Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Ecoutons un livre

Dépôt des liens : Ici

Tous les 28 du mois, je publie un billet récapitulatif des lectures audio des participants. Il n'est pas nécessaire de participer à chaque fois.

 

 

 

4 décembre 2013 3 04 /12 /décembre /2013 00:09

Ce Que Le Jour Doit À La Nuit - Livre Audio de Yasmina Khadra

Audiolib 2008 - 12 heures d'écoute - lu par André Pauwels

 

L'histoire commence en Algérie dans les années 30. Le personnage principal, Younes, est âgé d'une dizaine d'années quand un incendie ravage les récoltes de la propriété familiale. Ruinée, la famille trouve refuge dans les bas quartiers d'Oran. Hélas, le père du jeune garçon peine à nourrir sa famille. C'est l'âme en peine qu'il doit se résoudre à confier Younes à son frère pharmacien, qui vit dans les beaux quartiers d'Oran.

Une nouvelle vie commence pour Younes, choyé par son oncle et par sa tante qui n'ont pas pu avoir d'enfants. Younes (devenu Jonas) fréquente principalement des roumis (Français vivant en Algérie). Elevé par un couple franco-algérien, il est imprégné des deux cultures et peine à se situer. Plus tard, quand la guerre d'indépendance éclatera, cette double culture sera source pour lui de grandes difficultés car il se montrera incapable de choisir son camp. 

Younes est un personnage attachant, fragilisé par les traumatismes de son enfance. Il tentera, tant qu'il pourra, de garder le contact avec sa famille mais  finira par perdre sa trace, devant sa résoudre à ne plus les voir. Sa vie sentimentale est un fiasco et si l'amitié est une valeur sûre pour lui, il enchaîne les maladresses avec ses amis roumis. Solitaire par la force des choses, il subit sa vie plus qu'il ne la vit.

"Ce que le jour doit à la nuit" est une fresque romanesque et historique passionnante qui balaie les grandes lignes de l'histoire algérienne, des années 30 à nos jours : l'Algérie coloniale, la guerre d'indépendance et le départ des pieds-noirs. L'écriture de Yasmina Khadra est riche et travaillée. 

En ce qui concerne la version audio, j'aurais un reproche à faire au lecteur. Je trouve qu'il en fait de trop, notamment en imitant les voix féminines. Je préfère une lecture plus sobre, qui se fasse presque oublier. Quoi qu'il en soit, cela n'a pas gâché mon plaisir de lecture.

Un roman riche et captivant

Violette a lu et bien aimé également cette version audio (avec les mêmes réserves que moi sur l'imitation de la voix féminine par le lecteur)

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2013 1 02 /12 /décembre /2013 00:25
   
   
     
En 2002, suite au décès de leur ami aveugle, le journaliste Julien Prunet, un groupe d'amis a créé "Lire dans le noir", une association qui, depuis, a fait du chemin. Si le livre audio a concerné à ses débuts les non-voyants, il a élargi son public au fil des années, profitant de ce fait aux non-voyants par le plus large éventail de choix qui s'offrent aujourd'hui au lecteur-audio.
 
L'association diffuse des informations, propose des rencontres et organise chaque année un prix du livre audio. Le jury de ce prix est composé de neuf personnes de divers horizons et le parrain est cette année Laurent Gaudé  
Pour plus d'information sur l'association et sur ce prix : http://www.liredanslenoir.com/
 
Les lauréats du prix 2013 seront connus dans quelques jours et, le lendemain de le remise du prix, il y aura sur mon blog et quelques autres une petite surprise.
  
En attendant, voici les finalistes, par catégorie. Sur le site de "Lire dans le noir", vous pouvez écouter des extraits de ces livres.
  
  1. FICTIONS "NOUVEAUTÉS" :
  2.  L'amant de Patagonie , d'Isabelle Autissier  - Lu par Julie Pouillon - © Des Oreillles Pour Lire
  3. Le confident, d'Hélène Gremillon - Lu par Carole Bouquet, Sara Forestier, Jacques Weber et l'auteur © Ecoutez lire, Gallimard 
  4. Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire , de Jonas Jonasson - Lu par Philippe Résimont - © Audiolib        
  5. FICTIONS "CLASSIQUES" :
  6.  A l'Ouest rien de nouveau ,  d'Erich Maria Remarque  - Lu par Denis Wetterwald - © CDL Editions
  7.  Boule de suif, de Guy de Maupassant  Lu par Hélène Lausseur © Lyre Audio
  8.  Le Hobbit , de J.R.R. Tolkien - Lu par Dominique Pinon - © Audiolib
  9. DOCUMENT  
  10. Cyrano, ma vie dans la sienne, de Jacques Weber -  Lu par Jacques Weber - © Les mots en soie
  11.  La domination masculine, de Pierre Bourdieu - Lu par Pierre Tissot - © Thélème
  12.  Touriste , de Julien Banc-Gras - Lu par Xavier Béja - © Le Livre qui Parle         
  13. JEUNESSE
  14. Coquillette la mauviette , de Arnaud Cathrine et Florent Marchet - Lu par Julie Depardieu - © Acte Sud Junior 
  15. Louis Armstrong, de Pierre Ducrozet - Lu par Jacques Bonnaffé - © Editions Bulles de Savon
  16. Victoria rêve , de Timothée de Fombelle - Lu par l'auteur - © Gallimard     
  17.        
 
 
Partager cet article
Repost0
1 décembre 2013 7 01 /12 /décembre /2013 00:43

Pocket (Plon 1932) - traduit de l'anglais par Jules Castier - 319 pages 

    blogoclubSur le thème de l'anticipation, le blogoclub a choisi de lire, pour ce 1er décembre, "le meilleur des mondes". Autant le dire tout de suite, j'ai dû faire un gros effort pour m'intéresser à ce livre. Je ne suis pas une adepte de ce genre littéraire et le début du livre, qui nous présente le côté scientifique de l'histoire, ne m'a pas aidée à m'y sentir bien dès le début.

Nous sommes dans l'an 632 de "Notre Ford", à Londres. Les sociétés anciennes (celles que nous connaissons) n'existent plus. A la place, nous avons une société dans laquelle les êtres humains ne se reproduisent plus de façon sexuée mais en laboratoire, dans des flacons. Une fois "sortis des flacons" ces humains sont élevés en communauté et conditionnés à ce devenir ce que l'on attend d'eux. Dans ce monde effrayant, il existe des castes. On nait Alpha, Beta, Delta, Gamma ou Epsilon et élevé dans ce sens. Les Epsilons sont conditionnés pour travailler comme des bêtes alors que les Alphas occupent leur temps à se divertir. La finalité de cette société est de ne frustrer personne. Mais il s'agit d'un bonheur chimique et artificiel. Les derniers humains, tels que nous les connaissons, sont parqués dans des réserves et considérés comme des sauvages.

Un jour, l'un de ces "sauvages", pour des raisons que je ne vais pas détailler, quitte sa réserve pour rejoindre la population "normale". Ses aventures (ou plutôt ses mésaventures) nous sont livrées... C'est à partir de ce moment-là que le livre a commencé à m'intéresser mais pas suffisamment toutefois pour me faire aimer cette lecture. Je reconnais toutefois que cette histoire est surprenante quand on songe qu'elle a été écrite en 1932. Les dérives notre société : la recherche du bonheur à tout prix, le culte du corps, celui de la jeunesse.. sont présentes aujourd'hui dans la société imaginée par Adlous Huxley. Cet aspect-là de la lecture est intéressante et donne à réfléchir. Jusqu'où irons-nous dans ce sens ?

Ce livre n'a donc pas réussi à me captiver vraiment, sans doute parce que je ne suis pas très portée sur ce genre littéraire. 

 

Les avis des blogoparticipantsGrominou - Valérie - Titine - Denis - Lisa - Kathel - au pays des livres  - Les deux bouquineusesPraline -Gambadou -

 

D'autres lectures sur le même thème, pour ce blogoclub 

Manu : Au nord du monde de Marcel Théroux

Claudialucia : Globalia  

 

Pour le 1er mars, nous vous proposons une lecture commune et libre d'Alice Munro, la "Reine de la nouvelle", qui a obtenu récemment le Prix Nobel de Littérature. 

Voilà qui nous donnera l'occasion de mettre à l'honneur un genre que nous n'avons pas encore exploré au niveau du Blogoclub, la nouvelle. Alice Munro a écrit 14 recueils de nouvelles et un roman (non traduit en français).

Partager cet article
Repost0
28 novembre 2013 4 28 /11 /novembre /2013 00:53
Nous avons vu ce film, mon mari et moi, en début de semaine et avons passé un bon moment.
Dépaysement garanti  aux côtés de François Cluzet (au top) dans ce "vent du globe" un peu spécial. L'histoire n'est pas toujours très crédible mais c'est un film sympa dont on ressort vivifié, des embruns plein le visage.

     

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2013 1 25 /11 /novembre /2013 00:06

J'ai Lu 1997 (Actes Sud 1994) - 152 pages

Après sept ans de veuvage, Eudoxie a décidé de se remarier avec Armand, veuf lui aussi. Tout se passe pour le mieux (ou presque) dans ce remariage mais il y a tout de même un "hic", le fils d'Armand. C'est un jeune homme un peu spécial qui vit dans le souvenir de sa mère et de sa tante décédées. Il ne fait aucun effort vis à vis de la nouvelle femme de son père.

Eudoxie, qui en a vu d'autres, ne se laisse pas impressionner par la bizarrerie de son beau-fils et fait comme si de rien n'était. La routine s'installe dans le trio jusqu'à ce que la guerre éclate et que le mari d'Eudoxie quitte cette terre, laissant sa femme et son fils dans un tête à tête qui durera quarante ans.Et ces deux là finiront par devenir inséparables...

Cette relation un peu étrange entre belle-mère et beau-fils est touchante et assez piquante. J'ai beaucoup aimé le personnage d'Eudoxie. Elle fait le bien autour d'elle tout naturellement et sait prendre la vie comme elle vient, avec ses joies et ses malheurs. 

 Une histoire un peu surranée mais très touchante, qui m'a permis de découvrir (enfin) la plume de Claude Pujade-Renaud

Une lecture commune avec Valérie

challenge_goncourt_des_lyc_ensCe livre a obtenu le prix Goncourt des Lycéens en 1994 

Partager cet article
Repost0
24 novembre 2013 7 24 /11 /novembre /2013 00:16

 

Je vais être moins présente la semaine prochaine sur la blogosphère afin de profiter du Festival de Poésie et d'Art d'aujourd'hui "Moi les mots" qui se tiendra à Landivisiau (Finistère).

Des spectacles et animations seront proposés toute la semaine, en journée et en soirée (Pour les animations proposées en journée, ce sera sans moi car je travaille).

 J'essayerai de vous faire un petit compte rendu de ce que j'aurai vu et entendu. A suivre donc...

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 07:01

N'oubliez pas "Les déferlantes", ce soir, sur Arte à 20 heures 50 ! (d'après le roman éponyme de Claudie Gallay). Je regarde peu la télévision mais ce soir je serai devant mon poste.

 

Pour en savoir plus le film (+ une interview de Sylvie Testud, qui joue le rôle principal) : Ici 

  

Mon avis de sur le livre :  

 

Crédit photo :

http://www.ouest-france.fr/les-deferlantes-en-tournage-dans-la-hague-146808

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 00:20

  Actes Sud 2013 - 445 pages 

 

Carole, la quarantaine, vient de débarquer dans son village natal, situé dans le massif de la Vanoise. Son père doit arriver un de ces jours, elle veut être là pour l'accueillir. C'est l'occasion pour elle de retrouver son frère Philippe et sa soeur Gaby, qui sont restés vivre au pays. Les journées de Carole sont rythmées par les repas pris dans "le bar à Frankie", les visites à sa soeur Gaby et les travaux de traduction qui la font vivre. Dans le village, elle côtoie aussi la môme, recueillie par Gaby et la baronne, qui tient un refuge pour chiens. Carole s'est installée dans un gite qui jouxte la scierie où travaille son ami d'enfance, Jean. Prenant part à la vie du village,  Carole apprécie également les moments de solitude qui lui permettent de songer à sa vie, présente et passée. Peu à peu, nous comprenons qu'un traumatisme de l'enfance, lié à un incendie, la hante et ternit les relations avec son frère et sa soeur. Le séjour prolongé de Carole auprès d'eux (le père ne se décide pas à arriver), permet à la fratrie de resserrer les liens distendus. 

Claudie Gallay est pour moi une valeur sûre. J'aime notamment ses personnages féminins esseulés, qui quittent leur quotidien pour se reconstruire ailleurs. Ici, ce n'est pas "ailleurs" que Carole vient se ressourcer mais dans son village natal. J'ai aimé l'accompagner dans ce retour aux sources. Je me suis sentie vraiment bien dans ce village de montagne en pleine mutation, mais qui tourne encore au ralenti. Je dois toutefois reconnaître que j'ai éprouvé, vers le milieu du roman, une petite lassitude. Il faut dire que les journées de Carole se suivent et se ressemblent... Le dernier quart du roman, plus vivant, m'a davantage captivée. J'ai beaucoup aimé la tournure que prennent les relations entre les deux soeurs. Quelques jours après avoir quitté Carole et son village natal, je ressens un manque. J'avais pris l'habitude, chaque soir, de retrouver Carole et l'atmosphère de ce village. 

En résumé, je dirai que j'ai aimé "Une part de ciel" en dépit de ses quelques longueurs. 

 

Les avis de : Gambadou - Un autre endroit - Saxaoul 

 Lu dans le cadre des matchs de la rentrée littéraire organisés par Price Minister.

Ma note : 15/20

 

 

 

 

Rentrée littéraire 2013 (9/12)

 

 

Partager cet article
Repost0
19 novembre 2013 2 19 /11 /novembre /2013 00:09
     
Emma - Vidéos insolites
Découvert chez Listig 
Partager cet article
Repost0
16 novembre 2013 6 16 /11 /novembre /2013 00:39

Ecouter lire Gallimard 2010 - 9 heures 30 d'écoute

Dans ce récit initiatique fortement autobiographique, Alain Mabanckou raconte l'enfance d'un garçon d'une dizaine d'années, dans le Congo-Brazaville des années 70. Michel (Alias Alain) vit à Pointe Noire avec sa Maman Pauline et son Papa Roger. Il est parfois gardé par Maman Martine, la première femme de Papa Roger, ce dernier étant bigame. Michel évoque sa vie quotidienne, bien différente de celle d'un petit français né dans les mêmes années, comme on peut s'en douter (je suis de la même génération qu'Alain Mabanckou, je n'ai pas pu m'empêcher de faire le parallèle). J'ai été sidérée, notamment, par la façon dont fonctionnait l'école, avec le bourrage de crâne dans l'enseignement du communisme. Le Congo de cette époque-là vit sa première décennie postcoloniale, sous le joug d'un régime marxiste. Michel, sans tout comprendre, vu son âge, n'est pas sans remarquer que l'idéologie communiste est parfois curieusement détournée. J'ai beaucoup aimé également l'analyse du jeune garçon sur les évènements mondiaux de l'époque et notamment sur ce qui se passe en France. 

Michel est un enfant plutôt heureux, choyé par les siens mais un poids pèse sur sa poitrine : la tristesse de Maman Pauline, qui ne parvient pas à avoir d'autres enfants. Maman Pauline et Papa Roger finissent par consulter un fétichiste qui leur annonce que Michel détient la clé de la fertilité de sa mère. Pauvre Michel, qui doit se débattre avec la culpabilité que lui cause cette annonce. Quand il n'est pas à l'école ou dans sa famille, Michel s'amuse avec son copain Lounès ou rêve de la soeur de ce dernier, la jolie Caroline avec laquelle il veut se marier, avoir deux enfants et un petit chien blanc. Il écoute aussi, sur un magnétophone, une seule et unique chanson "Auprès de mon arbre", du chanteur barbu (comme il l'appelle). Il s'interroge sur le sens de certaines paroles tout comme il s'intéresse au "Petit prince" et à Arthur Rimbaud.  

J'ai vraiment aimé écouter Alain Mabanckou raconter son enfance. Je pense que, dans le cas présent, la voix et notamment l'accent de Mabanckou apportent un énorme "plus" à l'histoire. C'est un texte rafraichissant, amusant, sérieux parfois. La fausse naiveté de Michel peut déranger. Il est évident que l'adulte qui a écrit ce livre se substitue parfois à l'enfant mais cela ne m'a pas perturbée plus que ça car j'avais acté le principe dès le départ.

 

   A écouter ! (free-road-trip-games-audio-bookou à lire, mais à mon avis, c'est moins bien !).

       

 Lecture commune avec Enna et Valérie dans le cadre de Ecoutons un livre, chez Valérie 

 

 

 

Partager cet article
Repost0