Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Ecoutons un livre

Dépôt des liens : Ici

Tous les 28 du mois, je publie un billet récapitulatif des lectures audio des participants. Il n'est pas nécessaire de participer à chaque fois.

 

 

 

20 juin 2013 4 20 /06 /juin /2013 23:24

Audiolib 2010 (Belfond)- lu par Emmanuel Dekoninck - 14 h 80 d'écoute

 

La grande question de ce livre est la suivante :

"Qui a tué le célèbre industriel Vicky Rai" ?

 

Avant de connaître le fin mot de l'histoire, au tout dernier chapitre, Vickas Swarup prend le temps de nous présenter tranquillement les 6 suspects arrêtés par la police le jour du crime. Nous remontons quelques temps en arrière et découvrons  l'actualité des suspects les semaines qui ont précédé le crime. Nous constatons que tous avaient une bonne raison de vouloir assassiner l'industriel. Il faut dire que cet homme était une ordure finie et que les raisons de le tuer ne manquent pas... 

Ces suspects sont bien différents les uns des autres. Nous avons : 

- le père de Vicky, homme politique véreux

- un américain très "bas de gamme " amoureux d'une icône du cinéma indien

- l'icône en question

- un jeune voleur de portable amoureux de la soeur de Vicky Rai

- un jeune aborigène débarqué de son île pour retrouver la pierre miraculeuse volée à sa tribu

- un bureaucrate habité par l'esprit de Gandhi

 

Ce livre est vraiment captivant à tous niveaux. Les  histoires et parcours des suspects sont très différents les uns des autres. On ne s'ennuie pas une minute, voyageant à travers l'Inde et découvrant chaque fois de nouveaux milieux sociaux... C'est tout à fait passionnant et dépaysant. On découvre une Inde aux multiples facettes, le meilleur côtoyant le pire (le pire étant sans nul doute la corruption !). 

Le personnage qui m'a le plus amusée est sans contexte l'américain : le beauf parfait, pas très futé et qui sort des "blagues à deux balles" toutes les deux phrases. Il m'a bien fait rire celui-là. Le plus émouvant est l'aborigène Iketi, d'une candeur et d'une gentillesse à toute épreuve et bien plus intelligent qu'il n'y parait au premier abord.

Quelques mot sur le lecteur, Emmanuel Dekonnick, que j'ai trouvé merveilleux ! Il arrive à changer de voix en fonction des personnages, sa diction est parfaite. Bref, un énorme plus pour ce livre audio. Je ne suis pas certaine que j'aurais classé cet ouvrage dans mes coups de coeur si je l'avais lu en version papier. 

     Un roman jubilatoire ! 

 

 

Petite entorse au mois anglais, ce livre est une lecture commune avec Valérie - Sandrine et Mrs B autour de Vikas Swarup. 

Partager cet article
Repost0
18 mai 2013 6 18 /05 /mai /2013 23:27

 

     

Ce livre fait partie de la sélection pour le prix Audiolib. Comme je l'avais déjà lu en version papier, j'avais prévu dans un premier temps de n'écouter que des extraits de la version audio. Avançant bien dans la sélection et un peu perfectionniste sur les bords, j'ai décidé de le relire entièrement, ainsi que "Home" de Toni Morrison, dont je parlerai plus tard. 

Je ne vais pas vous résumer le livre. On l'a vu sur tous les blogs ou presque. J'en parle (ici).

Je n'avais pas eu  l'occasion, jusqu'ici, d'écouter un texte après en avoir lu la version papier. Voilà qui est fait. Quelle belle expérience ! Connaissant déjà l'histoire, on approfondit la lecture, on se laisse porter par les mots. 

C'est un texte très musical qui se prête formidablement bien à être lu et écouté. Je n'avais pas saisi lors de ma première lecture toute la poésie du texte, butant un peu sur les "nous" qui reviennent tout le temps. A l'écoute, ces "nous" ne m'ont pas fait le même effet. Ils sonnent comme une sorte de ritournelle, parfois gaie parfois triste. Le sort de ces femmes est tragique mais certains moments de leur existence sont heureux.

L'ouvrage raconte un pan de l'histoire des États-unis peu connu mais qui mérite vraiment de ne pas être oublié. 

Bravo à Irène Jacob pour son interprétation. J'ai passé un très bon moment à l'écouter.

     A écouter donc plutôt qu'à lire... mais rien n'empêche de faire les deux ! 

 

Sur cette lecture  audio : l'avis de Enna et de Vivelespestes 

logo du site

  5ème lecture / 10 

Partager cet article
Repost0
7 mai 2013 2 07 /05 /mai /2013 05:53

 

   

Audiolib 2013 (Actes Sud 2012) - Lu par Othmane Moumen - 9 heures d'écoute

Lakdhar est un jeune marocain vivant à Tanger. Le jour où il est découvert nu avec sa cousine dans sa chambre, il doit quitter le domicile familial. Après avoir erré dans les rues, il demande de l'aide à son fidèle ami Bassam. Le jeune homme, débrouillard, lui trouve le gîte et le couvert en l'échange d'un travail de libraire, dans une association islamiste. Soulagé, Lakthar trouve son compte dans ce travail peu fatiguant, bien que les livres propagandistes qu'il vende ne soient pas sa tasse de thé. Lui, ce qu'il aime, ce sont les polars français et la littérature arabe.

Sa quiétude n'est pas totale dans cette nouvelle vie car il se pose des questions sur la vie souterraine de l'association et l'implication de son ami Bassam dans des activités extrémistes. Il ne tarde pas à se rendre compte que ses doutes ne sont pas infondés et se retrouve de nouveau dans la rue. Il trouve un premier travail sur Tanger, puis décide de quitter le Maroc, après les attentats de Marrakech, dans le but de partir en Europe. Il a aussi dans l'idée de retrouver Judith, une jeune espagnole dont il a fait la connaissance. Mais la route vers l'Europe est semée d'embûches... Je n'en dirai pas plus sur l'histoire de Lakdhar sinon qu'il finira par rejoindre Barcelone, où se trouve Judith et la rue des voleurs... 

Roman d'aventures et d'initiation passionnant, ce livre a pour contexte le printemps arabe. Lakdhar se trouve impliqué indirectement et bien malgré lui dans ces évènements politiques. Pacifiste et lettré, il n'aime pas la violence et la fui. J'ai adoré ce garçon malchanceux qui ne manque pas d'humour. Il ne manque pas non plus de courage, acceptant toutes les besognes qui se présentent à lui, pour gagner sa vie honnêtement. A un moment, il fait même le croque-mort ! On tremble pour lui, on voudrait qu'il trouve le bonheur et l'amour qu'il mérite. C'est un livre très abordable tout en apportant en éclairage intéressant sur notre histoire contemporaine.

Quelques mots sur le lecteur : un excellent choix de la part d'Audiolib. Othmane Moumen a petit accent maghrébin qui nous fait l'assimiler immédiatement à Laldhar

    Un vrai coup de coeur ! 

 

Un coup de coeur aussi pour Enna     Gambadou et Clara ont été séduites également

 

Lu pour le Prix Audiolib 2/10 logo du site

Partager cet article
Repost0
30 avril 2013 2 30 /04 /avril /2013 23:53

Thélème 2011 - 6 heures d'écoute - lu par Mélodie Richard

Publié par Actes Sud en 2011 - traduit par Christine Le Boeuf

 

Mia, cinquante-cinq ans, a été victime d'un choc psychologique violent qui l'a conduite pour quelques semaines dans un service psychiatrique. Son mari, avec lequel elle vivait de façon harmonieuse depuis 30 ans, lui a demandé du jour au lendemain de faire "une pause". "Désormais ménopausée, abandonnée, dépossédée et oubliée que j'étais, il ne me restait rien" . La pilule est d'autant plus difficile à avaler pour Mia que la "pause" est une jeune femme qui a 30 ans de moins qu'elle... 

A la sortie de l'hôpital, Mia décide d'aller séjourner tout l'été dans le village où se trouve la maison de retraite de sa mère, une femme encore dynamique, entourée d'une poignée d'amies pétillantes malgré leur grand âge. Durant cet été, qui sera celui de sa reconstruction, Mia réfléchit à sa vie passée tout en s'ouvrant aux autres. Elle anime un atelier de poésie pour de jeunes adolescentes, entoure sa voisine qui traverse une mauvaise passe avec son mari, pouponne les enfants de cette dernière.... 

Comme j'ai aimé ce livre ! Son ambiance, les réflexions qu'il suscite sur la psychologie des femmes, notamment à la cinquantaine. Ce n'est pas un livre triste, bien au contraire. Mia se reconstruit, on sent qu'elle reprend goût à la vie, qu'elle profite des amitiés qui s'offrent à elle comme des cadeaux inespérés dans cette période difficile de sa vie.

J'ai un petit bémol à formuler sur les quelques digressions "savantes" glissées dans le récit par l'auteur (notamment les digressions scientifiques). Elle ne m'ont pas vraiment captivée. Je classe toutefois ce livre dans mes coups de coeur car ce petit bémol n'a en rien gâché mon plaisir de lecture. J'ai vraiment fait corps avec Mia durant cette lecture et je me suis totalement immergée dans son histoire, me promettant de la relire plus tard, pourquoi pas en version papier.

Quelques mots sur la voix, celle de Mélodie Richard, qui m'a déroutée au départ. Non pas que la voix ne me plaisait pas, bien au contraire, mais je l'avais associée à celle de l'héroïne de "L'embellie", plus jeune que Mia. Fort heureusement, très rapidement, j'ai oublié "L'embellie" et j'ai profité pleinement du talent de conteuse de Mélodie. 

 

Un livre délicieusement féminin...

 

Clara parle de 226 pages sublimes -  Cathulu l'a placé sur l'étagère des indispensables - Antigone est un peu moins enthousiaste mais elle a bien aimé sa lecture.

 

Je viens de voir chez Cathulu qu'il sort en version poche (Babel), pour les allergiques à l'audio.

siri hustvedt 

Partager cet article
Repost0
1 avril 2013 1 01 /04 /avril /2013 23:32

L'association - oct 2012 - 159 pages

Emmanuel Guilbert a rencontré, lors d'un séjour à l'île de Ré, Alan Igran Cope, un américain à la retraite, ancien soldat américain. De cette rencontre est née une solide amitié et deux bandes dessinées : "La guerre d'Alan" (en trois tomes) et "L'enfance d'Alan" que je vous présente aujourd'hui.

Alan Igran Cope est né en Californie en 1925, dans une famille modeste et aimante. En racontant cette enfance américaine, Emmanuel Guibert nous offre un portrait de l'Amérique d'avant guerre. J'ai bien apprécié ce retour en arrière permettant de se faire une idée de l'Amérique de l'époque. 

L'enfance d'Alan est marquée par la grande dépression. Ses grands-parents en souffrent beaucoup, les parents d'Alan sont plutôt épargnés. Il est question de la vie quotidienne du petit garçon, de ses lieux de vie (14 maisons !). Nous découvrons également ses fréquentations, les relations familiales, certains aspects de son éducation....

Nous faisons la connaissance d'une famille unie, qui ne sera pas épargnée par le malheur. Le livre s'arrête alors que le jeune garçon a une dizaine d'années. J'ai cru comprendre qu'il y aurait une suite qui évoque l'adolescence d'Alan, je m'en réjouis. Il me faudra aussi lire "la guerre d'Alan" pour en savoir plus sur l'adulte qu'il est devenu.   

J'ai toujours beaucoup de mal à évoquer les dessins d'une BD, je n'y suis pas habituée mais je vais toutefois essayer d'en dire quelques mots. Il s'agit de dessins en noir et blanc. Il y a peu de bulles mais du texte dans le coin des dessins. Parfois le texte occupe quasiment la page (ce qui n'a pas été pour me déplaire). Les dessins sont parfois très détaillés, d'autres fois plus épurés. On découvre également quelques photos de famille. C'est un roman graphique à l'esthétique très soignée.

Les deux dernières pages m'ont beaucoup intéressée. Elles ne se résument pas, il faut les lire. Ces pages sont émouvantes car elles viennent après un épisode tragique de la vie d'Alan. Elles expliquent sa philosophie de vie. C'est une vision de l'existence qui me parle et m'interpelle. Je les relirai certainement plus tard.

     Un roman graphique à ne pas manquer !

Lu grâce au match Price Minister (à l'occasion du festival d'Angoulême)

Ma note : 17/10 (quel dilemme pour départager les deux BD que j'ai reçues et qui sont toutes deux excellentes ! J'ai mis un point de plus au "Singe de Hartlepool" pour son originalité).    

Partager cet article
Repost0
1 avril 2013 1 01 /04 /avril /2013 23:30

  Editions Delcourt - 2012 - 94 pages

Ce roman graphique nous fait remonter le temps et nous plonge en pleine guerre napoléonienne (1814). Tout commence par le naufrage d'un bateau français, qui ne compte que deux survivants : un singe déguisé (la mascotte du navire) et un jeune mousse, sauvé miraculeusement car jeté à l'eau juste avant le naufrage, pour avoir fredonné une chanson anglaise...

Le lendemain, sur les côtes anglaises, le garçon passe inaperçu alors que le singe est arrêté, pris pour un français ! Les anglais, ne sachant pas à quoi ressemblent les habitants de l'hexagone, s'imaginent qu'ils sont laids et frustres (le singe correspond assez à l'image qu'ils se font d'un français !). Commence alors pour l'animal une bien triste aventure.

Cette BD tragi-comique, très originale par son thème, a été inspirée à l'auteur par une légende anglaise. Présenté comme une sorte de fable, le livre dénonce de façon détournée le racisme et le rejet de l'autre. La démarche est bien plus efficace que n'importe quel discours visant à dénoncer l'inimaginable bêtise humaine ! 

Les visages  des personnages (et du singe) sont particulièrement expressifs et renforcent l'efficacité du message. 

        Une très chouette BD  ! 

Lu grâce au match Price Minister (à l'occasion du festival d'Angoulême)

Ma note : 18/20

 

Partager cet article
Repost0
23 février 2013 6 23 /02 /février /2013 00:24

 

  Un extrait :

On arpente sa vie. On choisit un chemin. On s’y habitue. On tente de retenir la route. L’itinéraire. C’est normal, il faut un biais pour découvrir. Un plan. Le chemin devient familier. Rassurant. On élabore nos propres repères. A partir de ce que l’on connaît. Mais on ne connaît rien. Les vrais ignorants ignorent leur ignorance. C’est un peu comme voir le paysage par une petite, petite, toute petite fenêtre.Et finir par croire que le paysage se limite à ce qu’on voit par cette petite, petite, tout petite fenêtre. Au lieu d’essayer d’élargir la fenêtre. De casser les murs. On préfère réduire ce paysage. Penser qu’il n’est que ce que l’on en voit. S’en contenter. C’est plus confortable. Et puis un jour on se rend compte que le monde est plus grand que nos yeux. Et on reste là, perdus. Au bord du vertige. » (p. 47)    

 

Nous sommes en compagnie d'un jeune couple qui vient de prendre possession d'une maison, à la campagne. Les lieux ne sont pas étrangers au jeune homme. Il y a passé autrefois des moments difficiles. Le couple bricole, range et profite de la nature environnante. C'est un nouveau départ et une rupture avec la vie d'avant. La jeune femme est sereine et heureuse. Elle s'est prise d'affection pour une petite fille sourde et muette et apprend la langue des signes. Le jeune homme (le narrateur) apprend à faire la paix avec son passé, donne un coup de main à un voisin agriculteur et peu à peu trouve la sérénité.   

Lire "Ici ça va", c'est s'accorder une heure de douceur et de calme, loin de l'agitation du monde. L'écriture, poétique, est simple et limpide comme la rivière qui coule en bas de la maison. Ce petit roman, à la fausse naïveté, donne envie de profiter des  moments simples de la vie en se disant qu'au fond, rien n'est insurmontable. 

 

Un petit livre réconfortant et plein de charme    

Merci à Mirontaine pour le prêt et à Aifelle , Antigone et quelques autres pour m'avoir donné envie découvrir ce titre. Voilà un auteur qui, je le sens, va faire partie de mes auteurs fétiches !

Partager cet article
Repost0
7 février 2013 4 07 /02 /février /2013 00:30

Audiolib (16 janvier 2013) - Lu par Philippe Résimont - durée d'écoute : 20 h 52

Voilà plus de quinze jours que j'ai fini "Une place à prendre" et que je repousse le moment de me mettre à l'écriture de ce billet. C'est un livre dont il est assez difficile de rendre compte. Les personnages sont nombreux, plusieurs histoires se déroulent parallèlement et se recoupent (des histoires de famille, de clans, d'individus...). Tous ces gens gravitent autour d'un personnage central, omniprésent bien que mort. Il s'agit de Barry Fairbrother, membre reconnu du conseil paroissial de la petite ville de Pagford.

Tout commence par la mort brutale de Barry, victime d'un AVC. Ses amis sont effondrés et ses ennemis voient l'occasion inespérée de renverser l'équilibre du conseil paroissial (équivalent de notre conseil municipal). Nous suivons pendant trois semaines, dans leur intimité, une vingtaine de personnages. Les haines et rancoeurs, jusqu'ici contenues, éclatent au grand jour. Le village est pris dans une tourmente qui va crescendo...  La fin est terrible et inattendue mais permet au village d'oublier ses querelles (pour combien de temps ?) 

Il m'a fallut un peu de temps pour me mettre dans l'ambiance. Le temps de cerner les personnages et les liens entre eux. Mais une fois prise dans les mailles du filet de JK Rowling, je n'ai plus lâché ce livre, totalement happée par l'enchaînement des évènements. Je dois même dire que j'ai ressenti un grand vide au bout des vingt heures d'écoute. Je m'étais habituée à retrouver les habitants de Pagford dès que j'avais un peu temps (parfois pour un quart d'heure seulement). 

Cete histoire est assez plausible. L'hypocrisie, la lâcheté, la méchanceté peuvent dévaster un village, hélas. Les adolescents jouent un rôle central dans cette histoire. L'un d'eux mettra d'ailleurs le feu aux poudres en piratant un forum. J'ai trouvé les portraits d'adolescents très réussis. Les professionnels de la critique ont un peu "descendu" ce livre. Je ne comprends pas pourquoi. JK Rowling nous offre une étude de moeurs passionnante et divertissante, certes féroce mais nous ne vivons chez les bisounours, chacun le sait.

Pour ce qui est du choix de la version audio, je ne l'ai pas regretté. Lire un pavé au lit, c'est une épreuve (je lis principalement allongée). Quand je lis audio, je me balade partout avec mon  lecteur MP3. C'est pratique, léger et moins fatigant.

Vous l'aurez compris, je trouve à ce roman de grandes qualités...

    Allez, je le classe dans mes coups de coeur !

Beaucoup d'avis positifs sur la blogosphère : DasolaNoukette - Mango (des avis qui vous mènent vers d'autres)

Mais des avis négatifs aussi comme celui de Valérie

Je remercie chaleureusement Bladelor qui m'a transmis un super schéma sur lequel elle a porté le nom des personnages et les liens entre eux. Une aide précieuse car quand je lis audio, je dois faire un petit effort supplémentaire pour retenir le nom des personnages (surtout quand ils sont de consonance étrangère!) .

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2012 2 18 /12 /décembre /2012 00:01

null

Editions de L'olivier 2009/ Audiolib 2009 - 8 heures d'écoute

 

Vera Candida est née à Vatapuna, une île imaginaire, quelque part en Amérique du Sud. Elle a été élevée par sa grand-mère Rose, qui était autrefois "la plus jolie pute de Vatapuna". Sa mère Violette, un peu simplette, est morte de façon mystérieuse alors qu'elle était enfant. 

Quand Vera Candida tombe enceinte, à l'âge de quinze ans, elle choisit de s'enfuir pour mettre un terme à la malédiction qui touche les femmes de sa famille. Nous la suivons dans la nouvelle vie qu'elle tente de reconstruire, abandonnant sa grand-mère Rose sans un mot d'explication. Nous savons, dès le début du roman, qu'un jour elle reviendra à Vatapuna... 

J'ai écouté ce roman il y a quelque temps déjà, sans prendre le temps d'écrire un billet. La fin de l'année approche, je viens bientôt vous proposer un récapitulatif de mes coups de coeur. Sans aucun doute cette très belle histoire restera l'une de mes lectures préférées de l'année, je ne voulais donc pas la passer sous silence.

Ce livre enchanteur se lit comme un conte, tout en racontant une histoire plausible. On peut s'identifier aux personnages mais on ne situe précisément ni les lieux, ni les époques. Véronique Ovaldé aborde de façon très personnelle et originale la condition féminine et la transmission intergénérationnelle. Si vous n'avez pas encore lu "Ce que je sais de Vera Candida", vous avez beaucoup de chance car un grand bonheur de lecture vous attend !  

Une très belle histoire de femmes...  

(et une idée de cadeau - je vais l'offrir à ma fille aînée qui, sans nul doute, va adorer cette histoire). 

Les avis de : Antigone -Cathulu - Gambadou 

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2012 4 22 /11 /novembre /2012 00:49

 null  

 

Le premier roman de Kathryn Stockett ...

L'histoire en quelques mots : Nous sommes dans la ville de Jackson, dans le Mississippi, en 1962. Quelques bonnes noires au service des blancs vont se révolter adroitement contre leur condition, aidées par une jeune femme blanche qui ne supporte pas le racisme dont font preuve ses amies. Le groupe va se réunir secrètement pour élaborer une sorte de "bombe" destinée à créer un électrochoc dans la population blanche... C'est une très belle histoire d'amitié dans le contexte de la ségrégation raciale aux USA.

Si vous ne l'avez pas encore lu (???), vous n'avez plus d'excuse à compter de mois-ci car il sort en poche !

A titre personnel, je l'ai écouté en version audio et je n'ai pas regretté ce choix car j'ai vraiment adoré les voix des acteurs choisis pour interpréter les personnages, notamment celle d'Aibileen, la nounou noire et personnage central du livre.

Je suis immédiatement tombée sous le charme de ce texte, ne parvenant plus à m'en détacher. Mon lecteur MP3 me suivait partout (même pour cinq minutes de trajet en voiture !). 

Emouvant, passionnant, drôle ... Ce livre a vraiment tout pour plaire !   (Message perso : Nelly j'ai oublié de te le conseiller dimanche mais tu l'as peut-être déjà lu ?)  

Partager cet article
Repost0