Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Ecoutons un livre

Dépôt des liens : Ici

Tous les 28 du mois, je publie un billet récapitulatif des lectures audio des participants. Il n'est pas nécessaire de participer à chaque fois.

 

 

 

24 avril 2021 6 24 /04 /avril /2021 12:46

Arléa - 1999 - 84 pages

"La neige est un poème. Un poème d'une blancheur éclatante.
Elle recouvre en janvier la moitié du nord du Japon.
Là où vivait Yuko, la neige était la poésie de l'hiver."

En cherchant une lecture pour mois japonais, mon choix s'est porté ce titre que j'ai trouvé voilà plusieurs années dans un vide-greniers.

Nous sommes à la fin du 19ème siècle. Yuko est un jeune homme qui, contre l'avis de sa famille, décide de consacrer sa vie à l'art du haiku, qu'il pratique de façon originale. En effet, il se concentre sur un thème unique, celui de la neige. Poussé par son père, il accepte de se rendre dans le sud du pays afin d'y rencontrer Soseki, grand maître dans l'art du haiku. Yoko prend la route et traverse les Alpes japonaises, un enchantement pour le jeune homme qui se délecte des paysages enneigés. Sur son chemin, une découverte inattendue va le rapprocher de Soseki.

Neige est une parenthèse poétique et dépaysante qui m'a permis de découvrir une plume que je croise sur les blogs depuis longtemps. J'ai bien aimé voyager auprès de Yuko puis le voir évoluer dans son art comme dans sa vie. Les deux sont intimement mêlés, comme le montre le roman. L'histoire de Yuko, que l'on pourrait qualifier de fable poétique, nous ramène à ce qui est essentiel dans une existence.

"Un matin, on se réveille. Il est temps de se retirer du monde pour mieux s'en étonner.
Un matin, on prend le temps de se regarder vivre."

"Car l'amour est bien le plus difficile des arts. Et écrire, danser, peindre, c'est la même chose qu'aimer. C'est du funambulisme. Le plus difficile, c'est d'avancer sans tomber."

Je ne cache pas qu'il m'a toutefois manqué un petit quelque chose pour faire de cette lecture un "moment de grâce" (expression que j'ai lue dans une critique évoquant ce roman). Peut-être me faut-il un peu plus de temps pour me glisser dans un univers aussi éloigné du mien ? L'ouvrage se lit vraiment très vite. Autre hypothèse, je n'ai pas choisi le bon moment. Lire ce roman devant un paysage enneigé est certainement une mise en condition plus favorable. 

A lire, en choisissant son moment.

 

Lu dans le cadre du mois japonais chez Hilde et Lou

Et je participe également au challenge objectif Pal d'Antigone pour le mois d'avril

 

Partager cet article
Repost0
10 avril 2021 6 10 /04 /avril /2021 11:54

Audiolib 2021 (La martinière) - 4h 43 - lu par Ariade Ascaride

« Ma rue raconte l'histoire du monde avec une odeur de poubelles. Elle s'appelle rue Léon, un nom de bon Français avec que des métèques et des visages bruns dedans ».

Abad est un jeune adolescent qui vit avec ses parents dans le quartier de la goutte d'or, à Paris. Dans ce quartier cosmopolite et populaire, le jeune garçon d'origine libanaise passe pour un maghrébin. Abad n'est pas un mauvais garçon. Il est intelligent et essaye de ne pas faire trop de bêtises mais ses camarades de jeux le tirent vers le bas. Abad nous raconte son quotidien et nous présente son petit monde (une prostituée attachante, une dame âgée qui le prend sous son aile, la petite voisine d'en face...). Ses souvenirs le ramènent parfois au Liban, qu'il a quitté avec ses parents dans l'espoir d'une vie meilleure. La famille tente de s'intégrer mais ce n'est pas facile tous les jours.

"Dans ma rue t’as pas le droit d’être un faible, les faibles ça finit sur un trottoir comme les putes de Porte de Clichy et les crackers de Porte de la Chapelle."

"Rhapsodie des oubliés" nous offre une belle galerie de portraits. Les personnages qui gravitent autour du garçon sont représentatifs de la population de Barbès (enfin, j'imagine..). La langue, vivante et colorée, fait appel à tous nos sens et la voix chaude et expressive d'Ariane Ascaride est un excellent choix. 

Adossé à la cheminée, je regarde les grosses lettres qui clignotent…Tati…Tati…Le magasin préféré des daronnes et des blédards, notre tour Eiffel à nous. Un truc que le monde entier nous envie et qui est connu au fin fond de l’Afrique et de la Papouasie."

Je trouve des qualités à ce livre audio mais je ne suis pas totalement séduite par l'histoire. Abad est attachant mais un peu "lourd" avec ses obsessions d'adolescent. L'intrigue, assez mince, est un prétexte pour nous faire visiter un quartier de Paris. Bien que je me sois un peu ennuyée par moment,  je ne voudrais pas être trop sévère avec ce roman qui vaut malgré tout le détour.

Quelques bémols mais une écoute agréable.

Lu dans le cadre du Prix Audiolib 2021

L'avis de Enna

Challenge Ecoutons un livre

 

 

Partager cet article
Repost0
14 mars 2021 7 14 /03 /mars /2021 00:54

Editions POL - 1995 - 172 pages

"Plus tard, longtemps, jusqu'à maintenant, Nicolas essaya de se rappeler les dernières paroles que lui avait adressées son père."

Le jeune Nicolas arrive en classe de neige dans la voiture de son père, qui craint l'accident de car. Le séjour démarre mal pour l'enfant qui a oublié sa valise dans le coffre de la voiture.  Nicolas attend désespérément que son père lui rapporte sa valise et se met à imaginer le pire, voyant qu'il ne donne pas signe de vie (le téléphone portable n'existe pas à la période où se passe l'histoire).

L'enfant ne s'intègre pas dans la vie du groupe et fugue pendant la nuit. On le retrouve frigorifié dans une voiture. L'équipe encadrante l'installe dans une pièce à part pour qu'il reprenne des forces. Dans le même temps, un enfant du village disparait et l'évènement crée, on s'en doute, beaucoup d'émoi au centre de vacances. Nicolas  prend l'histoire un peu plus à cœur que les autres, pourquoi ?

Emmanuel Carrère nous fait vivre les évènements tels que ressentis par Nicolas. Au fil du séjour, l'enfant se montre de plus en plus perturbé. Il pressent inconsciemment que sa vie est en train de basculer. L'ambiance de la classe de neige est de plus en plus oppressante. La fin, que je n'avais pas devinée, est glaçante. En y réfléchissant, quelques indices peuvent mettre la puce à l'oreille. Je n'ai sans doute pas voulu les voir parce qu'un tel dénouement dépasse l'entendement quand on se place à hauteur d'enfant.

J'ai bien aimé "la classe de neige" mais je n'ai pas retrouvé l'écriture addictive que j'aime chez Emmanuel Carrère. Je me suis même un peu ennuyée dans la première partie du roman. Je reconnais toutefois que le roman décrit fort bien façon dont les enfants peuvent ressentir et interpréter certains évènements quand ils n'ont pas les clés pour les comprendre. C'est par ailleurs un roman qui traite des répercussions de l'environnement familial sur la capacité d'un enfant à s'intégrer dans une collectivité.

Emmanuel Carrère est un auteur que je suis depuis plusieurs années et dont j'achète systématiquement les publications à leur sortie. La classe de neige n'est pas une œuvre récente. Elle a été publiée en 1995 et je ne lisais pas encore l'écrivain. Depuis, il a abandonné le roman pour le genre non-fictionnel. 

J'ai aimé mais pas autant que je l'imaginais.

Ce livre était dans ma PAL depuis quelques années. Il entre dans le cadre du challenge "Objectif Pal" organisé par Antigone.

Partager cet article
Repost0
9 mars 2021 2 09 /03 /mars /2021 21:07

Arléa - janvier 2021 - 256 pages

Claire, la quarantaine sans conjoint ni enfants, se rend dans la maison de vacances familiale dont elle a hérité, avec la ferme intention de la vendre. En arrivant sur les lieux, une macabre surprise l'attend. Cette évènement inattendu fait remonter à la surface un tas de souvenirs enfouis. La vente de la maison passe au second plan. Il faut d'abord répondre aux questions de la police...

Plus que l'intrigue policière, c'est le cheminement de Claire qui est au centre de l'histoire. Cette femme, enkystée dans le passé, est sans projet pour l'avenir. Elle vit seule à Paris, exerce un métier alimentaire et ne semble pas avoir d'amis. Elle n'a pas tourné la page d'une histoire familiale comme il en existe tant, avec ses secrets et ses non-dits.

Très honnêtement, j'ai préféré à Claire l'autre personnage de l'histoire, la maison. Je l'ai imaginée avec sa vue sur mer et son charme suranné, attendant que sa propriétaire réalise à quel point elle avait de la chance de posséder un tel lieu (même si les villas d'à côté en jettent davantage). Je n'ai pas trouvé Claire très attachante. Au fil de l'histoire, nous la sentons toutefois évoluer et aller un peu plus vers les autres. Elle ouvre enfin les yeux.

"Et je comprenais qu'une maison, ce n'était pas seulement des murs, un toit et des souvenirs de famille, doux ou cruels, mais aussi le pays où elle a été plantée. La maison de Bretagne, c'était la Bretagne, sa lumière, ses couleurs, ses parfums ! Et ses gens, surtout ses gens, qui en sont l'âme vive, avec leur gentillesse, leur simplicité, leur énergie. Sans eux, elle n'existerait pas, ma maison ! "

Marie Sizun a beaucoup de talent pour décrire les lieux et les ambiances. Son écriture est très cinématographie. "La maison de Bretagne" n'est pas mon roman préféré de l'auteur mais j'ai toutefois passé un agréable moment de lecture, un peu hors du temps.

Un roman au charme suranné.

Partager cet article
Repost0
4 décembre 2020 5 04 /12 /décembre /2020 21:28

Editions la Martinière - 296 pages - 2020

Bertille, une jeune femme qui mène une existence sans fantaisie, se trouve par hasard en possession de quelques feuillets sur lesquels sont consignés une confession bien mystérieuse. Ces feuillets sont précieux pour son propriétaire, un vieil homme dont elle fait la connaissance. Une amitié se lie entre Bertille et son nouvel ami. Victor lui confie son histoire et l'encourage à se rendre dans les Vosges pour enquêter sur l'affaire qui l'a conduit en prison, accusé du meurtre d'un jeune enfant.

Voici donc Bertille dans les Vosges, au moment de noël, dans un hôtel quasiment vide mais tenu par une femme avec laquelle elle va sympathiser. Elle se fait passer pour une journaliste de la télévision et les habitants du village acceptent de lui confier ce qu'ils savent de cette triste histoire, qui, bien que lointaine, est restée dans les mémoires. En 73, un enfant de dix ans a été retrouvé noyé dans un lac à proximité du village. La thèse du meurtre a été retenue et Victor, l'instituteur, a été accusé d'avoir commis cette atrocité.

Aux côtés de Bertille, tout en prenant connaissance des feuillets de Victor, nous remontons le passé et tentons de démêler les fils de cette histoire complexe, qui met en scène plusieurs personnages. Nous apprenons à connaitre Bertille et les profondes blessures qui sont gravées dans son corps et dans son âme. Ce n'est pas pour rien qu'elle s'est intéressée à cette histoire, nous le découvrons au fil du roman.

J'ai bien aimé l'ambiance de ce roman bien que le sujet soit loin d'être léger. Le temps a fait son effet et permet de mettre à distance les faits qui nous sont contés. Ce livre ne me restera sans doute pas très longtemps en mémoire mais il m'a permis de passer un agréable moment et c'est déjà bien. Le personnage de Bertille est attachant et je l'ai quitté à regret.

Une lecture agréable.

Merci à Babelio pour cette opération Masse critique

 

Partager cet article
Repost0
27 octobre 2020 2 27 /10 /octobre /2020 09:42

Quai Voltaire - aout 2020 - 377 pages

"Ce soir, ils ne chanteront pas. Ils ont soixante-six ans, ils sont beaucoup trop vieux pour se convaincre que leurs chances sont bougrement bonnes, et que ce putain de monde s'intéresse un tant soi peu à leurs espoirs et à leurs rêves, en supposant qu'il leur en reste."

Nous sommes sur l'île de Martha's Vineyard, dans l'état du Massachusetts, en 2015. Lincoln Moser s'apprête à recevoir, dans sa maison familiale, Teddy et Mickey, ses copains d'université. En mai 1971, les trois garçons s'étaient retrouvés sur cette même île avec une quatrième personne nommée Jacy Calloway. Ils venaient de finir leurs études. Tous étaient secrètement amoureux de la jeune fille mais elle sortait avec un autre garçon, avec lequel elle projetait de se marier. Les quelques jours passés ensemble s'étaient terminés de façon brutale, Jacy avait quitté l'île sans explication. Nous comprenons que le mystère de sa disparition reste entier. 

Paysage de Martha's Vineyard

Nous revenons quarante ans en arrière. Les trois amis font leurs études à l'Université de Minerva, dans le Connecticut. Ils sont boursiers et, pour arrondir les fins de mois, travaillent au restaurant d'une résidence qui loge des étudiantes. C'est dans ce cadre qu'ils font la connaissance de Jacy Calloway, une belle jeune fille pleine de peps. L'insouciance de leur jeunesse est toutefois pondérée par la guerre du Vietnam, qui résonne comme une menace pour les jeunes garçons. Certains d'entre eux, tirés au sort, seront appelés pour combattre auprès des soldats professionnels.

En 2015, sur l'île de Martha's Vineyard, alors que les trois amis se remémorent le passé et profitent du moment présent, Lincoln enquête discrètement sur la disparition de leur amie. Le roman prend alors la dimension d'un thriller et je dois dire que mon intérêt a monté d'un cran. Et si l'un des amis avait quelque chose à voir avec la disparition de Jacy ? 

Ma lecture de ce roman a connu deux phases distinctes. Un léger ennui m'a accompagnée durant la première moitié. Je ne parvenais pas à m'intéresser vraiment aux jeunes gens. En revanche, j'ai dévoré la seconde partie, portée par l'intrigue. Je n'avais jamais lu Richard Russo mais cela faisait partie de mes projets. Au final, je suis contente d'avoir choisi ce titre dans la sélection "Masse critique" consacrée aux romans de la rentrée. J'ai bien aimé la façon dont l'auteur nous présente la complexité de ses personnages. "Retour à Martha's Vineyard", sans être plombant, est par ailleurs un roman assez nostalgique sur la jeunesse perdue et la vie qui passe à toute allure. 

Richard Russo est un auteur que je relirai avec intérêt mais en choisissant une période où j'ai du temps devant moi.

Lu dans le cadre d'une opération "Masse critique" de Babelio

 

Une partie du roman se passe dans le Connecticut, l'autre dans le Massachussets

 

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2020 4 15 /10 /octobre /2020 23:28
Lu par Léovanie RAUD - 2019

Olivier Norek est un nom que l'on voit sur les blogs autant que dans les librairies. Il me fallait donc un jour ou l'autre faire connaissance avec sa plume même si, pour être honnête, le polar n'est pas mon genre de prédilection. 

Bien souvent, pour mener leurs enquêtes, les auteurs font appel à des inspecteurs un peu cabossés ou atypiques. C'est le cas de Noémie Chastain, capitaine en PJ parisienne, qui a été défigurée par un coup de de feu en pleine tête. Après son arrêt de travail (par crainte qu'elle ne soit pas en mesure d'assurer pleinement son poste) sa hiérarchie l'a mutée pour une mission plus ou moins bidon dans un commissariat de province où il ne se passe pas grand chose habituellement.

Coup de chance pour Noémie, une affaire vient bousculer l'équipe apathique du commissariat. Une "cold case" concernant des enfants disparus refait surface et Noémie Chastain met un point d'honneur à la résoudre. Mais voilà, tout le monde n'a pas intérêt à ce que cette affaire soit résolue...

Cette enquête m'a fait passer un bon moment. Le personnage de Noémie Chastain est attachant.

L'avis d'Enna

Merci à l'amie qui m'a prêté ce livre !

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2020 5 02 /10 /octobre /2020 21:37

Audiolib 2009- 2 h 55 - lu par l'auteur

 

L'histoire est celle de deux amis d'enfance, Mando et Loup, dont la relation d'amitié va dégénérer. Mando est en attente d'une relation fusionnelle, ce qui n'est pas le cas de Loup. Dès le départ, nous sentons que leur amitié va mal tourner mais lequel est "la mauvaise rencontre" de l'autre ? 

"Obstinément, Mando restera fidèle à sa ligne, tentant de maintenir le mythe de l’âme sœur avec un aveuglement qui me serrera le cœur lorsque j’aurai enfin accès à ses cahiers. "

De l'auteur, j'avais beaucoup aimé "un secret" mais aussi "la petite robe de Paul" il y a une bonne dizaine d'années. J'étais assez confiante en lisant "La mauvaise rencontre" et je n'avais pas tort. J'ai aimé ce court roman, bien construit et subtil. Nous retrouvons le penchant de l'auteur pour la psychanalyse, ce qui n'a pas été pour me déplaire. 

Le texte est lu par Philippe Grimbert et c'est une réussite (ce n'est pas toujours le cas quand l'auteur lit son texte).

Une lecture intéressante et un auteur que j'ai eu plaisir à retrouver.

Merci à l'amie qui me l'a prêté.

Challenge mensuel "Ecoutons un livre"

 

Partager cet article
Repost0
23 septembre 2020 3 23 /09 /septembre /2020 23:15

Lizzie 2019 - Lu par Karl-Line HELLER (-Éditions Gallmeister) 11 heures et 17 minutes

"J’ai senti quelque chose de sauvage monter en moi. Un puissant désir de courir aussi loin que je pouvais, jusqu’à ce que ma tête se vide intégralement et que ma peau s’arrête de bourdonner…".

De la même trempe que la jeune "Turtle" de "My absolute Darling" et tout aussi rebelle, Tracy est une jeune fille atypique. Élevée par un père aimant (mais pas tordu comme celui de Turtle), Tracy a beaucoup de mal à se remettre de la mort de sa mère dont elle était très proche. Comme elle, Tracy possède un don que je ne vais pas vous livrer mais qui m'a mise assez mal à l'aise. Ce don (qui n'est pas vraiment un cadeau) peut la faire se comporter comme une "sauvage"...

La jeune fille aime entrainer les chiens que la famille élève pour la course. Nous sommes en Alaska et le Mushing est un sport très prisé. Tracy et son père partagent cette passion. Tracy aime aussi disparaître de longues heures dans la forêt à l’affût des animaux avec lesquels elle a beaucoup d'affinités.  Un jour, durant l'une de ses escapades, Tracy est victime d'une agression qui va l'obséder. L'arrivée dans leur vie d'un jeune garçon, que le père Tracy accepte d'employer dans un geste de générosité, redynamise un peu le foyer mais Tracy reste perturbée par la mort de sa mère et par l'agression qu'elle a subie. Tracy se sent troublée en présence de ce garçon. Troublée et intriguée par cet être mystérieux qui lui ressemble tant...

"Sauvage" est un roman de "Nature Writing" très dépaysant. C'est aussi un livre dérangeant et angoissant. La lectrice transmet bien l'état de tristesse de Tracy ainsi que le stress quasi-permanent contre lequel elle tente de lutter. Je ne peux pas dire que j'ai adoré ce roman. Je l'ai lu avec intérêt mais aussi, parfois, avec une certaine répulsion. Je ne le classe pas au même niveau que deux autres ouvrages du même genre : "My absolute Darling" et "Dans la forêt" pour lesquels j'avais eu un coup de cœur. Quoi qu'il en soit, c'est un roman que je recommande aux amateurs du genre. 

Un roman à la fois dérangeant et captivant.

Une lecture commune que je partage avec Enna

Le mois américain - chez Titine

 

Challenge écoutons un livre
Challenge 50 romans - 50 Etats (Alaska)

 

Partager cet article
Repost0
3 septembre 2020 4 03 /09 /septembre /2020 23:27

Lu par : Rachel Arditi - 9 h et 19 min - Traduit parNathalie Cunnington

 

"Il y a tout un monde offshore Miss Tourneau. Un monde d'argent sale, caché dans des comptes-écrans, qui appartient à des personnes très puissantes et très dangereuses."

Annabel et Marina sont deux femmes qui n'ont rien à voir l'une avec l'autre. Pourtant, leurs destins vont se croiser. L'une est journaliste et vit aux Etats Unis, l'autre, mariée à un banquier d'affaires, vit en Suisse...

J'ai plutôt bien aimé ce thriller qui nous plonge de le monde la haute finance. Je dois avouer toutefois qu'un mois après cette écoute, il ne m'en reste pas grand chose. Les personnages sont nombreux et l'histoire assez alambiquée. Côté positif, le thriller a du rythme et la lectrice est à la hauteur.

Je ne connaissais pas Christina Alger. En faisant quelques recherches, j'ai vu qu'elle était issue d'une d’une grande famille de la finance new-yorkaise. Elle semble effectivement bien maîtriser le sujet et nous décrit un monde impitoyable où l'humain passe loin derrière l'argent.

 

Une lecture agréable mais rien de transcendant.

 

Challenge "Ecoutons un livre"
Le mois américain, chez Titine

 

Partager cet article
Repost0