Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Ecoutons un livre

Dépôt des liens : Ici

Tous les 28 du mois, je publie un billet récapitulatif des lectures audio des participants. Il n'est pas nécessaire de participer à chaque fois.

 

 

 

30 juillet 2014 3 30 /07 /juillet /2014 23:25

Voici quelques livres audios lus il y a un petit moment et pour lesquels je n'avais pas pris le temps d'écrire un billet alors qu'ils m'ont beaucoup plu, dans les styles différents.

      Piège nuptial - Douglas Kennedy

Audiolib 2009 - lu par Tonny Joudrier - 6 heures

Un américain de 38 ans (du genre looser) plaque son boulot de pigiste aux USA sur un coup de tête, avec l'idée de découvrir l'Australie. Il s'achète un Combi-Volkswagen et entreprend de traverser le bush, sans préparer sa traversée. Il ne sait pas, notamment, qu'il ne faut jamais rouler de nuit sous peine de percuter un kangourou, ce qu'il ne va pas manquer de faire, bien entendu.  Son imprudence va l'entrainer dans une mésaventure qu'il n'est pas prêt d'oublier et le lecteur non plus ! 

Je n'ai pas pu lacher cette histoire une fois commencée. Une écoute jubilatoire. Du très bon Douglas Kennedy !  

 


Au bonheur des dames - Emile Zola

Brumes de mars 2011 - lu par Eveyne Lecucq - 15, 15 heures

Ce roman de Zola nous plonge dans le milieu du 19ème siècle. Une jeune femme se trouvant dans l'obligation de gagner sa vie pour nourrir ses frères se fait embaucher dans le premier grand magasin de Paris. Elle peine à trouver sa place, n'ayant ni le standing, ni les manières pour travailler dans ce genre d'endroit. Nous suivons son ascension, qu'elle doit à son opiniâtreté. Considérant comme un honneur de travailler dans ce prestigieux commerce (bien que son oncle, propriétaire d'un petit commence, pense le contraire), Louise apprend vite, grâce à son sens du commerce, et parvient non sans mal à déjouer les pièges qu'elle trouve sur son chemin...

Ce roman de Zola illustre à merveille le début des grands magasins et conjointement le déclin du petit commerce. J'ai trouvé passionnant de découvrir les rouages de ce magasin et la vie des ouvriers et ouvrières de l'époque. Les problématiques sociales sont fort bien rendues. Certains passages m'ont fait sourire (les premières soldes par exemple...).

La lectrice a une voix un peu désuète qui colle bien avec le texte (si elle passe par là, j'espère qu'elle ne se vexera pas !).

La lecture audio est une bonne façon de découvrir (ou redécouvrir) les classiques !

      L'avis de Enna (merci pour le prêt) et de Sandrine

 


Soie - Alessandro Baricco

 

Ecoutez lire chez Gallimard - 2 h 40 - Lu par Jacques Bonaffé

Nous sommes en 1860. Hervé Joncour a trente-deux ans. Il fait le commerce de vers et soie, se rendant régulièrement en Afrique pour les besoins de son commerce. Au bout d'un moment, une épidémie s'abat sur les vers à soie, l'obligeant à aller jusqu'au Japon pour se procurer des oeufs sains. Le Japon est alors un pays enfermé sur lui-même et quasi ignoré des européens. C'est un voyage dangereux qu'il entreprend-là et plus encore qu'il l'imagine. Il ne connait pas la culture japonaise. Dans ces contrées lointaines, il fera la rencontre d'une femme qui le hantera toute sa vie, devant faire cohabiter dans son coeur l'étrangère et sa femme Hélène... 

Bien que ce texte soit court, il m'a fallu l'écouter une seconde fois pour en saisir toutes les subtilités car l'histoire n'est pas forcément simple à saisir d'emblée.

C'est un texte original, surprenant, dans un esprit très japonais.

Partager cet article
Repost0
27 juillet 2014 7 27 /07 /juillet /2014 23:58

   

 

  J'ai lu à ce jour 22 livres de la rentrée littéraire 2013 (si je n'en ai pas oublié en cours de route)

Voici mes lectures les plus marquantes :


Coups de coeur incontestables :

Les faibles et les forts - Judith Perrignon

Le quatrième mur - Sorj Chalandon (lu en audio)

Au revoir là-haut - Pierre Lemaître (lu en audio)


"Presque" coups de coeur (mais je les ai classés dans ma rubrique coup de coeur)

Mudwoman - Joyce Carol Oates

Il pleuvait des oiseaux - Jocelyne Saucier

 

Dans ma PAL (pile à lire) de la rentrée littéraire 2013, il me reste "Avoir un corps" de Brigitte Giraud - "La garçonnière" de Hélène Grémillon -" Danse Noire" de Nancy Huston - "Dans la lumière" de Barbara Kingsolver. 

Et vous, quelles sont vos lectures marquantes de la rentrée 2013 ?

Partager cet article
Repost0
24 juillet 2014 4 24 /07 /juillet /2014 23:45

      

      10-18 (Belfond 2009) - 475 pages

Ce livre commence par l'évocation d'un fait divers : le 7 août 1974, un homme a tendu une corde entre les twin towers et il s'est élancé sur cette corde, tel un funamule, sous les yeux médusés des new-yorkais qui passaient par-là. Je m'attendais à ce que cet évènement soit développé dans le roman, qu'on en sache plus sur cet homme, mais ce n'est pas le sujet principal du roman. Il permet surtout de situer un lieu, New York, et une époque, les années 70. L'auteur revient toutefois au funambule en fin de roman car l'un des personnages secondaires du livre n'est autre que l'avocat de ce funambule.

Dans ce roman, les histoires se mêlent et des destins s'entrecroisent, il est donc difficile à résumer. Parmi ces histoires, il y a celle de femmes d'origines sociales différentes qui se réunissent pour pleurer leur fils mort au Vietnam, celle d'un prêtre des rues irlandais qui consacre son temps à aider des prostitués à vivre un peu plus dignement, celle d'une femme qui provoque un accident de voiture et remet sa vie en question... Des personnes d'horizons différentes, que le destin finit par réunir. 

Jusqu'au milieu du roman, j'ai eu un peu de mal à passer d'une histoire à l'autre, ne voyant pas très bien où l'auteur nous menait, ne sachant pas si les différentes histoires finiraient par se rejoindre, ou pas. Une fois le puzzle reconstitué, J'ai trouvé au final que c'était un assez bon roman, qui plonge le lecteur dans un New York des années 70 aux multiples facettes, en compagnie de personnages originaux et attachants.

Quelques avis : M ango - Midola

MontagePicasa-copie-1.jpgobjectif pal

Partager cet article
Repost0
20 juillet 2014 7 20 /07 /juillet /2014 23:34

En finir avec Eddy Bellegueule, de Edouard Louis, lu par Philippe Calvario

audiolib - 4 h 42 - 2014 lu par Philippe Calvario 

On a beaucoup parlé de ce livre, écrit par un jeune homme de 21 ans que l'on peut qualifier de "miraculé". Issu d'un milieu défavorisé, il est parvenu à sortir de l'engrenage infernal de la reproduction sociale. Il poursuit aujourd'hui de brillantes études à l'Ecole Normale Supérieure. Edouard Louis, (c'est le nom qu'il s'est attribué, abandonnant celui de sa naissance "Eddy Bellegueule"), ne cache pas que son roman est autobiographique et que le récit qu'il nous offre est celui de son enfance et adolescence.

Eddy est un enfant différent des autres, sensible et efféminé, dans un monde où un garçon se doit d'être "un dur" sous peine de passer pour "une tapette". Il se rend compte très vite, dans le regard des autres, de sa singularité. Il doit faire face à leurs moqueries, subir des persécutions (certaines scènes sont insoutenables). Eddy tente de ressembler aux autres, de nier son penchant pour les garçons, sans succès. Le fossé avec les autres ne cesse de se creuser. 

La famille d'Eddy est pauvre, financièrement et culturellement. Les seuls dérivatifs à leur vie de labeur sont la télévision et les soirées alcoolisées avec les voisins. Un logement plus que vétuste, des conditions de vie précaires, on peut parler de "sous-prolétariat". Edouard nous dresse un portrait de ses parents peu glorieux, mettant en avant leur inculture et leurs moyens intellectuels limités. C'est grâce à l'école qu'Eddy parvient à s'échapper de ce milieu, mais uniquement à l'adolescence.

Je dois dire que je sors mal à l'aise de cette écoute. Je comprends qu'Eddy ait voulu témoigner de sa souffrance. Son livre est percutant, il émeut, révolte et donne un coup de projecteur sur un milieu social dont on parle assez peu. Je ne conteste pas ses qualités littéraires. Au vu de son jeune âge, on ne peut qu'être admiratif de son travail d'écriture. Je pense par ailleurs que ce récit peut permettre à tout un chacun de mieux comprendre les difficultés rencontrées par ce type d'enfant. Je pense notamment aux enseignants. 

Mais je ne peux pas m'empêcher de me mettre à la place des parents d'Eddy dont l'histoire et la vie intime sont dévoilées, décortiquées et analysées sans complaisance par leur propre fils. Eddy aurait peut-être dû attendre quelques années avant d'écrire cette autobiographie. Avec un peu de recul, il aurait peut-être dépassé le rejet de son milieu d'origine et présenté un récit plus apaisé, moins traumatisant pour sa famille, moins violent. Comment gèrera-t'il dans le temps, le séisme familial qu'il a créé et que les médias ont relayé plus que largement ? 

Un autre point m'a dérangée. Les difficultés rencontrées par Eddy sont en grande partie liées à son orientation sexuelle. Or, l'homophobie n'est pas l'apanage des milieux défavorisés, ce que son récit pourrait laisser supposer. L'herbe n'est pas toujours plus verte ailleurs.

Quelques mots sur la version audio : Le lecteur a su trouver le juste ton et adapter sa voix aux deux registres de langues utilisées par l'auteur (celle de son milieu d'origine et celle qu'il utilise aujourd'hui). Une interview de l'auteur constitue un bonus très appréciable.

Un texte qui ne peut laisser indifférent, qui soulève beaucoup de questions et se lit sous plusieurs angles différents.

L'avis de Enna (sur la version audio également)

Les avis de Violette - Sous les galets - Luocine (sur la version papier)

Une interview intéressante d'Edouard Louis par Télérama

photo (15)

Partager cet article
Repost0
19 juillet 2014 6 19 /07 /juillet /2014 12:45

Petite scène de fin de repas...


20140719_133227--2-.jpg


20140719_133227--2--copie-2.jpg

Après le pain, il a piqué le dessous de plat pour le lâcher chez les voisins :-)

Partager cet article
Repost0
15 juillet 2014 2 15 /07 /juillet /2014 23:07

Lu par Martin Spinayer - fev 2014 - 12 h 27

Nous sommes en Australie. Tom vient de rentrer de la guerre de 14-18, fortement marqué par cette épreuve. Il rencontre Isabel, une jeune fille fraiche et spontanée qui parvient à le séduire. Ils se marient et Isabel accepte de suivre son mari sur l'île de Janus où il est affecté comme gardien de phare. Isolés du reste du monde sur un îlot rocailleux battu par le vent, ils apprennent à se connaitre et leur couple grandit. Mais le tableau n'est pas idyllique car Isabel ne parvient pas à mener une grossesse à terme et n'envisage pas de vie sans enfant. Un jour, un bateau s'échoue sur l'île avec à son bord, un homme mort et  un bébé, vivant. Isabel prend en charge l'enfant et supplie son mari d'attendre un peu avant de signaler l'échouage du bateau. Tom cède, par amour ou par lâcheté, sans doute un peu des deux. L'engrenage est amorcé...

Les personnages sont attachants, l'histoire bien construite et prenante. La question centrale est celle de la maternité. Les liens du sang sont-ils plus forts ceux du coeur ? Le désir d'enfant peut-il faire perdre la raison ? Tout à long de l'histoire, Tom et Isabel sont confrontés à la morale, au sens du devoir, au bien et au mal. Ils doivent se débattre avec le remords, la culpabilité, la rancune. Le lecteur se met dans la peau des personnages, se demandant ce qu'il aurait fait en pareille situation, une fois l'engrenage amorcé. L'auteur joue peut-être un peu, parfois, avec la corde sensible du lecteur, ce sera mon petit bémol. Mais je n'ai pas boudé mon plaisir et quitté à regret cette écoute. La version audio est tout à fait réussie. 

Une bonne surprise ! (j'avoue que je craignais de trouver ce roman trop sentimental).

Merci pour le prêt, Claire !

free-road-trip-games-audio-bookLu dans le cadre de "Ecoutons un livre" chez Valérie sur le thème de la mer

Rentre également dans le challenge de Géraldine :

null


Partager cet article
Repost0
9 juillet 2014 3 09 /07 /juillet /2014 23:02

Editions Baker Street - Traduit de l'américain par Zohreh Gharemani - 371 pages

Ce roman nous plonge dans les années 1960, en Iran. Le Chah Mohammad Rez Pahlavi est au pouvoir et gare à celui qui osera contester sa politique, la police secrète du Chah ne laisse rien passer. 

La jeune narratrice, Roja, vit dans une riche famille qui ferme les yeux sur les dérives autoritaires du régime. Au lycée, Roja se lie d'amitié avec une jeune fille d'un milieu plus modeste "Shirine". Cette dernière lui ouvre les yeux sur la réalité de leur pays, où la libre expression n'existe pas.

Les années passent, Shirine se marie et prend ses distances avec son amie. Roja comprendra plus tard que c'est pour la protéger car elle fréquente les milieux contestataires. Un jour Shirine est arrêtée. Roja n'hésite pas à prendre des risques pour tenter de sauver son amie...

Cette histoire a pour principal intérêt de faire découvrir la vie quotidienne en Iran durant cette période trouble qui précéda la révolution islamique. L'histoire est racontée du point de vue de Roja. Il aurait été intéressant d'entendre également la voix de Shririne, qui reste en retrait. J'aurais bien aimé également en savoir un peu plus sur les tenants et aboutissants du mouvement contestataire qu'elle fréquente.

Une lecture agréable mais j'aurais aimé que l'auteur développe davantage les aspects politiques plutôt que l'histoire d'amitié, qui s'oublie vite.

J'ai partagé cette lecture commune avec Valérie. Allons voir ce qu'elle en pense...

Partager cet article
Repost0
5 juillet 2014 6 05 /07 /juillet /2014 15:32

      

     Mai 2014 - Mercure de France -153 pages

Le narrateur vit depuis sa plus tendre enfance dans la presqu'île de Quiberon. Il nous raconte le cheminement de sa relation avec Marion, qu'il croisait enfant sur la presqu'île et qui plus tard deviendra sa femme. A l'adolescence, c'est de la mère de Marion qu'il était amoureux, la grande Gaëlle à la beauté atypique, mi-vietnamienne mi bretonne. Il l'observait nager ou jouer au tennis. Le narrateur ne s'intéressera à Marion que plus tard, il est alors étudiant à l'école navale. Aussi belle que sa mère, aussi grande, Marion nage superbement. Mystérieuse, silencieuse, elle l'attire irrésistiblement. Ils décident de vivre ensemble, puis de se marier. Un enfant naîtra, une petite Louise. Mais peu à peu leurs passions respectives les éloignent loin de l'autre. Le narrateur passe de plus en plus de temps à peindre, passion qu'il conjugue avec celle de la mer. Marion pratique la natation intensément, puis se met à la plongée sous-marine.  

Ce roman fort bien écrit offre une réflexion sur l'art, sur l'amour, sur les passions dévorantes qui font le sel de la vie mais parfois isolent, inexorablement. Les descriptions de la mer dans tous ses états sont magnifiques, tout comme le portrait de la belle et mystérieuse Marion, dont la beauté sauvage est mise en valeur par la plume élégante et raffinée d'Olivier Frébourg. Si comme moi vous aimez la mer, la peinture et la Bretagne, ce livre devrait vous séduire. Il m'a enchantée, c'est un joli coup de coeur !

Vous aimez cette couverture ? Elle est représentative de ce très beau roman.

Quelques extraits, qui donnent le ton :

"Elle entra dans la mer. Sans lunettes ni bonnet de bain. Dans son élément. Elle était une charpente ouvrant l'eau. Elle s'immergea jusqu'au cou pour mettre son corps à température avant de tracer en crawl une longue ligne droite. Je sus alors que j'allais épouser cette femme, qu'il me faudrait la peindre. Peindre le silence".

"En mer nous avons l'infini devant nous et nos cartes de navigation nous servent de cadre. Dans la peinture nous avons un cadre dans lequel nous devons trouver l'infini". 

"Nous étions comme deux violons l'un à côté de l'autre, composant apparemment la même musique, réunis dans un concerto unique. Et à y regarder de plus près, les sons, les mouvements n'étaient pas identiques, et même contraires car il fallait se répondre."

L'avis de  Nicole (aussi enthousiaste que moi)

Partager cet article
Repost0
29 juin 2014 7 29 /06 /juin /2014 23:22

Les Hauts de Hurlevent-livre audio

Editions Thélème - Lu par Mélodie Richard - 14 h 30

"Les hauts de hurlevent", sorti en 1847, est le seul roman publié par Emily Brontê. Il me semblait l'avoir déjà lu adolescente, mais je ne le jurerai pas car je n'en garde aucun souvenir. L'histoire est racontée principalement par la fidèle domestique de la famille, Nelly Dean. Cette dernière travaillait déjà pour la famille dont il est question dans ce roman, quand tout a commencé...

Un jour, le père Earnshaw revient de voyage accompagné d'un jeune bohémien abandonné par les siens et décide de lui donner une éducation. Les deux enfants de la famille, Catherine et Hindley réagissent différemment. Catherine se montre immédiatement fascinée par ce curieux garçon nommé Heathcliff, alors que son frère le prend en grippe. A la mort du père, Hindley prend assez rapidement sa succession et ne tarde pas à rétrograder Heathcliff au rang de domestique. Ce dernier, fou de rage, ronge son frein en se promettant se venger un jour. Catherine et Heathcliff restent très proches et leur relation évolue au fil des années vers un amour aussi fusionnel que destructeur. Ils savent tous deux qu'ils n'ont aucun avenir ensemble mais Heathcliff réagit très mal quand Catherine se marie avec un riche voisin, Edgar Linton. Les deux familles, Linton et Earnshaw, sont désormais liées pour le meilleur et surtout pour le pire...

Mon dieu ce que cette histoire est noire et désespérée ! Le seul personnage auquel on puisse s'attacher est celui de la domestique, témoin bienveillant de l'histoire. Les autres sont névrosés, maladifs ou foncièrement mauvais. Le personnage central, Heathcliff, n'a certes pas eu de chance, et on voudrait l'aimer, mais rien en lui n'éveille la compassion. Il ne cherche qu'à se venger et met dans le même sac ceux qui lui ont fait du mal et leurs descendants, qui n'y sont pour rien. Quant à Catherine, elle est bien trop névrosée pour qu'on parvienne à l'aimer. Les seuls qui inspirent un peu de sympathie, dans cette famille, sont les descendants, que l'on sent évoluer doucement vers un peu plus d'humanité.

Je suis passée par plusieurs stades en écoutant ce livre : Un intérêt certain en découvrant les personnages et la mise en place de l'histoire puis une lassitude face à tant de noirceur, de méchanceté et de malheur. Et, pour finir, le soulagement de voir les choses s'arranger (enfin, s'arranger, si on peut dire) à la fin du livre. Je garderai un meilleur souvenir de "Jane Eyre", écouté l'an passé et pour lequel j'avais eu un coup de coeur. J'ai trouvé cette écoute un peu trop longue et globalement assez oppressante, bien que la voix de Mélodie Richard soit très agréable. Je ne regrette pas, toutefois, d'avoir entrepris cette lecture car c'est un classique qui mérite d'être connu, notamment pour ses qualités d'écriture et pour l'originalité de l'histoire. 

Après celle de Charlotte et d'Emily, il me reste maintenant l'écriture d'Anne à découvrir...

Une lecture commune avec Enna, qui l'a écouté, tout comme moi...

Merci à Claire pour le prêt !


Partager cet article
Repost0
25 juin 2014 3 25 /06 /juin /2014 23:25

Brize renouvelle son challenge "Le pavé de l'été" , pour le plus grand plaisir de Valérie, la reine du pavé et marraine de l'opération ! Valérie se donne pour objectif de lire 2 pavés par mois. Plus modeste, j'essayerai d'en lire au moins un durant l'été et d'en écouter un autre (la lecture audio est autorisée). 

Les règles sont assez strictes, la plus contraignante étant de lire un pavé de 600 pages au moins. Comme c'est l'été, j'ai cherché dans ma PAL un pavé distrayant (du genre "page-turner"). J'ai jeté mon dévolu sur "la poursuite du bonheur" de Douglas Kennedy qui a une particularité qui me plait bien, l'histoire se passe à New York. 

Le pavé "poche" sera probablement "les apparences" de Gillian Flynn. 

Pour en savoir plus, cliquez sur le logo !

Pavé 2014

Partager cet article
Repost0