui va virer au cauchemar. Les anglais de son expédition vont être capturés et torturés. Seuls une dizaine de ces hommes, et parmi eux Bowman, auront la vie sauve. De retour à Londres, le sergent tente de survivre en s'étourdissant à coup d'opium et d'alcool. Un évènement va le sortir de son abrutissement : la découverte d'un corps mutilé dont il reconnait la signature : il s'agit de l'un de ses ex-compagnons en Birmanie. Il sait dès lors qu'il n'a d'autre solution que celle de partir à la recherche des neuf hommes qu'il a perdus de vue. Ses recherches débutent à Londres puis nous entrainent dans le nouveau monde.

Voilà un livre que je n'aurais jamais lu s'il ne s'était pas trouvé dans la sélection du prix Audiolib et j'ai bien failli déclarer forfait avant la fin de la première partie, beaucoup trop sanglante et violente à mon goût. La deuxième partie m'a intéressée davantage et notamment la description de Londres, en proie à l'épisode de "la grande puanteur", une période de l'histoire anglaise que je ne connaissais pas. C'est au cours de cette seconde partie, que la première femme du roman fait son apparition, humanisant le récit (et surtout Bowman). A partir de là, mon intérêt pour l'histoire est allée crescendo. La reconstruction de Bowman est intéressante à suivre et l'histoire ne manque pas de rebondissements.

Roman d'aventure, western, thriller, ce livre brasse tous les genres. Je dirais même qu'à la fin du roman, l'histoire a un petit quelque chose de "la petite maison dans la prairie". Je ne regrette donc pas de m'être accrochée car au final j'ai passé un bon moment. Si j'ai réussi à être patiente, c'est sans nul doute grâce au lecteur, vraiment excellent. J'ai écouté un certain nombre de livres audio et découvert de très bons lecteurs mais peut-être bien que Philippe Alard est le meilleur d'entre eux. Il m'a époustouflée en modulant sa voix pour interpréter les différents personnages, sans forcer le trait et en donnant l'illusion qu'il y a plusieurs lecteurs. 

Ce n'était pas gagné, mais j'ai aimé (avec un bémol pour le début) !

Je partage une lecture commune avec Saxaoul et Sophie

Trois mille chevaux vapeur - Antoine Varenne (audio)

.

Partager cet article
Repost0
15 avril 2015 3 15 /04 /avril /2015 23:00
Âme graphique - Epaule (11)

Voici ma participation à l'atelier "Âme graphique" du Petit Carré Jaune. Le mot à illustrer était "Épaule" et j'ai tout de suite eu l'idée de prendre cette photo. Il s'agit de mes trois trésors. Ils ne vivent plus sous le même toit mais sont ravis de se retrouver quand ils le peuvent. J'aime leur complicité et l'idée qu'ils pourront s'épauler tout au long de leur vie. Je l'espère...

vous pouvez cliquer sur la photo pour l'agrandir.

Allez jeter un œil sur les autres épaules chez "le petit carré jaune " !

Âme graphique - Epaule (11)

.

Partager cet article
Repost0
15 avril 2015 3 15 /04 /avril /2015 19:01

Le thème du mois d'avril est "le roman d'aventure" (aventure au sens large).

Voici les billets :

Géraldine : Les enfants de l'aube - Patrick Poivre d'Arvor

Saxaoul : trois mille chevaux vapeur - Antoine Varenne

Sylire : trois mille chevaux vapeur - Antoine Varenne

Enna : le vieux qui lisait des romans d'amour - Luis Sepuldeva

Sandrine : Constellation - Adrien Bosc

Manika : indigo - Catherine Cusset

A propos de livres : Yeruldelgger - Ian Manook

Valérie : trois mille chevaux vapeurs

Au mois de mai, je vous propose de présenter un livre dont vous avez trouvé le lecteur (ou la lectrice) particulièrement bon. Ce sera l'occasion de rendre hommage aux lecteurs, qui comptent pour beaucoup dans la réussite d'un livre audio.

Écoutons un livre au mois d'avril 2015

.

Partager cet article
Repost0
11 avril 2015 6 11 /04 /avril /2015 23:30
 Audiolib 2014 (Albin Michel)- 6 h 53 - lu par Gregori Baquet et Georgia Scalliet
Audiolib 2014 (Albin Michel)- 6 h 53 - lu par Gregori Baquet et Georgia Scalliet

.

« Quand votre vie privée est foutue, quand votre famille s’est délitée et que votre vie sociale est en train de disparaître, vous savez que vous entrez dans le noir. L’indiscutable. Celui où on ne se retrouve plus. Alors, oui. Peut-être que ça a été le déclencheur »

Antoine, la quarantaine, est un expert en assurance chargé de détecter les fausses déclarations. Il est marié à Nathalie, avec laquelle il a eu deux enfants, Léon et Joséphine. Le roman commence par une longue lettre à Léon dans laquelle il raconte notamment son enfance, marquée par un drame qui a brisé sa famille. Mal dans sa peau, il est fragile psychologiquement. La suite des évènements nous montrera à quel point il est perturbé. Dans la seconde partie, nous sommes au Mexique,  Antoine a changé de vie, contraint et forcé. La troisième et dernière partie est constituée du journal de Joséphine (la fille d'Antoine). Elle tente de se reconstruire après le traumatisme qu'elle a subi.

J'avais déjà lu ce livre en version papier avant d'apprendre qu'il serait dans la sélection du prix Audiolib. Je n'avais pas rédigé de billet, incapable de me déterminer sur cette histoire qui m'avait mise mal à l'aise plutôt qu'autre chose. Je me suis dit qu'une relecture audio me permettrait peut-être de mieux la cerner. Hélas, j'ai eu exactement le même ressenti que la première fois. 

J'ai trouvé le personnage principal geignard et pleurnichard et à aucun moment je n'ai eu de l'empathie pour lui. Je sais qu'on ne se remet pas toujours des blessures de l'enfance mais j'ai trouvé que l'auteur en rajoutait, entrainant ses lecteurs dans une histoire glauque et presque malsaine. J'ai bien aimé toutefois la relation entre Antoine et sa jeune soeur Anna, empreinte de douceur et de tendresse. 

Je n'ai pas apprécié le style de l'auteur et notamment les phrases courtes et hachées de la première partie. Une autre particularité du livre m'a agacée, le fait de scander des prix à longueur de récit : la valeur d'une vie, le prix d'une consultation chez le psy, celui d'un costume...  J'ai trouvé le procédé lourd et répétitif. Autre bémol, la fin de l'histoire, que j'ai trouvée irréaliste. Le retournement de situation est bien trop soudain pour être crédible

L'interprétation audio ne m'a pas fait apprécier davantage le roman que la version papier. La voix masculine m'a agacée, à l'image du texte. J'ai trouvé la voix féminine assez surprenante au départ, mais au final je trouve qu'elle sonne assez juste. C'est d'ailleurs la partie du roman que j'ai préférée.

"On ne voyait que le bonheur" est sans nul doute un texte percutant, qui a trouvé son public, mais je n'en fais pas partie.

 

Sur la version audio

les avis de Sandrine et Sophie (avec lesquelles je partage une lecture commune)

Ceux de Enna - Estelle - Bladelor - Laure

 

L'avis de Gambadou (version papier)

 

lu dans le cadre du Prix Audiolib

On ne voyait que le bonheur - Grégoire Delacourt (audio)

.

On ne voyait que le bonheur - Grégoire Delacourt (audio)

.

Partager cet article
Repost0
8 avril 2015 3 08 /04 /avril /2015 23:43
Actes Sud 2015 - 250 pages
Actes Sud 2015 - 250 pages

.

Nous sommes à Haïti quelques jours avant le tremblement de terre de 2010. Lucine vient d'arriver à Port Au Prince pour annoncer le décès de sa jeune soeur Nine, morte dans de mystérieuses circonstances après avoir été enlevée par un esprit. Nous sommes dans la culture vaudou, les esprits cohabitent avec les vivants. Le ton est donné, le surnaturel va s'inviter au détour des pages.

Lucine retrouve assez vite Saul, un jeune homme qu'elle avait côtoyé pendant ses études, quelques années auparavant. Saul militait avec elle et leur groupe d'amis, pour l'indépendance d'Haïti. D'autres personnages entrent en scène au fil de l'histoire comme cette jeune fille des quartiers riches, malade et condamnée ou ce chauffeur de taxi au passé douteux. Il y a aussi le vieux Tess, qui vit dans un ancien bordel où se regroupe une bande d'amis. Nous découvrons tour à tour ces personnages, jusqu'à ce que ta catastrophe ne les arrache à leur vie quotidienne. Certains s'en sortiront, d'autres non, mais la frontière entre les vivants et les mots restera floue jusqu'au bout...

"Danser les morts" n'est pas un roman dans lequel on entre aisément. Les personnages sont énigmatiques, la culture vaudou conditionne les comportements des vivants et donne aux morts une place de choix. J'ai accepté cet aspect du livre sans trop de difficultés mais la fin de l'histoire m'a déconcertée car le surnaturel prend complètement le dessus. J'aurais préféré une fin plus ancrée dans la réalité. Je reconnais toutefois des qualités à ce roman au charme envoûtant. L'écriture est irréprochable et j'ai apprécié la façon originale d'évoquer le tremblement de terre.

Un avis en demi-teinte, donc, en ce qui me concerne. 

L'avis de L'irrégulière - Mr Canel - Leiloona

Le dans le cadre du Prix Relay

Danser les ombres - Laurent Gaudé

Merci à Babelio

Partager cet article
Repost0
6 avril 2015 1 06 /04 /avril /2015 23:46
Le voyant - Jérôme Garcin

.

Un extrait :

"Il fait une découverte stupéfiante. Au lieu de tourner ses yeux morts vers l'extérieur, il les oriente vers l'intérieur, en lui-même, où il peut vivre, courir, dessiner, où tout est plus stable et plus amical qu'au-dehors, où rien ne distingue le jour de la nuit, où les ombres n'ont plus leur place, où il peut déplacer à sa guise l'horizon, où il a le sentiment d'aborder un continent neuf et vierge".

 

"Le voyant", de Jérôme Garcin, est un récit biographique qui rend honneur à un homme injustement oublié des Français : Jacques Lusseyran. J'avoue qu'avant d'entreprendre la lecture de ce livre, je ne connaissais pas Jacques Lusseyran. Cet homme d'exception, au destin incroyable, a laissé peu de traces dans la mémoire de notre pays. En s'attelant à faire le récit de sa vie, Jérôme Garcin lui rend un hommage plus que mérité. 

 

Devenu aveugle à l'âge de huit ans, Jacques Lusseyran a non seulement réussi à ne pas s’apitoyer sur son sort mais il est parvenu à faire de son handicap un atout dans la vie. Elève particulièrement brillant, il possédait l'art de convaincre et de rassembler autour de lui. Durant la guerre 39-45, la grande histoire lui a permis de mettre à profit ses qualités humaines. A 17 ans, Il est devenu le chef d'un mouvement de résistance Lycéen. Arrêté en 1943 suite à une dénonciation, il a été emprisonné quelques mois à Fresnes, avant d'être déporté à Buchenwald, dont il a réussi à sortir vivant en 1945 grâce à sa force intérieure.  

 

Je ne connaissais pas la plume de Jérôme Garcin. Son nom était associé, dans mon esprit au Masque et la Plume, émission littéraire que je suis depuis longtemps. J'ai découvert un écrivain talentueux et sensible qui s'est fort bien approprié son sujet, parvenant à imaginer et à retranscrire ce que pouvait voir un aveugle "de l'intérieur". Les passages sur l'enfance du petit garçon sont vraiment magnifiques. Nous découvrons un enfant curieux de tout qui croque la vie à pleine dents comme tous les petits garçons de son âge mais avec un "plus" que Garcin parvient à nous faire ressentir. Les périodes consacrées à l'enfance sont celles que je préfère mais l'ensemble du récit est très réussi. Jérôme Garcin n'occulte pas la face moins glorieuse du personnage, son côté "Dom Juan" et son manque de présence au quotidien auprès de ses enfants. Je n'ai pas envie de vous en dire plus sur "l'aveugle résistant",  je préfère vous inciter à découvrir par vous-même ce très beau portrait.

Le voyant - Jérôme Garcin

Une biographie très réussie !

lu dans le cadre du Prix Relay
lu dans le cadre du Prix Relay

Merci à Babelio

Partager cet article
Repost0
5 avril 2015 7 05 /04 /avril /2015 23:23

Par l'intermédiaire de Babelio, je fais partie, cette année, club des lecteurs du Prix Relay des voyageurs. Par rapport à d'autres prix, l'investissement n'est pas trop lourd : quatre ouvrages à lire.

A ce jour j'en ai lu deux :

- Le voyant de Jérôme Garcin (billet demain)

- Danser les ombres de Laurent Gaude

Je connais le 3ème titre : un parfum d'herbe coupée de Nicolas Delesalle, mais pas encore le 4ème.

A suivre donc...

Le Prix Relay 2015

.

Partager cet article
Repost0